Photo AP

L’américaine Chase Bank annule toutes les dettes de cartes de crédit de ses clients canadiens

Share

Une transaction encore inexpliquée : la Chase Bank, dont le siège social est situé aux États-Unis, annule toutes les dettes impayées de tous les Canadiens qui sont détenteurs de ses deux cartes de crédit, Visa Récompenses Amazon.ca et Visa Marriott Rewards Premier.

Après 13 ans sur le marché canadien, la banque avait retiré ses deux cartes l’an dernier. Cela lui permettrait de sortir complètement du marché, et représenterait un cadeau de quelques milliers de dollars pour certains Canadiens.

La banque, qui fait partie de JPMorgan Chase & Co, une société internationale de services financiers, n’a pas voulu révélé combien de Canadiens détenaient l’une de ces cartes ni la somme des dettes étaient en souffrance.

Paul Adamson (soumis par Paul Adamson)

Des clients de Chase Bank n’en croient pas leurs yeux

Paul Adamson, de Dundalk, a été ravi d’apprendre que la Chase Bank lui a fait grâce de sa dette de 1645 $ qu’il avait sur sa carte Visa Récompenses Amazon.ca. L’Ontarien a appris pour la première fois que quelque chose se préparait la semaine dernière, lorsqu’il a tenté d’effectuer un paiement avec sa carte et a découvert que son compte avait été fermé.

« J’ai appelé ma banque un peu frénétiquement. Je me dis que je ne veux pas rater un paiement ici », a déclaré le rédacteur technique de 44 ans. Lorsqu’Adamson a appris qu’il n’avait plus à rembourser sa dette en achats sur Amazon, il a été incrédule. « Honnêtement, je suis toujours si sidéré par ce comportement », a-t-il lancé.

 » J’ai été aux anges toute la nuit dernière, le sourire aux lèvres. Je n’arrivais pas à y croire », explique à CBC News, Douglas Turner, après avoir appris par lettre qu’il était libéré de l’obligation de rembourser les 6157 $ qu’il devait encore sur sa carte Visa Amazon.

Non seulement cette lettre lui indiquait que son importante dette avait été effacée, mais aussi que son dernier paiement de 300 $ effectué le mois précédent lui serait remboursé. D’après ses paiements mensuels et le taux d’intérêt de 19,9 % sur sa carte, Douglas Turner estime qu’il économise en fait plus de 7500 $ au total.

Pourquoi ont-ils fait ça?

Patrick Sojka, expert en récompenses pour les cartes de crédit, déclare que la Chase Bank a probablement conclu que l’annulation de dettes était en fin de compte moins coûteuse que de continuer à percevoir les paiements par carte de crédit au Canada.

« Ils paient probablement encore des impôts, ils paient des comptables. Et, pour eux, ils ont probablement compris et [ont dit] : « Remettons la dette et quittons complètement le pays. » »

Il est perplexe quant à la raison pour laquelle la banque n’a pas plutôt choisi de vendre la créance à un agent de recouvrement, ce qui lui aurait permis de récupérer de l’argent.

Enfin, rien n’indique que les Canadiens verront leur cote de crédit s’améliorer. Les agences de crédit pourraient-elles conserver en mémoire quelque part le fait que ces clients n’ont jamais remboursé complètement leurs dettes?

LISEZ AUSSI : La GRC victime à Montréal de clonage de carte de crédit : des factures d’essences de plus de 100 000 $

Photo de Radio-Canada

RCI avec les informations de Sophia Harris de CBC News

En complément

Les Canadiens ne roulent plus sur l’or, mais avancent grâce au crédit – RCI 

Amazon Go, le magasin sans caisse, est-il une aubaine pour les voleurs? – RCI 

L’histoire derrière les premiers guichets automatiques bancaires au Canada 

Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*