Alexis Vallée-Bélisle tient son prototype d'appareil d'analyse sanguine à domicile pour les personnes atteintes de maladies chroniques. (Crédit: Amélie Philibert, Université de Montréal)

Des tests sanguins à domicile bientôt une réalité

Share

Lorsqu’une personne est atteinte de maladies chroniques ou cardiaques, faire des analyses de sang fait rapidement partie de son quotidien afin de s’assurer que tout va bien. Toutefois, cela exige souvent de devoir se rendre dans un hôpital ou dans un établissement médical capable de faire les prélèvements, puis attendre que les résultats soient envoyés à son médecin afin que ce dernier puisse établir un diagnostic. 

Une solution à ce processus fastidieux serait de permettre aux patients de faire eux-mêmes leurs prises de sang à domicile et d’envoyer les résultats directement à leur médecin traitant.

C’est une piste que le Laboratoire de biocapteurs et de nanomachines de l’Université de Montréal, en partenariat avec la société montréalaise Nanogenecs Diagnostics, explore depuis quelques années maintenant.

L’équipe gérée par Alexis Vallée-Bélisle, directeur du laboratoire à la Chaire de recherche du Canada en Bio-ingénierie & Bio-nanotechnologie, vient même de recevoir une bourse de 700 000 $ US du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) afin de mettre au point un appareil d’analyse sanguine à domicile pour les personnes atteintes de maladies chroniques.

Écoutez l’entrevue avec Alexis Vallée-Bélisle (10 minutes) :

Faire ses tests sanguins à domicile. Entrevue avec Alexis Vallée-Bélisle

Comme point de départ, Alexis Vallée-Bélisle nous a expliqué que son équipe s’est basée sur un outil vieux de 40 ans : le glucomètre.

Cet appareil-là [le glucomètre] existe depuis 40 ans. Et depuis 40 ans, il y a plein d’autres maladies qu’on aimerait suivre à la maison, mais les appareils ne sont pas encore disponibles. La technologie n’est pas encore là pour permettre aux patients à la maison de faire son suivi. Donc vraiment les recherches de mon laboratoire se sont intéressées à développer des méthodes de détection moléculaires dans une goutte de sang pour plein d’autres molécules qui nous permettent de suivre d’autres maladies chroniques. »

Son invention ressemble beaucoup au glucomètre en aspect. À la différence de ce dernier, l’appareil va chercher à analyser pas une, mais plusieurs molécules.

Pour détecter des maladies chroniques rénales par exemple, M. Vallée-Bélisle explique qu’il faut  » en détecter trois : l’urée, le potassium et la créatine « .

Et c’est là que réside tout le défi,  » créer un appareil portatif, peu coûteux qui permet la détection de plusieurs molécules « .

Bientôt un test sanguin maison pour un meilleur suivi de certaines maladies chroniques

Le laboratoire dirigé par le professeur Alexis Vallée-Bélisle a obtenu une subvention INNOV de 700 000 $ du CRSNG pour mettre au point un biocapteur que les patients pourront utiliser à la maison.Pour l’heure, le biocapteur vise la détection de trois biomarqueurs à partir d’une goutte de sang, soit l’urée, le potassium et la créatinine ‒ marqueurs communs aux gens qui souffrent d’insuffisance rénale ou d’insuffisance cardiaque.

Posted by Université de Montréal on Monday, May 27, 2019

Dans cette vidéo, Alexis Vallée-Bélisle explique succinctement son innovation (Crédit : Bruno Girard, Université de Montréal).

Le but de cet appareil est de  » donner un instrument qui va permettre au patient de connaître son niveau de santé, de connaître son niveau de fonction rénale « . Les résultats sont ensuite envoyés au médecin, puis le patient peut améliorer son état de santé en modifiant son alimentation ou ses médicaments, soit des facteurs qu’il peut lui-même contrôler.

Alexis Vallée-Bélisle souligne notamment le fait que le médecin, grâce à ces résultats journaliers, peut  » voir des signes avant-coureurs de la condition du patient et prendre les actions de manière à éviter que la santé du patient ne se dégrade. « 

C’est un outil qui permet au patient de prendre en charge sa maladie puis au médecin d’assurer un suivi journalier de son patient à la maison.Alexis Vallée-Bélisle, directeur du laboratoire de biocapteurs et de nanomachines de l'UdeM
Utilisation d’un glucomètre traditionnel (Crédit : NOAH SEELAM/AFP/Getty Images)

Afin d’illustrer l’utilité de cet outil, le chercheur prend l’exemple d’une personne faisant un infarctus.

 » Dans les six prochains mois, ils ont 50 % de chances d’en faire un deuxième. Donc les gens à la maison, ils n’ont aucun outil pour faire leur suivi. Alors qu’il y a des marqueurs pourtant simples […] qui permettraient à ces patients-là, s’ils faisaient un suivi journalier, de changer leur alimentation – les gens peuvent faire une crise cardiaque en mangeant trop de bananes, trop de potassium – et envoyer de l’information au médecin pour pouvoir prévenir une crise. »

Cela éviterait aussi au patient de devoir se rendre régulièrement à l’hôpital.

Une technologie qui devrait voir le jour d’ici trois ans

Du fait que la technologie ressemble beaucoup au glucomètre, les aspects techniques et matériels ont déjà été réglés.

Le laboratoire est actuellement en train  » de développer des tests chimiques à base d’ADN « . Le test d’urée est déjà en phase de validation dans un hôpital de Montréal et d’autres sont encore à venir.

Alexis Vallée-Bélisle compare cet appareil à  » une cafetière Nespresso qui permet de faire tous les cafés, toutes les saveurs « . Ainsi, des personnes cœliaques pourraient vérifier leur taux de gluten.

La vision vraiment de cet appareil-là, c’est un peu comme une cafetière Nespresso qui permet de faire tous les cafés, toutes les saveurs.Alexis Vallée-Bélisle, directeur du laboratoire de biocapteurs et de nanomachines de l'UdeM

Pour ce qui est d’un appareil pour analyser les maladies rénales, le laboratoire vise un lancement sur le marché d’ici trois ans, sachant que ce délai est aussi en fonction des financements.

Ils ne visent pas seulement le Québec et le Canada, mais aussi l’international.

M. Vallée-Bélisle aimerait donner accès à cette technologie aux personnes résidant dans des endroits dits  » déserts médicaux  » que l’on retrouve dans les pays développés comme en Amérique du Nord ou en Europe à l’image de petits villages isolés en campagne. Il espère aussi en faire bénéficier les pays en développement qui n’ont pas accès aux analyses de sang.

Prototype d’un appareil d’analyse sanguine à domicile pour les personnes atteintes de maladies chroniques. (Crédit : Amélie Philibert, Université de Montréal)

Un appareil peu onéreux

À l’image des personnes sous traitement pour le diabète,  » souvent l’instrument, le glucomètre, va leur être donné et ils vont avoir à payer pour les électrodes pour faire les tests qui reviennent à environ 1 $ « .

Les dépenses peuvent être incluses dans des plans de traitement qui fonctionnent, pour certains, avec des compagnies d’assurance.

 » L’appareil en lui-même ne coûterait pas plus cher qu’un glucomètre « , affirme Alexis Vallée-Bélisle.

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*