La tour Martello-de-Carleton a été construite en 1813, par les Royal Engeneers britanniques. Elle surplombe le port de Saint John. Crédit : Groupe CNW/Groupe Atwill-Morin.

Saint-Jean au Nouveau-Brunswick : la tour Martello-de-Carleton sera restaurée

Share

Située à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, cette tour a une valeur symbolique dans l’histoire architecturale militaire du Canada. L’octroi d’un contrat de 5 millions de dollars, au Groupe Atwill-Morin, permettra de la restaurer pour qu’elle retrouve toute sa splendeur.

Une ancienne fortification vieille de plus de 200 ans

La tour Martello-de-Carleton a joué un rôle important lors de la guerre de 1812 qui a opposé les États-Unis à la Grande-Bretagne, avec l’implication du Canada, depuis le Haut-Canada, le Bas-Canada et la région des Grands Lacs. Cette guerre aura permis, au bout de deux ans, de dissuader les Américains d’envahir la colonie de l’Empire britannique qu’était le Canada à cette époque. (Source : Encyclopédie canadienne)

Elle avait été bâtie en 1813, par les Britanniques, un an avant le traité de Gand qui avait mis fin à la guerre. Elle avait pour but de « protéger les voies d’approche venant de l’ouest de la ville de Saint-Jean contre un éventuel assaut américain » (Encyclopédie canadienne), et de préserver ainsi « le plus grand et plus important port du Nouveau-Brunswick ».

La tour, de forme ronde, construite en pierres, et achevée un an après la fin de la guerre, se dresse sur la colline de Landcaster, où elle a joué un rôle militaire mémorable dans l’histoire du Canada depuis 1866 comme lieu de dépôt d’armes et de fournitures militaires et lieu d’entraînements des milices. La tour a également servi de prison militaire et de poste d’observation pendant la Première Guerre mondiale.

Lieu historique et attraction touristique

À la fin de la Première Guerre mondiale, la tour n’a plus joué de rôle militaire et elle a été cédée, en 1923, au bureau des Parcs nationaux du Canada. Celui-ci a depuis procédé à des travaux de réparation de sa structure vieillie et endommagée par les intempéries, ce qui a donné à la tour une nouvelle allure.

C’est alors qu’elle a été désignée lieu historique, avant d’être à nouveau cédée aux militaires qui l’ont utilisée à titre de centre d’observation de forteresse et de centre de commandement des tirs des défenses côtières, durant la Deuxième Guerre mondiale.

Redevenue un lieu historique national en 1948, cette tour apparaît de nos jours comme l’une des plus « populaires attractions touristiques de Saint-Jean ». (Source : communiqué de presse)

Un contrat de 5 M$ pour restaurer le monument de pierres

La tour Martello-de-Carleton (Carleton représente l’ancienne appellation de la ville de Saint-Jean) a connu plusieurs dommages. Soucieux de préserver cet ouvrage considéré comme l’une des pièces maîtresses de l’histoire militaire du Canada, le bureau des Parcs nationaux a fait appel au Groupe Atwill-Morin pour la réalisation des travaux de restauration.

Ces travaux prendront fin le 24 décembre 2020. Pour l’entreprise, c’est un « honneur et un privilège » de bénéficier d’un « contrat aussi prestigieux » qu’il convient d’exécuter avec « beaucoup de parcimonie ». (Source : communiqué de presse)

« Elle était d’une hauteur initiale de 9 mètres avec une plateforme canon mesurant 15 mètres de largeur à la base. Donc ces travaux de restauration exigeront beaucoup de doigté, de minutie et d’expertise », a relevé Matthew-Atwill-Morin, le président et chef de la direction de la compagnie.

« Les murs de deux mètres d’épaisseur devront notamment être refaits, par endroits, ou solidifiés, dans le respect des normes et des pierres d’origine qui seront toutes restaurées avant de reprendre leurs places, une à une, dans beaucoup de cas, dans un ensemble d’une complexité plutôt particulière », indique le communiqué de presse.

Source : Groupe Atwill-Morin et Encyclopédie canadienne.
Sur le même sujet :

À St. Andrews, au Nouveau-Brunswick, les touristes peuvent visiter un blockhaus, vestige de la guerre britanno-américaine de 1812.
Share
Catégories : Histoire, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*