Un rapport médical électronique. Crédit : Istock

Doit-on craindre pour la confidentialité des données médicales des Canadiens?

Share

La question se pose puisque plusieurs médias rapportent que Google a conclu un accord secret avec un organisme privé du secteur de la santé aux États-Unis qui exploiterait des centaines de centres de soins et de maisons de retraite.

Les données des patients en danger?

D’après un article publié par Le Monde mardi, c’est le Wall Street Journal qui a rapporté cette information faisant état d’un accord secret entre Google et Ascension, un acteur du secteur de la santé aux États-Unis.

Cet accord permettrait à Google d’amasser, sur sa plateforme Google Cloud, des milliers d’informations médicales de patients américains, sans leur consentement.

La situation suscite des inquiétudes, quand on sait quelles peuvent être les conséquences d’une telle démarche pour les patients. Ce sont des « dossiers médicaux complets de patients » qui risquent de se retrouver entre les mains de ce géant du web, sans qu’on sache véritablement quelles sont les intentions qui motivent son initiative de collecter ainsi les « identités de patients, leurs diagnostics, les résultats de leurs examens médicaux ainsi que leurs antécédents ». (Source : Le Monde)

Reprenant les explications du Wall Street Journal, le quotidien français rapporte que Google, avec son accord jugé « légal » conformément au Health insurance portability and accountability act (HIPPA), chercherait à « développer, grâce à l’analyse des données et l’intelligence artificielle (IA), des outils permettant de suggérer aux médecins des examens complémentaires, des prestations supplémentaires ou des traitements, voire de découvrir des anomalies dans le parcours de soins ». Google agirait donc dans l’intérêt du patient et de sa santé.

Cette information est dévoilée dans un contexte de « cyber insécurité » permanente, avec ses vols de données personnelles et ses tentatives d’usurpation d’identité.

Le scandale Cambridge Analytica reste frais dans les mémoires et souligne l’importance de protéger les données confidentielles, quels que soient le domaine concerné et le réseau social qui abrite ces données. Ce scandale avait permis d’analyser en profondeur la sécurité des données des clients sur les réseaux sociaux et de mettre en lumière une certaine vulnérabilité qui aurait permis par exemple à la Russie de s’ingérer dans le processus électoral aux États-Unis.

Étant donné la proximité entre les États-Unis et le Canada, et qu’un nombre incalculable de pratiques sont similaires chez les deux voisins, devrait-on redouter qu’un accord comme celui qui vient d’être conclu avec Ascension puisse un jour unir Google au système de santé canadien?

Google, comme bien des entreprises similaires du web, a un fonctionnement centré sur les données collectées et stockées. Toute faille de sécurité sur ses plateformes rend les informations de ses clients vulnérables.

Il faut rappeler que Facebook a reçu plusieurs critiques, après que Cambridge Analytica, « compagnie britannique spécialisée dans le profilage psychographique » (Source : Radio-Canada) eut mis la main sur les données de ses utilisateurs, sans autorisation, dans le but d’influer sur les élections américaines de 2016.

Des informations collectées à des fins scientifiques ont ainsi pu être utilisées à d’autres fins plus politiques.

Avec des informations du journal Le Monde, du Wall Street Journal et de Radio-Canada.

En complément :

L’accord controversé de Google avec plus de cent cinquante hôpitaux aux États-Unis

Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*