Le secteur ferroviaire aura besoin de plus de 50 000 travailleurs au Québec dans les 10 prochaines années, soutient le président de la CSN-construction. Pierre Brassard qui souhaite que le gouvernement investisse dès à présent dans la formation et la sécurité au travail pour les nouveaux travailleurs qui seront embauchés pour construire des chemins de fer plus sûrs, plus efficaces et plus performants. Crédit Istock.

Sommet sur le transport ferroviaire axé sur la formation et la sécurité

Drummondville était l’hôte d’un sommet sur le transport ferroviaire. Une occasion pour les participants de se pencher sur les questions de sécurité qui préoccupent les intervenants du secteur.

Pierre Brassard, président de la CSN-Construction. Crédit : CSN-Construction

La préoccupation vient du fait qu’en raison de la pénurie de main-d’œuvre, les nouveaux employés recrutés sur les chantiers n’ont pas toujours la formation requise pour travailler de façon adéquate, mentionne Pierre Brassard, le président de la CSN-Construction.

C’est une situation susceptible de compromettre leur propre sécurité et celle d’autres personnes, ajoute-t-il, tout en invitant le gouvernement à « mettre en place des mesures concrètes » pour assurer la santé et la sécurité au travail.

Écoutez

Le colloque est l’occasion de réfléchir au défi de la formation.

« Pour qu’un réseau soit construit dans les règles de l’art, cela nécessite l’apport de milliers de travailleuses et de travailleurs aguerris, dont l’expertise entraîne une économie de coûts importante à différents paliers. À ce titre, il est important qu’ils soient reconnus dans la loi R-20 encadrant l’industrie de la construction », a souligné le vice-président de la CSN-Construction, Jean-Luc Deveaux, dans le communiqué.

La CSN-Construction recommande que le gouvernement investisse davantage dans le transport ferroviaire pour le rendre plus attrayant et réduire ainsi la pression dans le secteur du transport routier, ce qui contribuera à amoindrir l’empreinte environnementale des véhicules alimentés de carburant fossile. Crédit : iStock

Réduire l’empreinte environnementale dans le secteur des transports

Le colloque met également l’accent sur la construction d’un réseau qui prend en compte les enjeux environnementaux.

C’est ainsi que le président de la CSN-Construction évoque l’idée d’intégrer des procédés novateurs qui permettront d’agrandir le réseau ferroviaire et d’accroître sa fréquentation.

Cet enjeu est soulevé à un moment où l’électrification des transports tarde à prendre l’ampleur espérée pour faire de réelles avancées dans la réduction de l’empreinte environnementale au Canada et au Québec. Avec la réalisation de projets innovants dans le secteur ferroviaire, la pression sera moindre sur le transport routier, étant donné que le secteur ferroviaire sera davantage utilisé par des voyageurs et des expéditeurs de marchandises.

« Un train remplace 300 camions pour faire du transport. Donc, il y a une forte pression sur le réseau routier. C’est en procédant à des investissements pour former les travailleurs, entretenir le réseau ferroviaire existant et en construire de nouveaux, qu’il sera possible de contribuer de manière significative à la réduction des gaz à effet de serre produits dans le secteur du transport routier », a observé M. Brassard.

Le président de la CSN-Construction conclut en soulignant l’importance du transport ferroviaire dans la dynamisation de l’économie aussi bien sur le plan local que national.

« Le transport ferroviaire contribuera à créer des emplois directs avec la construction d’un chemin de fer qui emploiera des milliers de travailleurs de la construction, ainsi que des emplois indirects dans l’hôtellerie, les restaurants et autres commerces où passe le rail. En ce sens, la construction d’un réseau sécuritaire, performant et efficace, avec une faible empreinte environnementale, constituera un apport économique majeur pour le Québec. » (Source : communiqué)

Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*