businessman sitting and his hand clasped head, he is feeling of stressed and sadness, concept of business failure and financial problem.

Maladie mentale : 1 Canadien sur 5 en âge de travailler en souffre

Share

C’est dire que la santé mentale au travail des Canadiens devrait faire l’objet d’une plus grande attention.

Les spécialistes issus des milieux universitaires et médicaux et du monde du travail se penchent sur la question.

À l’initiative de la compagnie d’assurance Croix Bleue Medavie, ils font le tour des grandes métropoles canadiennes dans le but de partager leurs expériences, en ce qui a trait au dépistage et à la prise en charge des problèmes de santé mentale des Canadiens en âge de travailler. (Source : communiqué de presse)

Ces spécialistes soulignent qu’il faut surtout prendre en compte les déclencheurs de cette condition qui concerne un Canadien en âge de travailler sur cinq.

« Le lien entre les maladies cardiaques et les maladies mentales est indéniable. La dépression, l’anxiété et le stress peuvent tous être des complications en aval des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, du diabète et du cancer. Établir ce lien est la première étape pour appuyer les Canadiens à risque dans leur cheminement vers une meilleure santé. En adaptant un mode de vie saine et en éliminant les comportements à risque, les personnes touchées peuvent prévenir ou même renverser les maladies chroniques et les troubles psychologiques secondaires, ou encore en retarder l’apparition », affirme Dr Paul Oh, directeur médical de l’University Health Network.

En ciblant ainsi les mesures de prise en charge et en agissant concrètement sur le terrain, les bénéfices seront perceptibles, aussi bien pour les entreprises que pour l’économie nationale.

« En réduisant de 10 % le nombre de jeunes souffrant d’une nouvelle maladie mentale au cours d’une année, nous pourrions économiser au moins 4 milliards de dollars par an après 10 ans », observe le Dr Peter Farvolden, scientifique en chef du MindBeacon Group, dans le communiqué.

C’est pourquoi la conversation sur le sujet cible les changements à apporter pour favoriser une meilleure santé mentale ainsi qu’un mieux-être au travail.

Les conférenciers, ainsi que les porte-parole Serena Ryder (artiste lauréate d’un prix Juno) et Étienne Boulay (ancien joueur de la Ligue canadienne de football) ont été tour à tour à Montréal, Toronto et Halifax. Ils ont échangé sur les « mesures concrètes qui favorisent la santé, la productivité et le leadership au travail » avec les employeurs, les professionnels des ressources humaines et autres conseillers et consultants en régime de soins de santé.

La série de conférences Benefits vise à trouver des solutions durables aux différentes entraves à la résolution des problèmes de santé mentale :

  • accès difficile aux professionnels qualifiés en santé mentale et aux soins,
  • stigmatisation,
  • coûts élevés. (Source : communiqué de presse)

Selon Croix Bleue Modavie, le coût économique de la prise en charge des problèmes de santé mentale des Canadiens en âge de travailler pourrait frôler les 90 milliards de dollars en 2021. Crédit : iStock

À propos de santé mentale en milieu de travail

Il s’agit généralement de troubles anxieux et de la dépression.

La dépression est classée 2e cause d’incapacité à l’échelle du monde.

Les personnes peuvent également être dépendantes à l’alcool aux drogues et aux jeux de hasard.

Elles peuvent aussi être sujettes aux troubles de l’adaptation et à l’épuisement professionnel.

Il est généralement mentionné que la surcharge de travail, la faible reconnaissance, le manque de participation aux décisions, les mauvaises relations de travail, ainsi que l’insuffisance de communication entre la hiérarchie de l’entreprise et les employés peuvent être à l’origine de ces problèmes.

C’est pourquoi les pistes de solution devraient tenir compte de ces éléments. (Source : Entreprises Québec.)

Avec des informations de Croix Bleue Medavie et d'Entreprises Québec
Sur le même sujet :

À Sudbury, les employés municipaux sont de plus en plus nombreux à s'absenter du travail à cause de problèmes de santé mentale. Près du quart des absences sont liées au stress, à l'anxiété et à la dépression. Le syndicat qui représente ces employés somme la Ville d'agir pour endiguer le problème. Les problèmes de santé mentale sont maintenant la cause première d'absence à la Ville.
Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*