Un groupe d'élèves en compagnie d'une enseignante portant un signe religieux. Crédit: Istock

« Le projet de loi 21 est inapplicable dans le réseau scolaire et présente plusieurs incohérences » – FCSQ

Share

Les consultations au sujet du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État se poursuivent au Québec. Plusieurs personnalités ont donné de la voix pour faire connaître leur opinion sur ce projet de loi. Pour sa part, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) remet en cause ses lacunes et émet le souhait qu’il ne s’applique pas dans les commissions scolaires de la province.

À en croire le président de la FCSQ, le projet de loi serait imprécis sur la notion de laïcité de l’État et sur celle des signes religieux.

Ces deux points n’auraient pas été bien explicités pour permettre de saisir clairement la définition des concepts nécessaires à la mise en application du projet de loi.

Les signes religieux peuvent recouvrir plusieurs significations d’autant qu’ils sont susceptibles de renvoyer à une multitude d’objets pouvant se présenter sous différentes formes : bouts de tissus, bijoux, et autres atours dont on se pare et qui font allusion à la religion.

Par ailleurs, Alain Fortier a émis quelques réserves en ce qui a trait notamment à l’applicabilité du projet de loi, soutenant que le flou persistant autour des concepts de « laïcité de l’État » et de « signes religieux » fait en sorte que le projet ne puisse pas être appliqué dans le réseau.

« Le projet de loi est inapplicable dans le réseau scolaire et présente plusieurs incohérences, notamment en ce qui a trait aux établissements et aux personnes visés. Nous trouvons incohérente l’absence des établissements privés d’enseignement, pourtant financés à hauteur de 70 % par des fonds publics », a souligné M. Fortier dans un communiqué de presse.

La notion d’autorité dans ce projet de loi fait aussi l’objet de préoccupations. Elle serait beaucoup plus ouverte, contrairement à ce que laisse percevoir le texte du projet de loi. Qui sont les responsables des établissements scolaires réellement en position d’autorité par rapport aux élèves? Pour le moment, le projet de loi s’en tient uniquement aux enseignants et aux directeurs d’écoles, ce qui paraît insuffisant aux yeux du président de la FCSQ.

« Concernant l’interdiction de port de signes religieux, l’autorité des membres de personnels des écoles soulève également des interrogations. Outre les enseignants et les directions, d’autres membres du personnel jouent un rôle dans la réussite des élèves, tout en ayant une relation d’autorité », a-t-il indiqué.

En dernier ressort, la Fédération soulève le manque de clarté quant à la désignation de l’instance ou du responsable chargé de veiller au respect de la loi.

C’est un autre motif de réticence, car la Fédération redoute que les écoles du réseau public aient à gérer des situations conflictuelles susceptibles de coûter cher aux commissions scolaires.

« La personne exerçant la plus haute autorité administrative devra prendre les moyens nécessaires pour s’assurer du respect de l’interdiction prévue dans le projet de loi. Nous nous interrogeons sur l’absence de balises claires disponibles aux gestionnaires pour le faire. Sans ces précisions, les décisions prises par les gestionnaires à ce sujet seront source de contestations et de griefs. Cela embourbera les instances décisionnelles et judiciaires, en plus d’engendrer des coûts considérables, soustrayant ces sommes du service aux élèves », a conclu Alain Fortier.

D’autres analystes ont également eu à déceler quelques failles de clarté et de précision dans ce projet de loi, en ce qui a trait par exemple à la notion de religion qui n’est pas clairement délimitée, ce qui peut ouvrir la voie à toutes sortes d’interprétations et d’extrapolations.

Avec des informations de la FCSQ

En complément

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*