Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a pris la parole lors d'un événement commémorant le 75e anniversaire du jour J, à Portsmouth, en Grande-Bretagne, le 5 juin 2019.. Chris Jackson/Pool via Reuters - RC155911CE30

75e anniversaire du jour J : le Canada, un allié crucial

Share

Le premier ministre canadien Justin Trudeau était présent à la cérémonie internationale à Portsmouth, dans le sud de l’Angleterre, à la veille de l’anniversaire du jour J. En compagnie des présidents français Emmanuel Macron et américain Donald Trump, de la chancelière allemande Angela Merkel ainsi que du premier ministre australien Scott Morrison, M. Trudeau a salué la mémoire des soldats qui se sont sacrifiés pour la défense d’un monde libre.

C’est à Portsmouth que s’était rassemblée une partie des forces alliées avant le débarquement en Normandie le 6 juin 1944. La reine Élisabeth II et la première ministre Theresa May y ont reçu leurs hôtes pour « rendre hommage à ceux dont le courage et le sacrifice sur les plages de Normandie ont marqué le tournant de la Seconde Guerre mondiale ».

Mme May a demandé au monde de ne jamais oublier notre dette envers ces personnes qui ont sacrifié leur vie, nous offrant au passage une leçon de solidarité et de détermination.

Rappelons que dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les navires transportant quelque 150 000 soldats alliés sont partis de Portsmouth et des ports environnants pour lancer l’opération Overlord destinée à libérer d’abord la France, et ensuite le reste de l’Europe, de l’occupation allemande.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau s’est entretenu avec son homologue britannique Theresa May à Portsmouth. REUTERS/Toby Melville/Pool – RC1EA75F3570

Le débarquement de ces soldats canadiens, américains, français et britanniques notamment sur les plages normandes a marqué le début de la fameuse bataille de Normandie considérée comme une étape décisive face à l’armée allemande, avant la libération de Paris le 25 août 1944. Cette libération a mis fin à quatre années d’occupation de la capitale française. La bataille a fait en tout quelque 110 000 morts, dont  plus de 20 000 civils.

Environ 14 000 Canadiens ont pris part à cet effort de guerre collectif. La Marine royale canadienne a envoyé 110 navires et 10 000 soldats. L’Aviation royale canadienne (ARC) a mobilisé 15 escadrons de chasseurs et de chasseurs-bombardiers pendant l’assaut. Mais le jour J a aussi été une journée de lourdes pertes pour les forces alliées, soit plus de 10 000 victimes, dont 1074 Canadiens.

En tout, on estime à plus de 200 000 le nombre de victimes allemandes décédées ou blessées en Normandie. Du côté des Alliés, on dénombre 209 000 victimes sur les 2 millions de soldats débarqués en France depuis le jour J. Parmi ces victimes, 18 700 sont Canadiennes, dont plus de 5000 tombées au combat.


(Source : Encyclopédie canadienne/YouTube)
Pour revenir aux commémorations du 75e anniversaire du jour J, elles vont se poursuivre jeudi avec une série de cérémonies, dont une franco-britannique dans la matinée en présence de la première ministre May à Ver-sur-Mer, et une franco-américaine avec le président Donald Trump et Emmanuel Macron, à Colleville-sur-Mer.

Plus de 30 000 personnes, dont quelque 500 vétérans, sont attendues sur sept sites français de Normandie. Une dizaine de chefs d’État, de gouvernement et de têtes couronnées devraient y prendre part.

(Avec l’AFP, Reuters, l’Encyclopédie canadienne)


(Crédit: Historica Canada/Youtube)

Lire aussi

Début des commémorations du 75e anniversaire du débarquement de Normandie, le jour J

Saskatchewan : Un club du souvenir à l’école pour honorer le débarquement en Normandie

Une pièce de 2 $ en hommage aux soldats débarqués à Juno Beach

Share
Catégories : Histoire, International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*