Les plongeurs-démineurs doivent d'abord localiser les engins explosifs en explorant les épaves avant de pouvoir les remonter à la surface. (Photo : Nathalie Lasselin - Aquanath)

Périlleuse mission de déminage au large de Terre-Neuve

Share

Les combats de la Seconde Guerre mondiale ont eu lieu aux quatre coins du monde et même au large des côtes canadiennes. En 1942, des sous-marins allemands U-boat se sont aventurés au large de l’île Bell, à Terre-Neuve-et-Labrador, sur la côte est.

À deux reprises, ils sont entrés dans la baie de la Conception, près de Saint-Jean, où ils ont coulé quatre navires de commerce.

À cette époque, l’île Bell était le site de la plus grande mine de fer de l’Empire britannique.

La mission du Lord Strathcona et du Rose Castle (Canada), du PLM 27 (France) et du Saganaga (Royaume-Uni) était de transporter le minerai de fer jusqu’à l’aciérie de Sydney, en Nouvelle-Écosse, pour être fondu afin de participer à l’effort de guerre.

Le SS Rose Castle en 1942, l’un des quatre navires coulés lors des deux attaques. (Bibliothèque et Archives Canada PA-143173).

Ces transporteurs étaient équipés de canons pour se défendre des attaques ennemies, mais cela n’a pas suffi à arrêter les sous-marins allemands qui ont notamment causé la mort d’environ 70 personnes.

Les épaves sont au fond de l’eau et aussi environ 50 munitions d’explosifs par vaisseau qui restent un danger.

C’est pourquoi une équipe de plongeurs-démineurs militaires a entamé cette semaine la périlleuse mission à trouver et à enlever ces munitions non explosées.

Une mission compliquée

L’emplacement exact de ces explosifs n’est pas bien connu et les plongeurs vont devoir explorer les épaves.

Une partie de la torpille qui a raté sa cible et a explosé contre l’un des quais de chargement lors de la deuxième attaque de sous-marins allemands en novembre 1942. (Bibliothèque et Archives Canada LAC PA-188854)

Pour aider l’armée dans cette tâche difficile, Neil Burgess, président de l’Association de préservation des épaves de Terre-Neuve-et-Labrador, a fourni les quelques plans des bateaux qu’il possède.

« Les munitions étaient probablement gardées dans un casier quelque part sur le pont ou dans une cabine. C’est là où l’équipe espère les trouver », a-t-il expliqué au micro de CBC.

On espère que les obus ne sont pas trop dangereux, mais s’ils ont une mèche, ils sont capables d’exploser et représentent un risque pour quiconque les touche.Neil Burgess, président de l’Association de la préservation des épaves de Terre-Neuve-et-Labrador

Après avoir trouvé ces munitions, les plongeurs devront les sortir de l’eau sans les brusquer. Ils seront ensuite amenés dans un stand de tir afin d’être détruits en toute sécurité et ainsi préserver la beauté de ces épaves sous-marines.

Image de 1943 d’un canon type de 4 pouces utilisé pour armer les navires marchands à des fins défensives. (Bibliothèque et Archives Canada PA-116103)

Un paradis sous-marin

L’Armée canadienne a notamment décidé de mener cette mission de déminage, car ces épaves sont une destination de renom pour les plongeurs.

Après plus de 70 ans sous l’eau, la nature a repris ses droits sur ces géants de métal et un véritable écosystème s’est formé.

Pour mieux comprendre ces vestiges, nous avons parlé à l’exploratrice et cinéaste des fonds marins mondialement connue Nathalie Lasselin.

Elle a plongé près de ces quatre navires il y a quelques années, mais ses souvenirs sont toujours frais, comme elle nous l’explique : 

Nathalie Lasselin nous décrit une plongée dans les quatre épaves au large de l'île Bell. (Photo du transmetteur Marconi dont Nathalie fait référence (Crédit : Nathalie Lasselin - Aquanath))

Lorsque l’on se penche sur les artefacts dans ces épaves, l’exploratrice dit que « parfois ça peut être des choses aussi simples et bêtes qu’une toilette. Mais chaque fois qu’on voit un outil ou un objet usuel, ça nous rappelle que ce n’est pas juste une épave, que c’est un milieu de vie, que c’était quelque chose ou des hommes et des femmes vivaient, travaillaient. Alors tout de suite on a une connexion beaucoup plus humaine, plutôt que de se dire que c’est un gros tas de ferraille qui a sombré dans le fond de l’océan. »

CBC a parlé à Rick Stanley de l’entreprise Ocean Quest Adventures dont Nathalie Lasselin fait référence.

Il mentionne que les liens entre les forces canadiennes, britanniques, françaises et allemandes ainsi qu’avec les familles de l’île Bell qui s’occupaient des survivants attirent des visiteurs d’origines très diverses.

Des proches des deux parties autrefois en conflit sont d’ailleurs venus rendre hommage à leurs défunts. M. Stanley raconte avoir accompagné la fille du chef mécanicien du Saganaga et la fille du capitaine de sous-marin allemand Rolf Ruggeberg, dont l’attaque a coulé le navire britannique. Au cours de ce voyage, Marita Collings a fait don des artefacts nazis de son père au Bell Island Museum.

D’autres missions de déminage au Canada

Cette mission de déminage entreprise par l’Armée canadienne n’est pas la seule au pays.

Plusieurs opérations similaires ont eu lieu, ou ont encore lieu, comme l’affirme Nathalie Lasselin, qui a participé à la réalisation d’un film sur une compagnie de déminage sous-marine.

Nathalie Lasselin parle des autres missions de déminage qui ont lieu au Canada. (Photo : Nathalie Lasselin - Aquanath).

Certaines compagnies ont des contrats s’étalant sur plus de10 ans. Cela montre à quel point ces missions peuvent être compliquées et longues.

Dans le cas des quatre épaves au large de l’île Bell, la mission devrait prendre fin le 24 juillet selon les autorités.

Mais ce n’est peut-être pas la dernière mission de déminage autour de l’île Bell pour les Forces armées. En 2000, des plongeurs locaux ont également trouvé la partie principale d’une torpille allemande au fond de la mer, seule sa tête explosive manquait.

RCI avec CBC

Nathalie Lasselin continue de filmer et d’explorer les fonds marins. Vous pouvez retrouver ses travaux sur son site web et suivre ses aventures sur ses réseaux sociaux (Viméo, Facebook, LinkedIn)

Elle a publié divers ouvrages sur ses expériences, dont Sous le fleuve, l’Odyssée, qui sera offert le 28 août 2019.

Pour écouter l’entrevue intégrale avec Nathalie Lasselin :

Entrevue intégrale avec l'exploratrice et cinéaste Nathalie Lasselin (Photo : Mjee/Pixnat).
Share
Catégories : Environnement, Histoire, International
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*