Un adolescent fume une cigarette électronique. Crédit: Istock

Groupe d’intervention sur le vapotage au Québec: bouée pour sauver les jeunes? 

L’Association canadienne du vapotage (AC) est satisfaite de voir un tel groupe à l’œuvre au Québec, car les jeunes sont de plus en plus exposés au vapotage, malgré les dangers soulevés par les chercheurs au cours des derniers mois.

Le Groupe spécial d’intervention a été mis sur pied fin novembre, par la ministre de la Santé Danielle McCann, pour tenter de trouver des solutions à la forte dépendance des jeunes Québécois à la cigarette électronique.

En attendant le début des travaux de ce groupe dès janvier prochain, l’ACV se propose de contribuer à la réussite de son mandat. Elle met de l’avant son expérience dans le système de santé dans d’autres provinces du pays, à l’instar de la Colombie-Britannique et de l’Ontario, où les jeunes sont tout aussi attirés qu’au Québec par les produits de vapotage aux multiples saveurs proposés par l’industrie.

Il s’agit souvent de produits à forte teneur en nicotine et autres dérivés du cannabis qui ne devraient pas en principe être inhalés dans une cigarette électronique.

« Il est essentiel de lutter contre l’accès aux produits de vapotage par les jeunes, et ce, à plusieurs niveaux notamment : par la limitation de la concentration maximale de nicotine à 20 mg par ml; en limitant la vente de ces produits et des arômes dans des lieux où seuls les adultes sont admis; en interdisant la publicité à l’extérieur de ces lieux et finalement en mettant l’accent sur la sensibilisation du public », relève Darryl Tempest, directeur général de l’ACV, dans le communiqué.

Le nombre de jeunes du secondaire qui vapotent au Québec serait fortement en hausse par rapport au reste du Canada, constatent des chercheurs qui ont mené une étude à l’échelle du pays, avec l’aide de l’Université de Waterloo, sur la dépendance des jeunes aux cigarettes électroniques, au cours des trois dernières années. Crédit : iStock.

Vapotage et processus de sevrage : une démarche à préserver?

Les mesures du ministère de la Santé visant à préserver la santé des jeunes ne devraient pas nuire aux adultes qui se servent de la cigarette électronique comme alternative au tabac, dans leur processus de sevrage, soutient l’ACV.

Les fumeurs devraient donc s’approvisionner en produits de vapotage réglementés pour poursuivre leurs efforts afin d’éliminer le tabac de leur vie, bien que la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac s’interroge sur l’efficacité réelle de la cigarette électronique comme moyen pour arrêter de fumer.

« L’évolution de la recherche démontre l’ambiguïté entourant leur efficacité en tant qu’aide à la cessation tabagique, tout en déclenchant un important risque d’initiation au tabagisme chez les jeunes qui vapotent. » (Soiurce : communiqué de presse)

Des recherches menées dans des laboratoires américains ont récemment souligné que des cas de maladies pulmonaires recensées dans ce pays étaient possiblement reliés au vapotage.

En attendant que des études supplémentaires permettent de se prononcer avec certitude sur un tel lien, plusieurs mesures sont prises dans les provinces canadiennes, notamment en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et en Nouvelle-Écosse, pour préserver la santé de la population.

Au Québec, où trois cas de maladies pulmonaires graves associées au vapotage ont été confirmés parmi les 11 cas à l’échelle du Canada, en plus de la création d’un groupe spécial d’intervention, la ministre de la Santé a récemment émis une mise en garde sur les produits de vapotage du cannabis. Par ailleurs, un règlement déterminant d’autres catégories de cannabis qui peuvent être vendues par la SQDC a été adopté.

Avec des informations du ministère de la Santé du Québec, de l’ACV et de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*