Selon une étude commandée par Royal LePage, les immigrants qui choisissent le Canada y achètent un logement, notamment dans la région où ils sont arrivés. Généralement, ils ne comptent pas déménager dans un autre pays plus tard. Crédit : Istock.

Qui sont les nouveaux venus qui achètent de plus en plus de maisons au Canada?

Share

Une étude publiée par Royal LePage, spécialiste en immobilier au pays, démontre qu’une maison sur cinq (21 %) est achetée par un nouvel arrivant au Canada.

L’étude présente les nouveaux arrivants comme des personnes qui ont « déménagé au Canada au cours des 10 dernières années », et qui peuvent être « des immigrants, des étudiants, des réfugiés et des personnes venus au Canada pour travailler ».

Dans l’ensemble, ces nouveaux acheteurs représentent une part non négligeable du marché de l’immobilier.

Dans le contexte actuel de pénurie de la main-d’œuvre, le recrutement international et l’immigration feront en sorte que ce taux augmente considérablement au fil des ans. Selon l’étude, au cours des cinq prochaines années, 680 000 propriétés au pays seront achetées par de nouveaux arrivants. Ceux-ci ont un goût prononcé pour les maisons détachées (51 %). Ils deviennent généralement des propriétaires au bout de trois ans, et ils sont nombreux à percevoir l’immobilier comme un bon investissement.

Toujours selon l’étude, le Canada serait très prisé pour la qualité de l’accueil réservée aux immigrants, la sécurité et les infrastructures en santé et en éducation. Pas moins de 75 % des nouveaux-arrivants l’ont souligné tout en spécifiant qu’ils n’auraient pas voulu s’installer aux États-Unis avant leur arrivée au Canada.

Ils vont demeurer davantage dans la première région où ils sont arrivés, à moins d’une offre d’emploi alléchante qui les inciterait à déménager dans une autre région qui leur offrirait en plus une meilleure qualité de vie et des logements à prix abordables.

Un nombre important de ces immigrants arrive au pays avec des moyens suffisants pour devenir rapidement des propriétaires, ce qui facilite leur intégration tout en contribuant de manière significative à l’économie.

Selon l’étude de Royal LePage, 680 000 propriétés seront achetées par des nouveaux arrivants au cours des cinq prochaines années. Photo : Radio-Canada

À propos de l’étude :

1500 personnes ont été interrogées dans le cadre de cette étude réalisée en ligne entre le 21 et le 27 août. Ce sont généralement les nouveaux Canadiens établis au pays au cours des 10 dernières années qui ont répondu au sondage. La marge d’erreur est de +/-2,5 %, 19 fois sur 20.

Les résultats obtenus en ce qui concerne les projections de vente immobilière, les nouveaux arrivants utilisés, les données provinciales et les données nationales ont été évalués en prenant en considération différents calculs préexistants : les données de Statistique Canada sur les niveaux de migration internationale et les estimations démographiques trimestrielles au Canada, ainsi que le taux de propriété des nouveaux arrivants inclus dans un précédent sondage réalisé par Royal LePage sur les nouveaux arrivants.

Nécessité de mesures pour favoriser une plus grande accessibilité à la propriété

Bien que les nouveaux arrivants soient de plus en plus nombreux à vouloir devenir propriétaires, ce sont seulement 32 % qui accèdent réellement à la propriété. C’est un taux qui est très bas, en comparaison au taux global d’accession à la propriété au Canada estimé à 68 %.

C’est pourquoi il serait important pour les gouvernements d’envisager des mesures favorables à l’accession à la propriété pour les nouveaux arrivants. Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage pour le Québec, mentionne qu’il faut cibler davantage ces mesures afin d’assurer leur réelle efficacité.

Le vice-président et directeur général de Royal LePage, Dominic St -Pierre. Crédit photo : Royal LePage
Écoutez

Parmi les principales régions où les nouveaux arrivants choisissent généralement de s’installer figurent en bonne place l’Ontario qui comptent pour environ 46 % de la migration internationale au Canada, avec un taux d’accession à la propriété des nouveaux arrivants situé autour de 32 % pour les régions de Toronto et d’Ottawa, et de 29 % sur le plan provincial.

Au Québec, considéré comme la deuxième destination pour les immigrants, la demande immobilière est certes importante, mais seuls 25 % des nouveaux arrivants sont propriétaires d’une résidence contre 61 % pour l’ensemble de la population de la province. C’est l’un des taux les plus faibles au Canada.

La Colombie- Britannique apparaît comme la troisième destination pour les immigrants. Malgré les prix élevés des maisons, le taux d’accessibilité à la propriété des nouveaux arrivants dans la région de Vancouver est quasi similaire aux taux provinciaux et nationaux qui se situent autour de 32 %.

L’Alberta, les Prairies et les Maritimes attirent seulement entre 5 % et 8 % de la migration internationale du Canada. Par contre, le taux de propriété des nouveaux arrivants est très élevé en Alberta (45 %). Ces derniers représentent 18 % de tous les acheteurs. La ville se démarque ainsi comme l’une des plus attrayantes pour les immigrants et même pour les Canadiens.

La situation est presque similaire dans les Prairies qui, comme l’Alberta, n’attirent que 8 % de la migration internationale au Canada. Le taux de propriété des nouveaux arrivants est autour de 41 % de tous les acheteurs de la région. Ce taux est légèrement en dessous de 44 % dans les Maritimes, soit le deuxième taux de toutes les régions étudiées.

Avec des données de Royal LePage.
Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*