Le secrétaire général Antonio Guterres a ouvert le Sommet spécial sur le climat par des mots très directs : « La Terre lance un message terrifiant : arrêtez ». (Photo : un.org)

« La Terre lance un message terrifiant : arrêtez! » – Antonio Guterres

Share

La 74e Assemblée annuelle s’amorce lundi à New York par un sommet sur le climat, et la composition de la délégation canadienne est à souligner.

En effet, comme le pays est en pleine campagne électorale qui culminera par des élections générales le lundi 21 octobre, ce sont deux anciens premiers ministres qui remplacent le premier ministre actuel Justin Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

Justin Trudeau fait campagne d’un bout à l’autre du Canada tout en étant candidat dans la circonscription montréalaise de Papineau, alors que Chrystia Freeland brigue un second mandat dans la circonscription torontoise de University-Rosedale.   

Deux ex-premiers ministres au sein de la délégation canadienne

La délégation, dirigée par la sous-ministre aux Affaires étrangères Marta Morgan, comprend également deux ex-politiciens fédéraux bien aguerris aux dossiers internationaux, Jean Chrétien et Joe Clark.

Jean Chrétien (20e premier ministre du Canada, libéral, de novembre 1993 à décembre 2003) et Joe Clark (juin 1970-mars 1980, progressiste-conservateur) accompagnent Mme Morgan.  

Représenteront aussi le Canada Marc-André Bédard, ambassadeur et représentant permanent du Canada aux Nations unies, l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, le sénateur Peter Boehm (ancien ambassadeur en Allemagne) et l’envoyé spécial du Canada au Myanmar, Bob Rae.

Selon le diplomate Ferry de Kerckhove, qui a conseillé plusieurs premiers ministres au fil des décennies, cette absence est reconnue et avalisée lorsque le pays est en période électorale.  

D’ailleurs, d’autres chefs d’État et de gouvernement ne sont pas à New York, notamment les présidents chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine et le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

Action climatique urgente

Soixante-six pays ont annoncé des mesures plus musclées en matière de lutte contre les changements climatiques et une trentaine ont juré être carboneutres d’ici le milieu du siècle selon une déclaration du président chilien Sebastian Pinera Echenique, hôte des prochaines négociations sur le climat à la Conférence sur le changement climatique de Santiago en décembre.

Silence de Donald Trump

Donald Trump (Photo : AFP/Ludovic Marin)

Pendant que plusieurs pays s’engageaient à prendre des mesures plus importantes et contraignantes – l’Allemagne et la Finlande ont promis de bannir l’usage du charbon d’ici 10 ans – le président américain Donald Trump, climatosceptique notoire, s’est présenté, a écouté l’allocution de la chancelière allemande Angela Merkel puis est reparti sans dire un mot.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Gutterres (à gauche) à l’ouverture du Sommet spécial sur le climat à New York. Greta Thunberg est à la droite. (23 septembre 2019 – Jason DeCrow/AP Photo)

Comment osez-vous!

En préambule aux allocutions des politiciens, Greta Thunberg a pris la parole avec un discours percutant d’à peine trois minutes dans lequel elle a lancé quelques fois la question : « How dare you! »

« This is all wrong. I shouldn’t be up here. I should be back in school on the other side of the ocean. Yet you have come to us young people for hope. How dare you. You have stolen my dreams and my childhood with your empty words. »

(Trad. : Tout ceci est mal. Je ne devrais pas être ici. Je devrais être en classe de l’autre côté de l’océan. Et vous êtes venus chercher l’espoir auprès de nous, les jeunes. Comment osez-vous? Vous avez fait main basse sur mes rêves, vous m’avez volé mon enfance avec vos discours vides.)

Greta Thunberg, Assemblée générale des Nations unies, 23 septembre 2019

Le secrétaire général Antonio Guterres a ouvert le sommet spécial sur le climat par des mots très directs : «  La Terre lance un message terrifiant : arrêtez. »

16 jeunes de 8 à 17 ans intentent une action en justice contre 5 pays pollueurs

En marge de son discours mémorable à la tribune de l’ONU, Greta Thunberg et 15 autres enfants ont déposé une plainte officielle, et historique, devant le Comité des droits de l’enfant des Nations unies.

Ces 16 jeunes, âgés de 8 à 17 ans et venus de 12 pays, déposent avec l’aide du cabinet international d’avocats Hausfeld et l’appui de l’UNICEF une plainte qui vise la France, l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil et la Turquie.

Elle s’inscrit dans le cadre d’un « protocole optionnel » méconnu de la convention : il autorise depuis 2014 des enfants à porter plainte devant le comité des droits de l’enfant de l’ONU, s’ils estiment que leurs droits sont bafoués.

Plus :

La planète économique doit changer ses façons de faire, disent Greta Thunberg et Antonio Guterres (Radio-Canada)

Montréal marchera avec Greta Thunberg pour le climat (RCI)

Urgence climatique : « Nous avons assez parlé » (La Presse)

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «« La Terre lance un message terrifiant : arrêtez! » – Antonio Guterres»
  1. Pourquoi ne pas publier en traducion l’allocution complète de Madame Thunberg, qui ne fait que 4 minutes, au lieu d’en choisir seulement quelques phrases?
    Face à ce qui semble être un boycottage, nous allons la traduire tantôt pour https://tradfem.wordpress.com
    N’hésitez pasà la repiquer de notre site.
    Merci.