Rhiannon Moore, chercheuse d'Ocean Wise et étudiante à la maîtrise à l'Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, montre une fiole de microplastiques au Ocean Wise Plastics Lab à Vancouver dans une photo distribuée en novembre 2019.Valeria Vergara / THE CANADIAN PRESS

Plastiques et polyester dans les estomacs des baleines de l’Arctique

Share

Une étude inédite en son genre et réalisée sur sept cadavres de bélugas des eaux arctiques éloignées canadiennes a découvert des microplastiques dans les entrailles de toutes les baleines disséquées.


Microplastiques et mésoplastiques trouvés sur la plage d’Almaciga Beach, sur la côte nord de l’île de Tenerife. (AFP/Getty Images)

Des chercheurs de l’organisme Ocean Wise ont travaillé avec des chasseurs inuit dans les Territoire du Nord-Ouest pour recueillir ces estomacs de baleines de 2017 à 2018.

Au total, on a trouvé quelque 350 morceaux de plastique et de fibres de plastique dont la plupart mesuraient moins de deux millimètres et dont environ la moitié étaient du polyéthylène terphalate, du PET, couramment utilisé dans les bouteilles d’eau embouteillée. Neuf types de polymères en plastique ont été découverts chez les animaux, le polyester étant le plus courant.

L’étude publiée dans Science Direct et réalisée en partenariat avec Pêches et Océans Canada ainsi que l’Université Simon Fraser en Colombie-Britannique est la première du genre sur la présence des microplastiques chez un mammifère marin au Canada.

À mille lieues des grandes industries

L’auteure principale de cette enquête, Rhiannon Moore, affirme qu’elle ne s’attendait pas à voir autant de microplastiques dans une région aussi nordique et éloignée de la présence humaine.

« Ça m’a d’abord surpris. Je me suis dit qu’il s’agissait d’un prédateur de l’extrême nord de l’Arctique, dans un endroit assez éloigné », dit Mme Moore dans une entrevue.

Cela démontre selon elle à quel point les microplastiques peuvent voyager loin et comment ils se sont infiltrés même dans les environnements les plus reculés de la planète.

« Cela nous dit clairement qu’ils sont omniprésents, qu’ils aboutissent partout, dit-elle. C’est un problème mondial, ce n’est pas un problème local maîtrisé, donc il va falloir beaucoup d’acteurs différents – gouvernement, industries et consommateurs – pour essayer de limiter le flux. »

La plupart des microplastiques trouvés dans l’océan proviennent en fait de nos vêtements, estime Mme Moore. Pendant le lavage, des microfibres dans les vêtements sont libérées et entrent dans le flux d’eaux usées. En raison de leur petite taille, ils ne sont pas filtrés et finissent dans l’océan.

Une enquête nauséabonde

Rhiannon Moore se frayant un chemin dans l’estomac d’un béluga. (Ocean Wise)

Lors de ses travaux de recherche, Rhiannon Moore devait revêtir une combinaison jaune et plonger ses bras directement dans les entrailles des bélugas de l’Arctique.

Chaque estomac a à peu près la taille d’une citrouille et comporte de multiples cavités, semblables à l’estomac d’une vache. « Tu es en train d’explorer ce labyrinthe d’organes », disait-elle l’an dernier à CBC News.

L’odeur peut être difficile à gérer pour l’experte, qui est végétarienne. Elle la compare à l’arôme d’un vieux steak. Au laboratoire, elle doit porter un masque anti-poussière avec sa combinaison et applique de l’huile d’eucalyptus pour masquer l’odeur.

« Ce n’est certainement pas joli, et ce n’est certainement pas propre. En général, je commence d’un bout à l’autre et je travaille jusqu’au bout avec un scalpel et des ciseaux, ajoute-t-elle.

Rhiannon Moore dans une tente de nettoyage pour la dissection. (Ocean Wise)

Effets sur la santé encore incertains

Bien que des études antérieures aient examiné des baleines mortes où la présence de plastique pouvait ou non avoir été prise en compte dans leur mort, il s’agissait du premier test pour les microplastiques prélevés sur des baleines saines qui avaient été prises pour se nourrir.

Les chercheurs soupçonnent que les minuscules morceaux de plastique ont d’abord été ingérés par les poissons qui ont ensuite été mangés par les baleines. Ils notent également que les effets à long terme sur la santé des baleines et des membres de la communauté qui les mangent sont inconnus. Mais même s’ils sont mineurs, il pourrait s’agir d’un problème de santé de plus qui s’ajoute aux nombreuses autres préoccupations des baleines dans un environnement en évolution.

On a constaté que les microplastiques absorbent les toxines qui peuvent s’infiltrer dans l’organisme au cours du processus digestif.

Le saviez-vous? Un parasite chez nos chats torpille la santé des bélugas dans le fleuve Saint-Laurent!

Photo : Meighan Makarchuk et iStock

Une recherche canadienne publiée l’an dernier, dans le magazine scientifique Diseases of Aquatic Organisms, soutenait que les bélugas du fleuve Saint-Laurent, qui font déjà face à de nombreuses menaces pour leur survie, doivent en plus affronter un parasite que l’on retrouve uniquement chez les chats.

Selon cette recherche, l’augmentation de la population féline au Canada accentue les risques de transmission du parasite Toxoplasma gondii aux bélugas.

Stéphane Lair, professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, et l’un des auteurs de l’étude, indiquait que sur 34 carcasses de bélugas examinées de 2009 à 2012, 44 % contenaient le fameux parasite à l’origine de la toxoplasmose.

Les animaux marins sont depuis longtemps en contact avec le Toxoplasma gondii, mais la croissance de la population de chats domestiques semble avoir une incidence sur sa transmission aux bélugas en voie de disparition.

Selon le professeur Stéphane Lair, les propriétaires de chats pourraient réduire la présence du parasite chez les mammifères marins en s’assurant de ne plus jeter les excréments de leur animal dans les égouts.

RCI avec La Presse canadienne, les informations de CBC Radio et la contribution de Radio-Canada

En complément

Baie d’Hudson : observer en direct des bélugas – RCI 

« Béguin » pour les bélugas du Canada – RCI 

Bélugas : les bruits dans l’estuaire du Saint-Laurent nuisent à leur survie – RCI 

Share
Catégories : Environnement, Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*