Louis Robert, agronome, lanceur d'alerte congédié du ministère de l'agriculture, le 24 janvier 2019, sera réintégré dans ses fonctions. Photo : Radio-Canada

Affaire Louis Robert : le SPGQ satisfait du rapport du protecteur du citoyen qui dénonce les manquements du ministère

Share

Le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) reçoit favorablement ce rapport qui souligne que le ministère de l’Agriculture a porté atteinte à la confidentialité des données du lanceur d’alerte.

Des informations confidentielles divulguées

Line Lamarre, présidente du SPGQ. Crédit : SPGQ

La protectrice du citoyen estime que la confidentialité de l’identité du lanceur d’alerte n’a pas été respectée, car dès qu’il y a eu des soupçons de divulgation des informations dans les médias, au sujet de l’implication de firmes privées dans la recherche en agriculture financée par des fonds publics, le nom de Louis Robert a tout de suite commencé à circuler dans les couloirs du ministère.

Ce fait représente un bris à la confidentialité au sujet de l’identité de l’agronome, souligne la protectrice du citoyen, qui dénonce aussi un système de circulation non sécurisé de messages électroniques au sein du ministère. Ce qu’approuve le SPGQ.

« Comme l’indique la protectectrice du citoyen, c’est la perte de confiance dans le processus interne qui l’a poussé à se tourner vers les médias. Le plus scandaleux c’est que Mme Masse n’a pas été sanctionnée pour ses graves manquements et qu’elle a même été promue sous-ministre adjointe », a relevé Line Lamarre, la présidente du SPGQ, dans le communiqué de presse.

À titre de rappel, Geneviève Masse, une cadre du ministère, avait été chargée d’enquêter sur cette affaire, et c’est elle qui était censée recevoir les courriels, et qui aurait fait circuler le nom de Louis Robert.

La présidente du SPGQ souligne par ailleurs que la liberté d’expression, dans le cadre de cette affaire, ne devrait pas être brimée au profit de la loyauté du lanceur d’alerte envers son administration, car l’intérêt du public était en jeu.

« Louis Robert […] a voulu informer la population sur l’ingérence des lobbyistes en faveur des pesticides dans la recherche. Ses interventions ont d’ailleurs mené à la création d’une commission parlementaire sur l’impact des pesticides sur la santé publique. Cela montre bien la pertinence de ses préoccupations », observe Mme Lamarre.

Écoutez

Agir par la révision des lois et la formation

Pour éviter que de tels manquements surviennent à l’avenir dans l’administration publique au Québec, « car M. Louis Robert n’est que la pointe de l’iceberg, et il y a d’autres gens qui ont subi des situations comme celle-là », selon la présidente du SPGQ, il convient de revoir la loi sur les lanceurs d’alerte, ainsi que les textes sur l’obligation de loyauté des salariés.

Il faut aussi donner des formations aux fonctionnaires en ce qui a trait notamment à la gestion de situations semblables, car selon les observations de la protectrice du citoyen, plusieurs personnes qui sont intervenues dans ce dossier au ministère de l’Agriculture ont agi plus par ignorance, a souligné Mme Lamarre.

Par ailleurs, elle relève que le SPGQ avait demandé que les personnes qui ont porté atteinte à la dignité et à la réputation de M. Robert soient sanctionnées.

Une femme en tailleur, debout, devant un lutrin, devant des drapeaux fleurdelisés.

La protectrice du citoyen du Québec, Marie Rinfret, qui a publié le rapport sur « les manquements majeurs » du MAPAQ.  Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Louis Robert est un agronome et fonctionnaire québécois. Il avait été congédié sans solde du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), le 24 janvier. Il lui était reproché d’avoir dénoncé, dans les médias, l’ingérence de lobbyistes favorables aux pesticides au Centre de recherche sur les grains (CEROM).

Ce congédiement avait suscité une vague de mobilisation de citoyens et d’autres syndicats pour défendre le lanceur d’alerte. Dans le cadre de cette mobilisation, plus de 70 000 personnes avaient signé une pétition du SPGQ pour appuyer cet agronome.

À la suite de la divulgation du rapport au sujet de cette affaire, il y a eu plusieurs développements :

  • le sous-ministre au MAPAQ Marc Dion a démissionné;
  • le premier ministre du Québec François Legault a demandé que Louis Robert soit réintégré dans ses fonctions au ministère, où il a travaillé au cours des 32 dernières années.

« Nous allons à présent nous assurer que ce professionnel obtienne compensation et redressement », a conclu la présidente du SPGQ.

Avec des informations du SPGQ et du gouvernement du Québec.
Sur le même sujet : Louis Robert était en entrevue avec Radio-Canada, le 2 mai 2019

Le lanceur d'alerte congédié par le ministère de l'Agriculture affirme que les conflits d'intérêts ne se limitent pas au domaine des pesticides. Lors d'une première entrevue à Radio-Canada, l'agronome Louis Robert dénonce l'influence du privé dans les recommandations d'engrais faites aux agronomes et aux agriculteurs, les plus élevées en Amérique du Nord. Patrice Roy l’a rencontré.
Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*