Des Iraniens se sont mobilisés pour démontrer leur sympathie aux familles des victimes de l’accident du Boeing 737-800, vol PS 752, à Téhéran,en Iran, le 11 janvier 2020. Nazanin Tabatabaee/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS

Écrasement d’avion en Iran : arrestations et promesses de punir

Plusieurs développements ont suivi l’écrasement, la semaine dernière, du vol PS752 de l’Ukrainie International Airlines.

Le Canada cherche toujours à comprendre ce qui s’est réellement passé dans le but d’apporter des éclairages aux familles si durement éprouvées. Ses contrôleurs sont arrivés à Téhéran où ils vont participer à l’enquête.

Entre-temps, le premier ministre du Canada a confié à Global News que « s’il n’y avait pas d’escalade de tension dans cette région, ces Canadiens seraient à la maison ».

Justin Trudeau a indiqué que « c’est ce qui arrive quand il y a des conflits et des guerres ».

« Des innocents en paient le prix et cela souligne combien nous devons œuvrer à la désescalade et chercher à résoudre les tensions, en trouvant des solutions pacifiques qui n’entraîneront pas d’autres conflits et d’autres morts », a-t-il ajouté.

Les experts soutiennent qu’à travers cette déclaration, le premier ministre adresse deux messages :

  • un aux conservateurs qui ont voulu critiquer la politique internationale du Canada, notamment son rôle sur la scène internationale;
  • un au gouvernement américain qui n’a pas communiqué au Canada son intention d’assassiner le général iranien Qassem Soleimani, geste qui a créé un climat de nervosité au Moyen-Orient. (Source : Radio-Canada)

La population et les membres des familles des victimes de l’accident du Boeing 737-800, vol PS752, ont allumé des bougies pour rendre hommage aux disparus, à Téhéran, le 11 janvier 2020. Nazanin Tabatabaee/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS

Sur les réseaux sociaux, il y a plusieurs réactions à cette déclaration de Justin Trudeau interprétée comme une attaque contre le président Trump.

L’ancien premier ministre conservateur Stephen Harper, à l’occasion d’un passage en Inde, a plaidé pour un changement de régime en Iran.

D’aucuns estiment qu’il est difficile de ne pas établir de lien entre les événements de la semaine dernière et tout ce qui se passe en ce moment dans la région.

Les pays éprouvés par l’écrasement d’avion veulent faire la lumière et obtenir des compensations pour les familles. Des représentants de ces cinq pays seront en réunion jeudi, à Londres, pour réfléchir aux modalités de ces compensations.

Sous la pression internationale, l’Iran s’est montré plus conciliant au cours des derniers jours. Il a autorisé la participation d’enquêteurs étrangers à l’enquête et a procédé depuis lundi à des arrestations.

Dans une adresse aux journalistes, le président de la République islamique d’Iran Hassan Rohani a indiqué que ces arrestations sont préalables aux mesures qui seront prises pour « punir tous les fautifs ». M. Rohani a annoncé l’intention de mettre sur pied un tribunal spécial pour juger publiquement les accusés.

« Le monde entier regarde l’Iran » et attend des réponses après cette tragédie, a-t-il affirmé.

Les manifestants ne décolèrent pas à Téhéran, où des étudiants se sont joints à la grogne, dans les rues, pour protester contre les agissements du régime qui avait d’abord nié toute implication dans l’accident du Boeing 737-800, avant de faire volte-face, en fin de semaine.

L’équipe d’enquêteurs canadiens déjà sur place, ainsi qu’un autre contingent attendu à Téhéran, aura accès au contenu des boîtes noires de l’avion. C’est du moins ce qu’ont mentionné les responsables iraniens mardi. Malgré tout, un flou persiste sur le rôle qu’ils auront à jouer effectivement dans cette enquête, compte tenu du doute qui entoure la transparence réelle de ce processus activement contrôlé par le pouvoir de Téhéran.

Avec Radio-Canada, Global News et Twitter

Sur le même sujet :

L’Iran a reconnu avoir abattu par erreur le vol PS752 d'Ukraine International Airlines, mais les causes et les circonstances de ce geste demeurent nébuleuses. Les familles des victimes exigent des réponses supplémentaires. Le reportage de Vincent Maisonneuve.

Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*