Quelques canadiens tués dans l'accident. PHOTO : RADIO-CANADA / ROZENN NICOLLE

Tragédie aérienne : l’Iran compte donner sa version des faits samedi

Après avoir refusé de partager les informations sur les boîtes noires de l’avion qui s’est écrasé sur son sol et a tué 176 personnes, dont 63 Canadiens, l’Iran semble lâcher du lest.

La République islamique d’Iran a montré vendredi des signes d’ouverture, en annonçant que le Canada et ses alliés sont autorisés à participer à l’enquête pour élucider les circonstances de l’accident.

Deux enquêteurs canadiens ont reçu des visas pour se rendre dans ce pays avec lequel le Canada n’entretient plus de liens diplomatiques depuis quelques années.

L’Iran a déclaré dans la foulée que sa version des faits au sujet de cet accident sera communiquée samedi.

Selon l’expert Houchang Hassan-Yari du Collège militaire royal du Canada, cette ouverture tranche nettement avec les déclarations qui ont suivi immédiatement l’accident.

Les autorités iraniennes ont d’abord soutenu, quelques instants après cette tragédie, qu’il y avait eu « une erreur technique », ce qui a forcé l’avion à chercher à faire demi-tour avant de s’écraser quelques minutes seulement après son décollage.

Depuis que des informations de sources des services de renseignements faisant état que l’avion aurait été frappé par des tirs de missiles iraniens ont fait surface, l’Iran chercherait à prouver le contraire, souligne l’enseignant spécialiste du Moyen-Orient. Houchang Hassan-Yari a mentionné qu’il y a eu des arguments des autorités iraniennes réfutant cette thèse, et que celles-ci semblent à présent plus disposées à collaborer avec le Canada et ses alliés, en raison des « pressions importantes ».

La question qui se pose est celle de la transparence qui entourera l’enquête en cours. Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a déclaré dans un point de presse jeudi qu’il souhaitait que Téhéran fasse preuve d’objectivité dans ce dossier, car il revêt un intérêt particulier pour les membres des familles des nombreux Canadiens disparus.

Cette tragédie aérienne est venue en quelque sorte calmer les ardeurs dans la crise qui s’est ouverte entre les États-Unis et l’Iran, à la suite de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani.

M. Hassan-Yari a confié à Radio-Canada que cette accalmie ne serait que temporaire en raison des enjeux qui demeurent. Selon lui, les relations entre l’Iran et les États-Unis resteront tendues, en raison de la question du nucléaire qui reste entière. Par ailleurs, l’expert mentionne que l’Iran fera tout pour ne pas perdre son influence dans la région du Moyen-Orient.

Citant un compte rendu américain d’un appel téléphonique entre François-Philippe Champagne, le ministre des Affaires étrangères du Canada, et Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, Radio-Canada rapporte que Washington aurait déclaré que l’Iran représente une « force destructrice, violente et agressive » dans la région, d’où la nécessité de renforcer la présence de l’OTAN au Moyen-Orient pour contenir cette force.

Mercredi, le premier ministre Trudeau avait déjà eu à se prononcer sur cette requête maintes fois exprimée par le président Trump. Justin Trudeau a eu à préciser notamment que les Forces canadiennes jouent déjà un rôle important dans cette région, principalement en offrant de la formation aux soldats irakiens.

Avec Radio-Canada et Twitter
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*