Un homme a reçu sa provision de la Banque alimentaire. Crédit : Istock.

Être célibataire au Canada vous exposerait à la faim

Share

Un rapport de Banques alimentaires Canada souligne l’importance d’établir un meilleur système de sécurité du revenu pour venir en aide aux personnes célibataires qui sont de plus en nombreuses à fréquenter les banques alimentaires.

Une analyse des données de 4934 banques alimentaires au Canada montre que le taux de célibataires fréquentant les banques alimentaires au pays est passé de 38 % de l’ensemble des utilisateurs en 2010 à 48 % cette année.

C’est une augmentation substantielle qui traduit une certaine vulnérabilité chez les personnes concernées qui éprouvent beaucoup de difficultés à s’alimenter convenablement, à cause d’un manque de revenus.

Il s’agit généralement d’aînés et de personnes handicapées, dont la situation peut se compliquer davantage en raison de problèmes de santé et autres difficultés sur le marché de l’emploi.

Ces personnes perçoivent généralement des prestations d’invalidité ou une pension. Dans bien des cas, les montants des prestations d’invalidité ont connu une baisse considérable au cours des trois dernières décennies, ce qui n’est pas toujours de nature à rassurer en raison du coût de la vie qui ne cesse d’augmenter.

Plusieurs personnes qui vivent seules dépendent principalement de ces prestations ou de la pension, et elles n’ont d’autres choix que de recourir aux banques alimentaires pour se nourrir.

Le pourcentage de clients des banques alimentaires dont la principale source de revenus provient de prestations d’invalidité provinciales (14,4 % en 2010 contre 17,3 % en 2019) ou d’une pension (6,6 % en 2010 contre 9’M0 % en 2019 ) est en croissance. Les clients recevant des prestations d’invalidité et des pensions combinées sont passés de 21 % de l’ensemble des clients des banques alimentaires en 2010 à 26,3 % en 2019 ». (Source : communiqué de presse)

C’est une situation qui nécessite une solution ciblée, soutient Chris Hatch, le chef de la direction de Banques alimentaires Canada. Il estime que le « visage de la faim a changé au cours des dernières années au pays ».  Les ménages monoparentaux ne sont plus les principales victimes, car leur recours aux banques alimentaires a considérablement diminué, passant de 27,5 % à un peu plus de 18 % au cours de neuf dernières années.

M. Hatch demande qu’on mette sur pieds un filet de sécurité sociale susceptible de répondre aux besoins des célibataires.

« La priorité, c’est d’établir un meilleur système de sécurité du revenu pour réduire l’insécurité alimentaire chez ce groupe qui connaît également des taux élevés de problèmes de santé mentale. Nous craignons que le stress qui en résulte sur les revenus et la santé contribuent à la croissance des niveaux de pauvreté et du besoin de banques alimentaires », a-t-il ajouté.

La situation des célibataires est aggravée par les coûts des logements locatifs qui ne cessent d’augmenter, et qui absorbent une part importante de leurs revenus.

Le nombre de visites des Canadiens vivant dans un logement locatif a augmenté par rapport à celui des personnes vivant dans un logement social :

  •  en mars 2019, 17 142 ménages sur le marché locatif,
  •  528 ménages dans des maisons de chambres,
  • 3495 ménages dans des logements sociaux. (Source : communiqué de presse)

Ils ont tous eu recours à des banques alimentaires partout au Canada.

 Source : Banques alimentaires Canada
Sur le même sujet :

Le Canada peut-il se passer de banques alimentaires? Entrevue avec l'avocate Jessica Dufresne.
Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*