Selon un sondage Ipsos pour la Société Financière Manuvie, plusieurs ménages canadiens dépenseraient plus qu’ils ne gagnent. Leur situation d’endettement demeure importante. Crédit : Istock.

Endettement des ménages canadiens : ardoise salée pour les générations X et Y

Share

Les Canadiens seront-ils endettés à vie? La question se pose parce que deux Canadiens sur cinq estiment qu’ils le seront toute leur vie.

Selon les conclusions d’une enquête de la Société Financière Manuvie, menée auprès de 2001 Canadiens de toutes les provinces, le ménage moyen au Canada est trop endetté et dépense plus qu’il ne gagne.

Cette tendance augmente considérablement, puisque les gens contractent des dettes autres que leur dette hypothécaire. Il s’agit généralement des soldes impayés sur les cartes de crédit qui viennent alourdir leur endettement.

Les millénariaux (Y) et la génération X sont les plus susceptibles d’avoir d’importantes dettes, tandis que les baby-boomers s’en sortent plutôt bien. Ce qui rend la situation des membres de la génération X plus précaire est le fait qu’ils épargnent moins. C’est une génération qui affiche davantage de pessimisme lorsqu’il s’agit de la capacité de payer la dette de son vivant.

Selon l’enquête, les difficultés des millénariaux seraient justifiées par le fait qu’ils ne trouvent pas toujours facilement un emploi. L’espoir pour cette génération découlerait du fait que leurs revenus sont susceptibles de connaître assez rapidement une ascension. Par ailleurs, les Y se distinguent par leurs fortes habiletés à manier la technologie pour mieux gérer leurs finances, entre autres grâce à un plan personnalisé sur des applications en ligne.

« Nous savons que les Canadiens cherchent des options simples et faciles à utiliser pour faire le suivi et la gestion de leurs objectifs financiers. C’est pourquoi nous avons conçu notre nouvelle application de A à Z et l’avons centré sur les besoins de nos clients », relève Rick Lunny, président et chef de la direction de la Financière Manuvie.

En dehors de leur dette hypothécaire, les Canadiens doivent composer avec des soldes impayés sur leurs cartes de crédit. Crédit : iStock

Quelques grandes tendances du sondage :
  • 2 répondants sur 5 pensent qu’ils seront endettés toute leur vie;
  • selon 94 % des Canadiens, le ménage moyen au pays est trop endetté;
  • 45 % des répondants estiment que leurs dépenses augmentent plus vite que leurs revenus, comparativement à 33 % au printemps;
  • seuls 12 % des répondants ont affirmé que leurs revenus augmentaient plus vite que leurs dépenses;
  • 55 % des personnes déclarent avoir des dettes non hypothécaires considérables, dont 60 % de dettes reliées aux soldes non payés sur des cartes de crédit;
  • 67 % des Canadiens endettés présument que tout le monde l’est également;
  • 3 baby-boomers sur 5 interrogés ont affirmé qu’ils sont en meilleure situation financière que leurs parents au même âge, en comparaison à 49 % des membres de la génération X et des millénariaux (Y);
  • 14 % des millénariaux ont dit éprouver des difficultés à intégrer le marché du travail, contrairement à 9 % des répondants de 41 à 69 ans; la même proportion de millénariaux est plus susceptible de voir son salaire augmenter rapidement, comparativement à 10 % des répondants de 41 à 69 ans;
  • 3 millénariaux sur 4 soutiennent qu’il est important d’avoir accès à leurs plans financiers, de préférence dans une application en ligne;
  • Plus de la moitié des millénariaux endettés qui estiment avoir maîtrisé leur situation mettent de l’avant l’importance de la technologie dans leur processus de désendettement, comparativement à 1 Canadien sur 3 parmi les X et les baby-boomers.

Source : communiqué

2001 Canadiens de 20 à 69 ans, avec des revenus supérieurs à 40 000 $, interrogés en ligne par Ipsos du 20 au 26 septembre 2019, dans toutes les provinces du pays. Les résultats nationaux ont été pondérés par sexe, par âge, par région et par niveau de scolarité. L’intervalle de crédibilité est de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20, par rapport à ce que les résultats auraient été si tous les Canadiens âgés de 20 à 69 ans avaient répondu au sondage.

Source : rapport Société Financière Manuvie

Sur le même sujet :

Affaires express

.

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*