Bryer Schmegelsky, âgé de 18 ans, et de Kam McLeod, âgé de 19 ans

Chasse à l’homme des deux jeunes tueurs au Manitoba : deux corps retrouvés

Share

Une chasse à l’homme qui durait depuis plus de deux semaines dans l’ouest du pays qui interpellait les Canadiens et captivait nombre d’étrangers de par le monde est enfin terminée.


La GRC place un cercueil dans un avion près de Gillam, au Manitoba. (Angela Johnston/CBC )

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a retrouvé dans des boisés très denses et infestés de moustiques les corps de deux hommes dans le nord du Manitoba, au centre du Canada, mercredi matin.

Les policiers croient qu’il s’agit bel et bien des deux fugitifs soupçonnés d’avoir commis trois meurtres en pleine nature en Colombie-Britannique.

Les deux corps ont été retrouvés à environ un kilomètre d’une embarcation endommagée et d’objets personnels appartenant aux deux tueurs et qui avaient été repérés la semaine dernière sur les rives du fleuve Nelson, dans la région de Gillam.

Une équipe de récupération sous-marine de la Gendarmerie royale du Canada avait mis fin, il y a trois jours, à ses recherches dans le fleuve Nelson, dans le but de retrouver les deux fugitifs Bryer Schmegelsky et Kam McLeod. PHOTO : RADIO-CANADA / ANGELA JOHNSTON/CBC

Les restes de deux hommes ont été retrouvés mercredi vers 10 h, heure locale, tout juste à huit kilomètres au nord-est de l’endroit où un véhicule Toyota conduit par les deux tueurs avait été incendié.

Une autopsie sera pratiquée à Winnipeg, précise la commissaire adjointe de la GRC, Jane MacClatchy, pour confirmer légalement qu’il s’agit bien de Bryer Schmegelsky, 18 ans, et de Kam McLeod, 19 ans.

Si cette autopsie devait déterminer la cause des décès, elle pourrait ne pas aider à comprendre les raisons qui ont poussé ces deux jeunes amis de longue date, sans antécédents criminels ou problèmes apparents, à commettre leur série de meurtres.

Kam McLeod et Bryer Schmegelsky quittant un magasin à Meadow Lake, en Saskatchewan, le 21 juillet, sont photographiés sur une vidéo de surveillance publiée par la GRC. (GRC)

Une chasse à l’homme à rebondissements dans quatre provinces

La chasse à l’homme avait débuté le 23 juillet dernier lorsque les deux jeunes hommes, d’abord présentés comme des disparus, sont officiellement devenus les suspects du meurtre du touriste australien Lucas Fowler et de sa copine américaine Chynna Deese.

Ils ont ensuite été formellement accusés, le 24 juillet, du meurtre de Leonard Dyck, un professeur de l’Université de la Colombie-Britannique qui voyageait lui aussi dans une région boisée du nord de la Colombie-Britannique. Des mandats d’arrêt pancanadiens avaient alors été lancés.

Les corps des touristes Chynna Deese et Lucas Fowler, à gauche, ont été retrouvés près de Liard Hot Springs, en Colombie-Britannique, le 15 juillet. Le professeur Leonard Dyck, à droite, a été retrouvé mort quatre jours plus tard près de Dease Lake, C.-B. (Université de la Colombie-Britannique).

À la chasse du pourquoi maintenant

Si la chasse à l’homme semble effectivement terminée, l’enquête concernant les trois meurtres en Colombie-Britannique est loin d’être terminée explique, la GRC.

Les enquêteurs en Colombie-Britannique se sont entretenus avec les familles des trois victimes afin de les informer des derniers développements de l’affaire.

Des agents de la GRC passent au peigne fin la zone autour de Gillam, au Manitoba, le 30 juillet dernier, à la recherche de Kam McLeod et Bryer Schmegelsky. PHOTO : GENDARMERIE ROYALE DU CANADA

RCI avec La Presse canadienne et les informations de Laura Glowacki de CBC News 

En complément

La GRC croit avoir trouvé les corps de Kam McLeod et Bryer Schmegelsky – Radio-Canada

La GRC a retrouvé des objets « directement liés » aux fugitifs au Manitoba – Radio-Canada 

Chasse à l’homme : les recherches sont terminées dans le fleuve Nelson – Radio-Canada 

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Chasse à l’homme des deux jeunes tueurs au Manitoba : deux corps retrouvés»
  1. Avatar Pierre Gaudette dit :

    Si vous avez déjà passé une seule nuit en forêt, sans équipements, vous savez qu’on ne peut pas dormir la nuit. Dans les conditions particulières de ces fugitifs, oubliez l’image du cowboy, allongé confortablement sur un tronc d’arbre. Vous ne voyez ABSOLUMENT RIEN la nuit (j’étais à la Baie de James en juillet) vous êtes dévoré par les insectes qui arrivent en masse la nuit, vous entendez les loups hurler et les ours rôder. Vous perdez facilement 10 lbs par jour et votre stress est extrême car vous tentez de vous protéger continuellement. On dit avoir retrouvés les ‘restes’ des fugitifs. S’ils sont morts après 5 jours, après un autre 10 jours, il ne devait plus rester grand chose d’eux dans cet environnement. Bien qu’ils avaient des notions de survie, ils ne semblaient pas avoir l’équipement nécessaire.