Un agent de santé vêtu d'une combinaison de protection désinfecte une ambulance transportant un patient présumé atteint d'Ebola vers le nouveau centre de traitement Ebola de MSF (Médecins sans frontières) à Goma, République démocratique du Congo, le 4 août 2019. (Baz Ratner/Reuters)

Le vaccin canadien contre l’Ebola aurait pu sauver encore plus de vies

Share

Selon un microbiologiste et spécialiste canadien de la première heure du combat contre l’Ebola, si la recherche avait été financée plus tôt, si le processus d’approbation du vaccin avait été plus rapide et que les gouvernements et les sociétés pharmaceutiques s’étaient engagés à accroître leur financement et leur soutien des années auparavant, le nouveau vaccin aurait pu sauver beaucoup plus de vies en Afrique.

Le microbiologiste Steven Jones – CBC

En 2005, le microbiologiste Steven Jones a fait partie d’une équipe médicale en Angola, au beau milieu d’une épidémie de Marburg, le virus frère d’Ebola.

Or, cette équipe avait fait analyser des échantillons d’un vaccin expérimental mis au point par Jones et des chercheurs de Winnipeg pour traiter l’Ebola et le Marburg.

Comme les essais cliniques n’étaient pas encore terminés, ils ne pouvaient cependant pas l’utiliser sur des patients infectés, même si des recherches préliminaires avaient démontré son efficacité dès 2003, révèle Steven Jones.

Le processus d’approbation des vaccins est aussi appelé « la vallée de la mort, où les idées brillantes vont mourir », explique-t-il dans une entrevue accordée à CBC Radio.

Cette restriction a déclenché une confrontation tendue avec un médecin militaire local. « Il nous a suppliés de l’utiliser et nous avons dû lui dire non. Et cela a été une conversation extrêmement difficile, parce que rien d’autre n’avait fonctionné », déclare M. Jones, qui est aujourd’hui vice-recteur de l’École de santé publique de l’Université de la Saskatchewan.

Aide-mémoire
Le vaccin canadien, également connu sous le nom de VSV-ZEBOV, est utilisé pour combattre une épidémie d’Ebola au Congo, qui a tué au moins 1900 personnes au cours de la dernière année.

Une infirmière administre un vaccin contre le virus Ebola dans un hôpital du Liberia en Afrique © AP/Abbas Dulleh

La moitié des malades qui étaient condamnés auraient pu survivre

L’épidémie de Marburg en Angola, en 2005, a tué 329 personnes, avec un taux de mortalité de près de 90 % des personnes infectées. M. Jones croit que s’il avait pu utiliser les fioles du vaccin qu’ils avaient sous la main, ils auraient pu sauver au moins la moitié des vies perdues.

M. Jones et son équipe ont demandé 6 millions de dollars à l’Initiative de recherche et de technologie CBRNE (IRIC) du Canada pour développer des vaccins pour le Marburg et l’Ebola, mais n’ont reçu que 2 millions en 2006, spécifiquement pour le vaccin Ebola.

Il n’y a plus assez de vaccin canadien contre l’Ebola en Afrique pour stopper l’épidémie

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapportait le mois dernier que près de 147 000 personnes avaient reçu le vaccin contre l’Ebola de conception canadienne depuis que le ministère de la Santé du Congo a déclaré la découverte d’un vaste foyer d’infection il y a 11 mois.

Le microbiologiste et chercheur Gary Kobinger, un des Canadiens qui a participé à la conception de ce vaccin, affirmait cependant qu’il n’y en avait pas assez pour stopper l’épidémie actuelle. La demande est forte et croissante, car les agents de santé essaient de traiter ceux qui sont entrés en contact avec des personnes qui ont été infectées.

Le virus Ebola est très contagieux. Pour l’endiguer, les agents de santé utilisent une méthode de vaccination en anneau. Tout d’abord, ils vaccinent le cercle immédiat, soit ceux qui ont eu un contact direct avec une personne infectée. Puis, ils partent, offrant le vaccin à tous ceux qui ont été en contact avec ceux du premier anneau.

Plus de 2400 personnes ont été infectées et plus de 1900 sont mortes de la fièvre hémorragique au Congo. Il y a de nouvelles inquiétudes que l’épidémie pourrait se propager dans les pays voisins.

RCI avec les informations de CBC News, La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Ebola en RDC : le vaccin canadien sera utilisé – RCI 

Virus Ebola : un vaccin canadien rempli de promesses – RCI 

Prévention de l’Ebola au Bénin : un projet mis en oeuvre par Oxfam Québec – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*