Le blogueur saoudien Raif Badawi a été condamné en mai 2014 à 1 000 coups de fouet et dix ans de prison.( FSR)

Les députés conservateurs bloquent la citoyenneté d’honneur pour Raif Badawi

Lorsqu’une députée du Bloc québécois a demandé, jeudi, le consentement unanime de la Chambre pour accorder aux blogueurs emprisonnés en Arabie saoudite une citoyenneté canadienne à titre honorifique, elle a été interrompue par les cris de députés conservateurs qui forment l’opposition officielle.

Christine Normandin Photo Le Canada français – Jessyca Viens-Gaboriau)

Raif Badawi, dont la femme et les trois enfants habitent au Québec, a été condamné à 10 ans de prison et à 1000 coups de fouet pour la création d’un forum en ligne afin de discuter de questions sociales en Arabie saoudite.

En lui accordant la citoyenneté canadienne, le Bloc québécois y voyait un geste de plus pour attirer l’attention sur son sort et l’aider à trouver une porte de sortie de son cachot où il est cloué depuis sept ans.

« Qu’il soit résolu par la Chambre d’octroyer à Raif Badawi le titre de citoyen honoraire du Canada », s’est mise à lire la députée Christine Normandin, interrompue ici et là par les cris désapprobateurs de députés conservateurs.

Le président de la Chambre a appelé au calme, puis a demandé si la députée avait le consentement unanime pour proposer sa motion. Un « non » collectif a alors retenti des bancs des conservateurs alors qu’Ensaf Haidar, la conjointe de M. Badawi, surveillait la scène du haut d’un balcon.

Un refus qui offusque

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet (PC)

Le chef du Bloc québécois, à sa sortie du Parlement, a dénoncé « l’indignité » des députés conservateurs en affirmant qu’octroyer une citoyenneté honorifique au blogueur ne constituait pas un geste honorifique futile comme ils le perçoivent.

« Ce n’est pas qu’emblématique, c’est un outil important », a insisté Yves-François Blanchet, qui note « une ouverture d’esprit du côté des libéraux et du côté du Nouveau Parti démocratique ».

Mme Haidar, qui avait fait le trajet de trois heures entre la ville de Sherbrooke et la capitale canadienne en Ontario est convaincue que cette citoyenneté changerait les choses si son conjoint pouvait se déclarer Canadien à la face du monde.

« Maintenant, quand (le Canada) demande la libération de Raif, l’Arabie saoudite dit que Raif est saoudien. »

La famille de Raif Badawi à l’occasion du 4e anniversaire d’incarcération du blogueur en juin 2016 Photo crédit : PC

La nouvelle grève de la faim de Raif Badawi inquiète le ministre canadien des Affaires étrangères

François-Philippe Champagne (PC)

Pendant un voyage de plusieurs jours en Égypte, le nouveau ministre canadien des Affaires étrangères s’est dit « très inquiet » par la nouvelle d’une grève de la faim de M. Badawi.

« Je suis ça de très près. J’ai l’intention d’appeler mon homologue saoudien avant la fin de l’année pour soulever les inquiétudes du Canada », indiquait jeudi François-Philippe Champagne au cours d’une conférence téléphonique avec des journalistes canadiens.

Rappelons que les relations diplomatiques se sont extrêmement tendues durant le premier mandat du premier ministre Justin Trudeau. Il y a eu l’affaire de l’arrêt de la vente de véhicules blindés canadiens à l’Arabie saoudite et les remontrances canadiennes dans la foulée du meurtre et du démembrement d’un journaliste saoudien en Turquie.

L’ex-ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait froissé le royaume en demandant sur Twitter la libération de Samar Badawi, sœur du blogueur et militante pour les droits des femmes.

Ottawa s’est fait sommer de se mêler de ses affaires. Mais le ministre Champagne affirme qu’il ne baissera pas les bras pour autant.

« Il n’y a personne qui va dicter la politique étrangère du Canada à part le gouvernement canadien, a-t-il tranché. La famille de M. Badawi vit au Canada, alors nous avons un intérêt particulier à ce qui arrive à M. Badawi. »

REGARDDEZ : Les mésaventures de Raif Badawi au pays de l’or noir

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Washington réclame la libération du blogueur Raif Badawi – RCI 

L’épouse du blogueur Raif Badawi a rencontré Justin Trudeau – RCI 

Le blogueur saoudien emprisonné Raif Badawi récompensé pour son courage et son intégrité – RCI 

Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Religion, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*