Un enfant regarde la télévision. (Crédit photo : iStock)

Attention, une télévision dans la chambre d’un enfant peut entraver son développement

Share

Installer une télévision dans la chambre de son enfant d’âge préscolaire l’expose à l’adolescence à des risques pour sa santé mentale et physique. Ce sont les conclusions inquiétantes d’une récente étude menée par Linda Pagani, professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal.

Depuis des années, Linda Pagani s’intéresse aux habitudes télévisuelles. « Dans mon laboratoire de recherche, on s’est mis à regarder ce que pourraient être les conséquences de la présence d’un téléviseur dans la chambre à coucher, raconte-t-elle en entrevue téléphonique. On voulait voir ce phénomène sur le long terme pour bien en comprendre les répercussions. »

Afin de mener l’étude, publiée dans la revue Pediatric Research, l’équipe de recherche a suivi une cohorte d’enfants nés au printemps 1997 et au printemps 1998. « Ces enfants ont grandi et on les a suivis avec la coordination de l’Institut de la statistique du Québec », précise la professeure.

Écoutez l’entrevue avec Linda Pagani (12 minutes et 30 secondes) :

Une récente étude menée par Linda Pagani, professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, démontre les effets néfastes de la télévision installée dans la chambre à coucher.

Depuis 2010, Mme Pagani, qui œuvre comme chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, a constaté les effets des écrans. Elle rappelle que les enfants suivis sont nés à une époque où à la maison il n’y avait que le téléviseur du salon. Il n’y avait pas encore les problèmes liés à la mobilité des écrans. Aujourd’hui, la surexposition aux écrans a changé la donne.

« Un téléviseur dans la chambre à coucher est associé à toutes sortes de choses, précise-t-elle. La chambre est un endroit intime fait pour que les enfants dorment ou jouent. L’écran est une activité passive. En accumulant des périodes à regarder le téléviseur, l’enfant devient sédentaire. La chambre est aussi un lieu moins supervisé par les parents. »

En comparaison avec les enfants de 13 ans qui n’ont pas de téléviseur dans leur chambre, Mme Pagani a remarqué que les risques d’avoir des difficultés sociales et affectives étaient beaucoup plus importants, et de façon significative. « La petite enfance est un moment crucial du développement de l’enfant », rappelle-t-elle.

« Nous avons aussi remarqué que sur le plan des habitudes de vie comme l’alimentation était à risque d’être malsaine. L’indice de masse corporel était également plus grand. Il existe des risques plus élevés d’obésité. »

Pour les enfants d’âge préscolaire, les risques biologiques et psychologiques peuvent s’avérer graves. « Pendant que l’enfant reste collé devant un écran, il ne fait pas d’activité sportive ou mentale cruciale pour son bien-être », conclut-elle.

Le temps d’écran et les jeunes enfants

Combien de temps mon enfant devrait-il passer devant un écran?

Les jeunes enfants apprennent mieux lors d’interactions directes avec des adultes qui se préoccupent d’eux. Il est préférable de limiter leur temps d’écran au minimum.

  • Les enfants de moins de 2 ans ne devraient pas passer de temps devant des écrans.
  • Chez les enfants de 2 à 5 ans, limitez le temps d’écran à moins d’une heure par jour.

Pourquoi limiter le temps d’écran de mon enfant?

Très souvent, le temps passé devant des écrans se traduit par des occasions ratées d’apprentissage acquis par les interactions, les jeux extérieurs et les périodes de socialisation en famille. De plus, trop de temps passé devant des écrans accroît le risque :

  • de surcharge pondérale (embonpoint ou obésité),
  • de manque de sommeil,
  • de manque de maturité scolaire,
  • de manque d’attention, d’agressivité et de moins grande aptitude à se calmer seul.

Comment établir des limites de temps d’écran à la maison?

Il est plus facile d’établir des limites lorsque les enfants sont jeunes que lorsqu’ils sont plus âgés. En famille, fixez-vous des règles de base sur le temps d’écran, que tout le monde comprend et respecte. Envisagez de préparer un plan médiatique familial pour déterminer quand, comment et où les écrans peuvent et ne peuvent pas être utilisés.

Voici quelques conseils :

  • Donnez l’exemple par votre propre utilisation de tous les écrans.
  • Éteignez les écrans aux repas, lorsque vous faites la lecture à votre enfant ou que vous pratiquez d’autres activités en famille.
  • Éteignez les écrans lorsque personne ne les utilise, particulièrement la télévision en arrière-plan.
  • Évitez d’utiliser les écrans au moins 1 heure avant le coucher et assurez-vous qu’aucun écran ne se trouve dans la chambre de votre enfant. Les écrans nuisent au sommeil.
  • Privilégiez des activités saines, comme la lecture, les jeux extérieurs et le bricolage, plutôt que les écrans.

(Source : site Internet de la Société canadienne de pédiatrie)

Les auteurs d'une nouvelle étude mettent en garde les parents contre une surconsommation d'émissions violentes.

Lire aussi :

Moins de télévision, et plus de balançoires et de ballons pour les enfants

Les jeunes Canadiens trop souvent devant leurs écrans

Netflix continue de se répandre sur les écrans des Canadiens

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*