Salle des travaux de la COP 25 à Madrid, en Espagne. Crédit : Équiterre.

COP25 : les négociateurs font-ils la sourde oreille à la rue qui gronde?

À en croire certains participants canadiens, il y aurait tout un fossé entre les préoccupations des personnes dans la rue qui réclament de réels changements et celles de certains participants autour de la table des négociations. C’est du moins ce que constate une représentante de l’organisme Équiterre, Caroline Brouillette, qui suit les travaux à Madrid.

L’experte en changements climatiques soutient que « les négociations ne s’alignent pas avec les réalités de l’urgence climatique ».

C’est ce qui justifierait une plus grande mobilisation citoyenne pour continuer à faire entendre le message autour de l’urgence climatique, a-t-elle souligné dans le communiqué.

Le Canada et le Québec sont fortement mobilisés à Madrid pour faire valoir les actions et les arguments du pays pour contribuer à résorber cette crise climatique.

La centaine de représentants québécois issus du gouvernement, de la société civile, du monde universitaire et de la recherche ont marqué leur rapprochement avec bien des pays dans l’atteinte de l’objectif de zéro émission nette en 2050.

L’atteinte de cet objectif passera toutefois par des « cibles intermédiaires et des mesures d’imputabilité, à court et moyen terme » au Québec, suggère Caroline Brouillette. Elle mentionne que la cible actuelle du gouvernement est trop peu ambitieuse pour restreindre l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius à l’horizon 2030.

Selon Équiterre, le Canada devrait sortir du pétrole tout en prenant des mesures pour soutenir les travailleurs du secteur, ce qui lui permettra de contribuer ainsi à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Crédit : iStock

Le Canada peut-il abandonner son pétrole au profit de l’environnement?

Si l’on s’en tient aux conclusions du rapport du Programme des Nations unies de 2019, les tendances actuelles et les prévisions d’ici 2040, en ce qui concerne l’extraction des ressources fossiles dans les pays considérés comme les plus grands producteurs et pollueurs n’augurent rien de très rassurant.

Selon Équiterre, ces objectifs seraient « incompatibles avec les objectifs de l’Accord de Paris. C’est ainsi que le Canada, qui se classe au 9e rang parmi les pays considérés comme les plus grands émetteurs de CO2 en lien avec l’exploitation des ressources fossiles, est appelé à tourner le dos à ces ressources, s’il veut s’inscrire durablement dans le mouvement mondial en faveur de la préservation de l’environnement.

« Le Canada doit sortir des hydrocarbures et laisser les énergies fossiles dans le sol, tout en assurant une transition juste pour les travailleurs et tous ceux qui sont affectés, en tenant compte des droits humains et ceux des peuples autochtones. Nous devons agir pour la justice climatique, la justice sociale et les générations futures », a relevé Mme Brouillette.

Le ministre fédéral de l’Environnement et du Changement climatique Jonathan Wilkinson Crédit : gouvernement fédéral

Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique Jonathan Wilkinson était aussi à Madrid. Loin d’aborder la question du pétrole et des énergies fossiles, il a mis de l’avant l’idée de combattre la pollution du plastique dans les océans.

Il a mentionné que le pays est signataire de la Charte sur les plastiques, créée au Sommet du G7 de juin dernier au Canada, tout comme la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Union européenne. Ces pays se sont ainsi engagés à prendre des mesures supplémentaires pour une gestion plus durable des plastiques, ce qui permettra de soulager les océans, les lacs et les rivières qui suffoquent.

Soulignant la contribution de 25 gouvernements et de plus de 60 entreprises et organisations, qui ont depuis adhéré à cette Charte, le ministre fédéral de l’Environnement a réitéré l’importance d’inclure les océans dans l’action climatique internationale.

Il a aussi appelé les pays les plus nantis à soutenir les efforts des moins favorisés pour les accompagner dans leur adaptation aux effets des changements climatiques, tout en rappelant l’importance d’œuvrer à l’atteinte des objectifs fixés par l’Accord de Paris.

« À l’échelle mondiale, environ huit millions de tonnes de déchets de plastique prennent le chemin des océans chaque année. C’est comme si un camion à ordures rempli de plastique se déversait dans l’océan chaque minute. Le Canada est l’un des chefs de file à la tête d’un mouvement mondial en faveur de la réduction de la pollution par le plastique grâce au leadership qu’il exerce dans le contexte de la Charte sur les plastiques dans les océans, aux investissements qu’il fait au pays, à l’aide qu’il apporte aux pays en développement dans leur combat pour remédier à ce problème et à ses actions pour faire progresser l’océanographie à l’échelle mondiale », a affirmé Jonathan Wilkinson dans le communiqué.

Avec des informations d’Équiterre et du gouvernement fédéral

Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*