Le brise-glace NGCC Amundsen de la Garde côtière canadienne traverse la zone arctique. Photo H.Thomas

Le gouvernement canadien invité à s’intéresser d’un peu plus près à l’Arctique

Share

Dans un nouveau rapport, le Sénat canadien appelle le gouvernement à s’intéresser de beaucoup plus près aux problèmes qui touchent le Nord depuis des décennies et à cesser d’ignorer l’Arctique.

Le comité spécial sénatorial sur l’Arctique fait 30 recommandations, allant du financement d’une meilleure éducation aux habitants du Nord à la construction de logements adaptés aux changements climatiques. On recommande aussi la création d’une première université de l’Arctique.

De plus, selon les sénateurs, il serait grand temps que les communautés nordiques puissent tirer avantage dans leur électrification d’options énergétiques autres que l’installation de générateurs au diesel.

Le sénateur Dennis Patterson Photo : Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Le nouveau rapport s’intitule Un appel à l’action pour l’avenir du Canada. Il invite le gouvernement à se réveiller d’un long et profond sommeil, comme l’explique le sénateur Dennis Patterson, le président du comité spécial sénatorial.

Originaire d’Iqaluit, au Nunavut, il affirme que le Nord subit dans l’ensemble un « immense déficit d’infrastructure ». « Nous nous sentons négligés et les preuves suggèrent que c’est le cas, que le Nord n’est pas sur le radar », soutient-il.

Le rapport plaide pour la nomination d’un ministre consacré spécifiquement au Nord et que les sénateurs jugent « indispensable ».

Trois nouveaux satellites canadiens pour aider en Arctique

Au même moment où les sénateurs publiaient leur rapport, mercredi, l’Agence spatiale canadienne annonçait le lancement sans problème aux États-Unis à bord d’une fusée de l’entreprise SpaceX, de trois satellites qui ajouteront à 600 kilomètres d’altitude de nouvelles capacités d’observation du Grand Nord canadien.

Selon l’Agence spatiale canadienne, les trois satellites identiques en tous points représentent « la prochaine génération de technologies d’observation de la Terre », et ils effectueront plusieurs survols quotidiens du nord du Canada et du fameux passage du Nord-Ouest dans l’océan Arctique.

Ils feront le tour de la Terre toutes les 96 minutes à une vitesse de 27 200 km/h. Ils devraient transmettre 250 000 images par année, soit 50 fois plus que le RADARSAT de première génération.

Les satellites serviront non seulement à la surveillance des glaces de mer, mais aussi à la supervision des secours lors de catastrophes naturelles, et la gestion agricole et forestière. Ils fourniront ainsi des données à 14 ministères fédéraux qui s’en serviront pour gérer et évaluer des programmes gouvernementaux.

Trois satellites de la Constellation RADARSAT ont été lancés mercredi à bord d'une fusée Falcon 9 de l'entreprise privée SpaceX. À eux trois, les satellites offriront de nouvelles capacités d'observation du pays et de la planète. Voyez les images du lancement.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Envol réussi pour trois satellites canadiens – Radio-Canada 

Satellites au-dessus de l’Arctique : détecter le prochain Exxon Valdez – RCI 

Le lancement d’un satellite européen inquiète les Inuits de l’Arctique canadien – RCI

.

.

Share
Catégories : Environnement, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*