Le soleil est certes bénéfique pour la santé,mais il a des inconvénients insuffisamment pris en compte par les Canadien. REUTERS/Jim Young JY - RP6DRMSVELAA

Les Canadiens amoureux du soleil au point d’en oublier les effets néfastes

Share

Les Canadiens ne prennent pas toujours les dispositions utiles pour réduire les risques de cancer de la peau, dont le mélanome. Le mélanome qui en 2017 a tué 1250 Canadiens sur les 7200 cas diagnostiqués. D’où l’appel de l’Association canadienne de dermatologie (ACD), à l’occasion de la Journée mondiale du mélanome 2019, à la prudence face au soleil.

Les hivers canadiens sont longs et froids. Le temps gris règne en maître. Et même lorsque le soleil pointe le bout nez, il est généralement plus décoratif qu’une source de chaleur intense. En tout cas, ce soleil n’incite personne à troquer son manteau et son écharpe contre un bermuda et un t-shirt en plein mois de janvier. Normal donc qu’après une longue période de privation, l’été venu, les Canadiens s’adonnent à d’interminables bains de soleil.

Au-delà du plaisir de se réchauffer l’épiderme, l’exposition solaire, et donc aux rayons ultraviolets, est bonne pour l’organisme humain. Elle favorise la production de vitamine D, connue pour ses effets bénéfiques dans le renforcement des os, des dents, des cheveux, des ongles, de la peau, du système immunitaire, etc. Par ailleurs, les rayons qui favorisent la production de mélanine provoquent un mécanisme d’autodéfense de la peau, dont le résultat est son assombrissement ou le bronzage.

Détecté de façon précoce, le mélanome peut être vaincu.

Les UV et le mélanome

Mais à côté de cette pléthore d’effets bénéfiques, les rayons ultraviolets sont aussi source de nombreux désagréments. D’abord, les UV sont la plus importante cause possible des cancers de la peau. Et si l’on a le teint clair ou s’il y a des antécédents familiaux, ce facteur de risque augmente considérablement.

Le cancer de la peau, soulignons-le, est la forme de cancer la plus courante. Selon Santé Canada, de tous les nouveaux cas de cancer au pays, presque un sur trois est un cancer de la peau. Le plus effroyable étant le mélanome, même s’il ne représente qu’environ 5 % de tous les cancers de la peau. À l’opposé des autres cancers de la peau, le mélanome peut se manifester tôt dans la vie d’une personne. Il peut apparaître sur n’importe quelle partie du corps, progresser rapidement et entraîner la mort.

Cependant, il peut être traité facilement s’il est pris à un stade très précoce. En revanche, une fois qu’il s’est propagé dans l’organisme, il est difficile à enrayer. Moralité : le dépistage hâtif offre de meilleures chances de victoire contre ce cancer. Mais on peut encore faire mieux. Il faut éviter une surexposition aux UV, surtout lorsque le soleil est à son paroxysme en mi-journée, et utiliser une protection solaire adaptée à sa peau, etc.

Sur les 7200 Canadiens qui ont souffert d’un mélanome en 2017, quelque 1250 en sont morts.

Des Canadiens mal informés

L’ennui c’est que les Canadiens ont des connaissances limitées, voire erronées, sur la façon de se protéger du soleil. C’est la conclusion de l’Association canadienne de dermatologie au terme d’un sondage mené auprès de 1204 Canadiens âgés de 16 ans et plus en septembre 2018.

Selon l’enquête réalisée par la firme Angus pour le compte de l’ACD, de nombreux Canadiens continuent de croire à tort que pour satisfaire aux exigences recommandées en matière de vitamine D, une certaine exposition au soleil sans écran solaire est nécessaire.

Certes 90 % des répondants reconnaissent qu’une exposition excessive au soleil peut endommager leurs yeux. Mais, selon l’ACD, le nombre de Canadiens qui disent porter à l’extérieur toute l’année des lunettes de soleil avec lentilles de protection contre les rayons UV a chuté par rapport à 2017.

De nombreux Canadiens continuent de croire que les mesures de protection contre les UV doivent être prises uniquement à des moments précis. Photo : REUTERS/Mike Blake

Tout n’est pas sombre dans ce coup de sonde. Les trois quarts des répondants affirment qu’il est important d’utiliser un écran solaire quand on s’expose aux UV.  Sept sur 10 estiment qu’il est important de porter des vêtements de protection solaire. Et environ 60 % des Canadiens affirment qu’ils examinent leur peau, tandis qu’un sur trois le demande à son médecin ou à son dermatologue.

Selon les dermatologues certifiés du Canada, le mélanome a cru au pays au cours des dernières décennies. Entre 1992 et 2013, on a noté une hausse annuelle de cas de 2,1 % chez les hommes et de 2 % chez les femmes.

(Source : Santé Canada, Association canadienne de dermatologie, Société canadienne du cancer)

Lire aussi

Immunothérapie contre le cancer : « de deux ans maximum à vivre, cela fait maintenant 5 ans ». Sylvain Gagnon

Le cancer de la peau de retour en même temps que les beaux jours

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, International, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*