AFP - SEBASTIAN KAHNERT

La Colombie-Britannique sonne le glas des changements d’heure au pays

Share

Le premier ministre de la Colombie-Britannique met de l’avant un projet de loi visant à éliminer les changements d’heure saisonniers sur son territoire. Il va maintenant tenter de convaincre le reste du pays et ses homologues provinciaux d’abolir cette pratique qui force les Canadiens à reculer ou à avancer leurs horloges électroniques et biologiques deux fois par année.

Le procureur général de la province canadienne la plus à l’ouest du pays, David Eby, indique que le projet de loi permettra à la Colombie-Britannique de cesser de passer de l’heure avancée et à l’heure normale chaque printemps et chaque automne.

Le projet de loi de jeudi créera un nouveau nom pour le fuseau horaire permanent : heure du Pacifique. Le projet de loi, appelé Interpretation Amendment Act, aurait pour effet de supprimer une loi existante qui permet le changement d’heure deux fois par année.

L’heure est d’abord aux vérifications

Avant d’apporter des changements, M. Eby indique que le gouvernement veut s’assurer que la Colombie-Britannique se retrouvera à la même place que ses partenaires commerciaux locaux dans les États américains de Washington, de l’Oregon et de la Californie.

« Il faut s’assurer que nous sommes sur un fuseau horaire cohérent sur l’ensemble de la côte ouest des États-Unis, a-t-il dit. C’est un énorme marché pour nous. Nous sommes une économie qui dépend de l’exportation et c’est donc une considération. »

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a récemment discuté de la possibilité d’abandonner le changement d’heure avec le gouverneur de l’État de Washington, Jay Inslee, ainsi qu’avec d’autres politiciens américains.

Les législateurs de la Californie, de l’Oregon et de l’État de Washington ont proposé de leurs côtés des projets de loi visant à mettre fin au changement et à observer l’heure d’été toute l’année. Ces États ont besoin de l’approbation du gouvernement fédéral avant d’agir.

Les fuseaux horaire en ce moment au Canada Photo : Wikipédia

Comment cela affectera-t-il les résidents des autres provinces du pays?

Si la Colombie-Britannique utilisait de façon permanente le fuseau horaire UTC-7 toute l’année, la province ne reculerait pas d’une heure en novembre, alors que la majeure partie du pays le ferait encore.

Si la Colombie-Britannique révoque la pratique du changement de l’heure, l’heure d’été dans cette province serait donc maintenue à l’année et les Canadiens des autres provinces ne constateraient une différence qu’en hiver.

Au lieu de trois heures de décalage par exemple entre la Colombie-Britannique et le Québec ou l’Ontario, l’écart ne serait plus que de deux heures en hiver. L’Alberta et tout le territoire de la Colombie-Britannique auraient aussi la même heure en hivers, mais une heure de différence en été.

La Colombie-Britannique aurait en tout temps une heure de retard sur la Saskatchewan. Le décalage horaire entre la Colombie-Britannique et la Saskatchewan serait donc fixe toute l’année si la Colombie-Britannique cessait d’utiliser l’heure normale parce que, bien que située dans le fuseau horaire des Rocheuses, la majeure partie de la Saskatchewan observe l’heure normale du Centre toute l’année.

En résumé, si tout le Canada finissait par mettre fin au changement horaire bisannuel, on pourrait affirmer que la Saskatchewan aura été en avance sur tout le pays depuis toujours. La Saskatchewan n’a jamais adopté la technique de l’heure avancée, ayant rejeté l’idée lorsqu’elle a pris racine il y a plus de 50 ans.

Changement d’heure dimanche au Canada. Serait-ce le dernier?

La tour de la Paix vue à travers les feuilles d’un arbre sur la colline du Parlement canadien à Ottawa le 23 octobre 2019. (Sean Kilpatrick/Presse canadienne)

RCI avec les informations de Rhianna Schmunk de CBC New,  la Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

La Colombie-Britannique ne veut plus du changement d’heure – Radio-Canada 

Quel est le rôle du quartz dans notre mesure du temps et nos changements d’heures? – RCI 

Plaisirs et périls du petit changement d’heure au Canada – RCI

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*