Depuis 1994, le prix Giller est un prix littéraire remis annuellement au Canada. Décerné en novembre, il récompense l'auteur d'un recueil de nouvelles ou d'un roman canadien anglophone. (Photo: iStock)

Dévoilement des finalistes au prix Giller

Share

Depuis 1994, le prix littéraire Giller est remis annuellement, au Canada, en novembre. Il récompense l’auteur d’un recueil de nouvelles ou d’un roman canadien anglophone.

Lors de cette dernière étape, certains d’entre eux et leurs récits se démarquent.

Ian Williams

(Random House Canada)

C’est le cas du Vancouvérois Ian Williams. Son premier roman intitulé Reproduction, paru à Random House Canada.

Déjà lauréat d’un prix de poésie, le Griffin, Ian Wiliams a réagi en parlant de la réalisation d’un rêve, soulignant que le métier d’auteur exige une bonne dose de modestie. Ce qui fait notamment partie de l’ADN canadien, a-t-il ajouté dans un sourire lors d’une entrevue téléphonique après l’annonce.

Les juges ont décrit Reproduction en ces termes :

« This novel is a sprawling tale of a cross-cultural family set in Williams’ hometown of Brampton, Ontario as a masterful unfolding of unexpected connections and collisions. »

(Trad. : Ce roman est une histoire tentaculaire d’une famille interculturelle. L’action se déroule dans la ville natale de l’auteur, Brampton en Ontario, avec un enchaînement magistral de connexions et de collisions inattendues.)    

Ian Williams (Giller)

Megan Gail Coles

(House of Anansi Press)

La Montréalaise Megan Gail Coles, qui a grandi à Savage Cove, une communauté du nord de l’île de Terre-Neuve, fait aussi partie de la liste des six finalistes.

L’auteure de plusieurs pièces de théâtre doit sa nomination à Small Game Hunting at the Local Coward Gun Club (Trad. La chasse au petit gibier au club de tir local des lâches, paru à House of Anansi Press.

L’histoire se déroule autour d’un restaurant haut de gamme de la capitale provinciale, Sait-Jean. On dit de cette fiction que c’est un écrit gothique terre-neuvien du XXIe siècle.

Megan Gail Coles (Photo : David Howells)

Michael Crummey

(Doubleday Canada)

Le roman The Innocents (Les innocents) de Michael Crummey, édité par Doubleday Canada, raconte les défis auxquels font face deux orphelins qui tentent de survivre au fond d’une crique escarpée de Terre-Neuve.

Michael Crummey (Giller)

Alix Ohlin

(House of Anansi Press)

De Vancouver, Alix Ohlin nous propose Dual Citizens paru à House of Anansi Press. Le roman explore la relation fusionnelle qui existe entre deux sœurs.

Alix Ohlin (Giller)

Steven Price

(McClelland & Stewart)

De Victoria, en Colombie-Britannique, Steven Price a situé l’action de son roman dans l’aristocratie italienne de la fin des années 50 avec Lampedusa, chez McClelland & Stewart.

Steven Price (Photo : Chad Hippolito)

David Bezmozgis

( HarperCollins Publishers)

Cet auteur canadien d’origine lettonne voit son nom faire partie de la courte liste avec Immigrant City, édité par HarperCollins Publishers. Ce recueil de nouvelles retrace le quotidien d’immigrants au pays.

David Bezmozgis (Giller)

117 œuvres soumises

Le prix Giller est accompagné d’une bourse de 100 000 $ et récompense le meilleur roman ou recueil de nouvelles publié en anglais. Les cinq finalistes recevront chacun 10 000 $.

C’est le 18 novembre à Toronto que sera dévoilé le nom du lauréat.

CP

Plus :

Nos dossiers sur le prix Giller au Canada (RCI)

Le jury du prix Giller (scotianbankgillerpize.ca)

Share
Catégories : Arts et spectacles, International, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*