Le premier ministre Justin Trudeau PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS

Six premiers ministres provinciaux conservateurs menacent l’unité nationale, selon Justin Trudeau

Share

Le premier ministre libéral du Canada, Justin Trudeau, réplique à six premiers ministres qui lui ont adressé une lettre lundi dans laquelle ils exigent des transformations en profondeur de deux projets de loi fédérale qui revoient certaines façons de faire dans le secteur pétrolier et dans l’évaluation de l’impact des projets énergétiques sur l’environnement.

« Le gouvernement fédéral doit reconnaître le rôle exclusif des provinces et des territoires dans la gestion de l’exploitation de nos ressources naturelles non renouvelables sous peine de créer une crise constitutionnelle », pouvait-on lire dans la lettre envoyée à Justin Trudeau qui fera face à l’électorat cet automne.

Les premiers ministres conservateurs de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta et des Territoires du Nord-Ouest exigent notamment que le fédéral se plie à toutes leurs demandes de modifications du projet de loi C-69. Leurs exigences sont le miroir exact des 187 amendements proposés par le Sénat (la Chambre haute du Canada).

Dans sa forme actuelle, cette loi modifierait la façon dont le Canada évalue l’impact des grands projets nationaux d’énergie et de transport sur le plan de l’environnement, de l’économie et de la santé publique.

Le second projet législatif contesté par les premiers ministres conservateurs est le projet de loi C-48 qui interdirait les pétroliers géants le long de la côte nord de la Colombie-Britannique. Les premiers ministres provinciaux affirment que cette interdiction menace la confiance des investisseurs et « fait de la discrimination contre les produits bruts de l’Ouest canadien ».

Le Sénat a adopté, la semaine dernière, une version fortement amendée du projet de loi C-69 Photo : Sénat du Canada

Trudeau réplique aux premiers ministres

« Il est absolument irresponsable de la part des premiers ministres conservateurs de menacer notre unité nationale s’ils n’arrivent pas à leurs fins », a répété M. Trudeau aux journalistes.

 » Le travail fondamental de tout premier ministre canadien est de maintenir ce pays uni, de nous rassembler et d’aller de l’avant dans la bonne direction. Et quiconque veut être premier ministre, comme Andrew Scheer, doit condamner ces attaques contre l’unité nationale « , a-t-il ajouté.

« Les premiers ministres de centre droite qui exigent que le gouvernement fédéral accepte des compromis sur la législation en cours pour réglementer le développement des ressources naturelles menacent eux-mêmes l’unité nationale », a conclu M. Trudeau.

Pourquoi ce projet de loi?
Le projet de loi C-69 était une promesse de campagne du gouvernement de Justin Trudeau. Selon le gouvernement, les modifications proposées vont accélérer les évaluations des projets énergétiques tout en rendant les critères d’approbation plus clairs. Le gouvernement souhaite aussi répondre à des préoccupations soulevées par des groupes d’intérêts qui estiment que l’Office national de l’énergie, seul organisme régulateur des pipelines au Canada, a des liens trop proches avec l’industrie. Le gouvernement veut donc « rétablir la confiance du public à l’égard du processus décisionnel », indiquent des documents gouvernementaux faisant la promotion des changements.

Débat au parlement du Canada

La leader adjointe du Parti conservateur du Canada, Lisa Raitt, estime que M. Trudeau se doit d’écouter les demandes des premiers ministres de cinq provinces et d’un territoire, car ils représentent ensemble une majorité de Canadiens.

Mardi à la Chambre des communes, interrogé par Lisa Raitt, Justin Trudeau a indiqué qu’il étudierait les amendements proposés par le Sénat et conserverait ceux qui amélioraient la loi. Mais il a ajouté que tous ne seraient pas acceptés.

Des centaines de manifestants à Calgary, en Alberta, protestaient contre le projet de loi C-69, en avril dernier. Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

RCI avec La Presse canadienne, les informations de Peter Zimonjic de CBC News et la contribution de Radio-Canada

Share
Catégories : Économie, Environnement, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*