En moyenne, 20 à 40% des fécondations in vitro sur des femmes en bonne santé arrivent à terme. (Photo : Benoit Tessier/Reuters)

La réussite d’une fécondation in vitro résiderait dans le choix de l’embryon

Share

Au Canada, un couple sur six a des problèmes d’infertilité et le nombre de personnes concernées a notamment doublé depuis les années 1980.

Une des solutions les plus favorisées par les couples consiste à effectuer une fécondation in vitro, en fécondant l’ovule avec le sperme à l’extérieur du corps de la femme.

Toutefois, le taux de succès dans les cliniques de fertilité, qui diffère selon les méthodes d’analyse utilisées, reste assez bas avec une moyenne de 20 à 40 % pour les femmes en bonne santé. Mais cela pourrait peut-être changer dans un avenir proche.

Une nouvelle étude du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) pourrait avoir mis le doigt sur un mécanisme qui contribue probablement au faible taux de succès de grossesses dans certaines cliniques de fertilité.

Greg FitzHarris, chercheur au CRCHUM et professeur à l’Université de Montréal, a participé au papier de son élève, Lia Paim, première auteure et doctorante.

Il nous a donné plus de détails quant au processus de fécondation in vitro duquel se base l’étude publiée dans la revue Nature Communications :

Un employé fait une démonstration du processus d'extraction des ovules dans un laboratoire du Centre de reproduction e-Stork à Hsinchu, dans le nord de Taïwan (Pichi Chuang/Reuters)
Choisir le bon embryon

Le processus consistant à choisir un embryon par rapport à un autre diffère selon les cliniques au Canada et ailleurs dans le monde.

M. FitzHarris met d’ailleurs l’accent sur le fait qu’il n’y a pas de méthode modèle. Souvent, les embryologistes n’utilisent qu’un simple microscope afin de visualiser les embryons et les choisir. C’est en partie pour répondre à ce problème, mais aussi afin d’élucider un mystère génétique, que le CRCHUM a mené son étude.

Comme l’indique le professeur FitzHarris, les cliniques n’ont pas les moyens de se pencher plus amplement sur cette problématique et c’est là qu’est intervenu le Centre de recherche du CHUM.

Afin de comprendre cette anomalie génétique, où un embryon possède deux noyaux, Lia Paim a tenté de reproduire ce phénomène sur des souris de laboratoire.

Photo de Lia Paim (gauche) et Greg FitzHarris (droite) (gracieuseté du CHUM)

Cette étude reste au stade de la recherche fondamentale, mais les chercheurs y fondent beaucoup d’espoirs pour réduire l’infertilité.

Nous espérons que nos résultats aideront les cliniques de fertilité à sélectionner les meilleurs embryons à réimplanter chez les patientes. Cette étape est l’une des clés du succès en ce qui concerne la fécondation in vitro. Elle pourrait permettre d’augmenter les chances de certains couples d’avoir des enfants. Lia Paim dans un communiqué de presse

Le laboratoire de recherche veut ainsi aider les cliniques à faire les bons choix, mais son objectif premier reste de comprendre pourquoi ce phénomène de deux noyaux se produit dans cet environnement artificiel et non pas dans les tissus naturels.

La prochaine étape sera donc de se pencher plus en détail sur ces questions fondamentales.

Avec l’Agence de la santé publique du Canada

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*