Une infirmière anonyme donne des médicaments et un verre d'eau à un patient. Crédit : Istock

Une fausse infirmière démasquée après 20 ans d’imposture à l’Hôpital de Jonquière au Saguenay

Share

Sans avoir reçu quelque qualification que ce soit, la femme qui se faisait passer pour une infirmière a réussi un double exploit. Elle a trompé l’Ordre en utilisant le matricule sur le permis d’une autre personne . Et elle a aussi pu échapper à la vigilance des responsables qui l’ont embauchée, et qui lui ont fait confiance pendant deux décennies.

 L’usage du faux érigé en mode de fonctionnement

Au Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean, la surprise est totale pour les responsables et pour le personnel lorsqu’ils apprennent la supercherie.

L’Ordre des infirmières et infirmiers de la province est sans mots et n’arrive pas tout simplement à expliquer comment, sans permis d’exercer, cette personne a pu entrer, par la porte grandement ouverte, dans ce métier si strictement contingenté et encadré.

La femme en question a fait preuve d’ingéniosité, ne lésinant sur aucun moyen pour atteindre son objectif.

Elle est allée jusqu’à usurper le matricule d’une femme qui porte le même nom qu’elle, qui est une infirmière légale, et qui exerce dans un autre établissement de la région.

C’est ainsi qu’elle a pu leurrer tout le monde et se faire recruter à Jonquière, où elle a exercé sans faire l’objet du moindre soupçon.

Durant sa « carrière », la fausse infirmière aurait effectué diverses tâches, y compris parmi les plus sensibles relevant de cette profession. Elle serait même allée jusqu’à intervenir plusieurs fois dans des salles d’opération.

Selon Radio-Canada qui rapporte les faits, la prétendue infirmière enchaînait de petites formations dès qu’elle en avait l’occasion, ce qui lui a permis d’acquérir quelques connaissances sommaires en sciences infirmières, mais rien de particulièrement spécialisé et de suffisamment ciblé pour lui permettre d’exercer au même titre qu’une infirmière dûment formée.

C’est d’ailleurs à l’occasion d’une de ces formations ponctuelles que son masque est finalement tombé. Procédant aux vérifications d’usage en pareille circonstance, les responsables de la supervision de l’examen constatent que l’âge fourni par la fausse infirmière sur son document ne correspond pas à l’âge réel de la vraie infirmière dont le matricule a été usurpé.

C’est alors que des vérifications supplémentaires ont permis de mettre définitivement fin à 20 ans d’imposture de la part de cette femme qui a été suspendue, et qui risque à présent d’être poursuivie en justice.

Avec des informations de Radio-Canada.
Sur le même sujet :

À Québec, Jean-Paul Lavoie est accusé de pratique illégale de la médecine. Nous discutons du dossier et de la lutte aux faux médecins avec le Dr Jean-Bernard Trudeau du Collège des médecins du Québec.
Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Une fausse infirmière démasquée après 20 ans d’imposture à l’Hôpital de Jonquière au Saguenay»
  1. Avatar Stephane Gaudreault dit :

    J’aimerais savoir combien d’erreur médicales à t-il eu lors de ses 20 ans de pratique lorsqu’elle était en poste avec son équipe. Si elle a travaillée pendant 20 ans, soit elle est vraiment compétente ou que les personnes avec qui elle a travaillé sont vraiment incompetents. Ça prend une enquête.