Photo : Flickr / Andrew Scheer

Seul le parti avec le plus de députés peut diriger le pays, croit à tort Scheer

Share

Le chef conservateur Andrew Scheer persiste, à tort, à dire qu’en l’absence d’une majorité, c’est le parti qui fera élire le plus de députés à la Chambre des communes qui formera le gouvernement après le vote du 21 octobre. Or, rien dans la constitution canadienne ne garantit ce dénouement.

Le chef conservateur a dépeint ce scénario, mercredi, lors d’une entrevue sur les ondes du réseau de télévision privé canadien CTV. Il disait alors s’attendre à ce que tous les partis respectent le fait que le parti qui obtiendra le plus de sièges formera le gouvernement et pourra mettre en place ses promesses électorales.

Jeudi matin, lors d’un arrêt à Brampton, en Ontario, il est allé un peu plus loin. « C’est clair que Justin Trudeau essaiera de faire n’importe quoi pour rester au pouvoir », a-t-il d’abord lancé, en anglais.

« La convention dans notre histoire moderne, c’est […] que le parti avec le plus grand nombre de sièges […] peut former un gouvernement. Et l’autre chose qui est claire est qu’un premier ministre qui sort d’une élection avec moins de sièges qu’un autre parti démissionne. Ça, c’est une convention moderne aussi », a-t-il enchaîné en français.

Le chef conservateur Andrew Scheer est allé encore plus loin en affirmant qu’il ne demandera pas l’appui des autres partis si sa formation politique ne remporte pas la majorité des sièges lundi. Il a aussi laissé entendre que les libéraux n’auraient pas le droit d’obtenir l’appui du parti NPD ou du Parti vert pour s’accrocher au pouvoir s’ils finissent derrière les conservateurs.

Ce que prévoit en réalité la Constitution

La Chambre des communes compte 338 sièges. Donc, si un parti ne remporte pas 170 sièges ou plus lundi, il y aura un gouvernement minoritaire.

Contrairement à ce que beaucoup de Canadiens croient probablement, le parti qui forme le gouvernement ne sera pas automatiquement celui qui remportera le plus de sièges.

Dans le système parlementaire, le premier ministre en poste demeure premier ministre jusqu’à ce qu’il démissionne officiellement ou qu’il soit destitué par le gouverneur général.

Donc, si les libéraux venaient juste derrière les conservateurs pour le nombre de sièges, Justin Trudeau, en tant que premier ministre, aurait la première chance de former le gouvernement.

Le chef libéral, lui, refuse de dire ce qu’il fera si les Canadiens élisent plus de députés conservateurs que de députés libéraux, le 21 octobre.

Ce qu’en pense le NPD

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique, n’est pas d’accord avec la vision alternative du chef conservateur.

Il juge qu’il n’est « pas acceptable » qu’un parti obtenant moins de 40 % des votes puisse avoir tout le pouvoir. Les néo-démocrates promettent de se servir de leurs sièges pour faire avancer leurs priorités.

« M. Scheer parle de respect, mais il ne respecte pas les gens. Il coupe les services, il rend la vie plus difficile, donc on va toujours lutter contre ça », a-t-il lancé lors d’un arrêt de campagne, à Welland, en Ontario.

Son parti, a-t-il promis, continuera de défendre les intérêts des Canadiens, peu importe de quelle façon, qu’il forme le gouvernement, qu’il soit l’opposition ou dans une coalition.

La vision du Parti vert

La chef des verts, Elizabeth May, estime que discuter d’un gouvernement de coalition est « prématuré » jusqu’à l’élection du 21 octobre.

Mme May affirme que dans les pays dotés d’un système électoral à représentation proportionnelle, les partis peuvent conclure des accords de coalition avant même la tenue du scrutin, mais que de telles discussions sont « inutiles » dans le système uninominal majoritaire à un tour du Canada.

Le Parti vert du Canada réclamerait toutefois un plan accéléré pour lutter contre les changements climatiques comme monnaie d’échange à leur appui.

Campagne électorale : Justin Trudeau forcé de porter un gilet pare-balles

(Stephane Mahe/Reuters)

RCI avec La Presse canadienne et CBC News

En complément

Aide internationale canadienne : faut-il en priver certains pays?

Publicité électorale : CBC/Radio-Canada en cour contre le Parti conservateur – RCI 

Vote par anticipation record aux élections fédérales de 2019 – RCI 

Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*