PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES PC

Le redécollage des Boeing 737 MAX d’Air Canada de nouveau retardé

Air Canada annonce qu’elle retire ses 24 avions Boeing 737 MAX de sa flotte jusqu’au 14 février.

La plus grande ligne aérienne du pays avait précédemment annoncé le retrait de ses 737 MAX du calendrier de vol jusqu’au 8 janvier.

Air Canada évoque une « incertitude réglementaire persistante ». Il s’agit d’une allusion au retard du feu vert que doit accorder la Federal Aviation Administration (FAA) à la compagnie Boeing.

Boeing dit s’attendre à ce que les autorités fédérales américaines acceptent les modifications apportées au logiciel au cours du quatrième trimestre, mais la FAA affirme ne pas avoir de calendrier précis.

Transports Canada dit que les 737 MAX ne seront pas autorisés à reprendre leur vol tant que les responsables du ministère ne seront pas entièrement convaincus que le constructeur et la FAA ont répondu à toutes les préoccupations et que les procédures et la formation adéquates des équipages sont en place.

Plus de flexibilité pour Air Canada

La chef des affaires commerciales d’Air Canada, Lucie Guillemette, explique que la prolongation jusqu’à la Saint-Valentin du retrait des 737 MAX procurerait à Air Canada une « prévisibilité dans l’établissement de l’horaire », puisqu’elle est sur le point de déployer un tout nouveau système de réservation.

La compagnie aérienne a ajouté qu’elle louerait deux autres gros porteurs au moins jusqu’à la relâche du mois de mars pour contrebalancer l’absence des 737 MAX, qui représentent environ 20 % de sa flotte à fuselage étroit.

Du côté de WestJet, la décision est différente

En septembre dernier, la seconde compagnie aérienne en importance, WestJet, avait annoncé qu’elle retirait le 737 Max de son calendrier jusqu’au 5 janvier. Une porte-parole du transporteur de Calgary a précisé mercredi que la compagnie n’avait conscience d’aucun nouveau problème et qu’elle n’avait aucun changement à annoncer.

Brian Znotins (Mia Sheldon/CBC)

Brian Znotins, vice-président de WestJet responsable des horaires au siège social de l’entreprise à Calgary, affirmait toutefois, plus tôt cet automne, que si le MAX 8 était autorisé à voler dès décembre, la compagnie aérienne pourrait envisager un vol occasionnel pour réduire la demande, « le vendredi avant Noël [par exemple] ».

Le vice-président des opérations aériennes, Scott Wilson, admettait cependant qu’il y avait un défi auquel toutes les compagnies aériennes du monde devront faire face : attirer des passagers qui pourraient être réticents à prendre l’avion dans un appareil qui a subi deux accidents récents.

Rick Erickson (JULIEN LECACHEUR)

Rick Ericksen, analyste en aéronautique, se disait récemment impressionné par la façon dont les compagnies aériennes canadiennes font face à la situation et par la façon dont les trois ont géré l’immobilisation au sol.

À part la perte de revenus, les compagnies aériennes n’ont que très peu de capacité excédentaire pour l’instant pour faire face à tout autre problème qui pourrait survenir, selon lui.

Où sont cachés tous ces avions

Les deux plus grandes compagnies aériennes au pays empruntent des voies différentes pour gérer leurs Boeing 737 MAX 8 cloués au sol.

Plus tôt cet été, Air Canada envisageait d’envoyer ses 24 737 MAX dans le désert, où la chaleur et le climat sec préviennent la corrosion provoquée par la pluie, la neige, le grésil et la glace.

En Amérique du Nord, la plupart des sites sont situés dans le sud-ouest des États-Unis. Southwest Airlines, qui compte 34 737 MAX dans sa flotte, a opté pour le désert de Mojave en Californie.

WestJet Airlines a plutôt décidé de garer ses 13 MAX 8 dans ses hangars canadiens, où ils font régulièrement l’objet de vérifications de maintenance. De plus, ils font tourner les moteurs une fois par semaine.

Des avions Boeing 737 MAX de Southwest Airlines stationné sur le tarmac de l’aéroport logistique du sud de la Californie à Victorville le 28 mars 2019 (Photo par MARK RALSTON/AFP/Getty Images)

RCI avec les informations de Ian Hanomansing de CBC News, La Presse canadienne et la contribution d’Anne-Marie Dusseault et Daniel Blanchette Pelletier de Radio-Canada

En complément

Un été sans Boeing 737 MAX : les transporteurs canadiens évitent le pire – Radio-Canada 

La fermeture du gouvernement par Trump avait retardé la mise à jour informatique des 737 MAX – RCI 

Boeing forcé de mettre à jour le logiciel de navigation sur ses Boeing 737 MAX – RCI 

Catégories : Économie, International, Internet et technologies
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.