Selon l’institut canadien d’information sur la santé, à la fin de l’année dernière, parmi les 4351 patients en attente d’une transplantation l’année dernière, ceux qui attendaient pour un rein étaient surreprésentés (3150), suivis des personnes qui attendaient pour un foie (527), puis de celles qui attendaient pour un poumon (270, pour un cœur [157] et pour un pancréas [156]. Crédit : Istock.

Dons d’organes : 223 morts au Canada en 2018 à cause d’une offre insuffisante

Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, la tendance en ce qui concerne les dons d’organes au Canada est en hausse, mais cette hausse est loin de suffire à résorber la pénurie à l’origine de nombreux décès.

 L’année dernière, ce sont 223 personnes en attente d’une transplantation qui sont mortes. À la fin de cette même année, 4351 personnes étaient toujours en attente d’une transplantation.

Il y a certes eu des améliorations au Canada, avec une hausse de 33 % en 10 ans.

Malgré tout, bien que le Canada ait revu ses pratiques en ce qui a trait aux dons chez les personnes décédées comme c’est le cas de bon nombre de pays, la sensibilisation devrait se poursuivre pour intéresser un plus grand nombre de Canadiens à cette pratique qui sauve des vies.

Certains imaginent que chaque Canadien devrait avoir l’obligation de donner automatiquement des organes après son décès. Cela doit passer par un consensus social, car pour plusieurs raisons propres à certains groupes sociaux et à des communautés, le don d’organe n’est pas ancré dans les moeurs.

Les types de donneurs au pays incluent des donneurs vivants, au nombre de 555 l’année dernière, un chiffre stable à côté des 762 donneurs morts, dont le nombre a augmenté de 56 % entre 2009 et 2018.

En plus des donneurs après diagnostic de décès neurologique (DDN), les donneurs après diagnostic de décès cardiovasculatoire (DDC) peuvent être sollicités au Canada depuis 13 ans.  

Chez les DDC, le nombre de dons est passé de 42 en 2009 à 222 en 2018, soit une hausse de 430 %. Le nombre de donneurs après mort cérébrale s’est aussi amélioré de 21 % entre 2009 et 2018, et un donneur décédé peut donner jusqu’à huit organes. (Rapport annuel du Registre canadien des insuffisances et des transplantations d’organes de l’ICIS)

Cette augmentation ne se traduit pas automatiquement par la possibilité de transplanter tous les organes chez les patients en attente, car certains organes, à l’instar des reins et des poumons, figurent en bonne place parmi les types d’organes les plus souvent transplantés, comparativement aux foies, cœurs et pancréas provenant de donneurs après DDC, dont la proportion est très faible.

Selon le rapport du Registre canadien des insuffisances et des transplantations d’organes de l’ICIS, 2782 transplantations d’organes ont été réalisées au Canada en 2018. Trois organes en moyenne utilisés pour une transplantation provenaient de donneurs de tous âges, tandis que les donneurs de 39 ans et moins ont donné en moyenne 4 organes. Crédit : iStock.

« De nombreux facteurs entrent en jeu lorsqu’il faut déterminer quels organes peuvent être transplantés chez un patient. Puisqu’il y a davantage de donneurs après DDC, le nombre total de donneurs au Canada a connu une hausse significative, ce qui a permis de réduire les temps d’attente, particulièrement pour les transplantations rénales et pulmonaires. Les transplantations d’autres organes provenant de donneurs après DDC, le cœur par exemple, sont plus sujettes aux variations, car le processus visant à déterminer la compatibilité de l’organe à transplanter est complexe. À mesure que nous gagnons en expérience dans ce domaine, nous espérons voir une amélioration des transplantations de tous les groupes d’organes provenant de donneurs après DDC, de même qu’une amélioration de l’accès à la transplantation », affirme Jagbir Gill, néphrologue transplantologue et professeur agrégé de médecine à l’Université de la Colombie-Britannique.  (Communiqué)

Avec des informations de l’Institut canadien d’information sur la santé

Sur le même sujet :

Le consentement automatique pour les dons d’organes, est-ce la solution que le gouvernement doit adopter? Entrevue avec Pierre Marsolais, interniste-intensiviste à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal du CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal.

Catégories : Santé
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*