Une femme enceinte dépressive. Crédit : Istock.

Traiter ou non les femmes enceintes avec des antidépresseurs?

C’est la question controversée qui préoccupe la communauté des scientifiques, en l’absence de toute possibilité de tester les médicaments sur des femmes enceintes, et en raison des effets secondaires possibles des antidépresseurs sur la santé de la mère et de l’enfant.

La professeure et chercheuse Cathy Vaillancourt Crédit : INRS

« La dépression est associée à un grand risque de suicide chez les mères », souligne Cathy Vaillancourt, professeur à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS). Elle met ainsi en exergue la complexité de la situation, en ce qui a trait à cette condition qui touche environ 1 femme enceinte sur 10 au Québec. (Source : communiqué)

Il est important de prendre en charge rapidement les femmes enceintes avec un tel problème de santé mentale, car il y va de la survie de deux êtres. Tous les antidépresseurs ont des conséquences pour le développement du fœtus (risque de malformations cardiaques et pulmonaires, troubles du développement cognitif chez l’enfant, autisme, etc.).

Cathy Vaillancourt et son équipe pensent néanmoins qu’il faut privilégier les médicaments moins dommageables, en tenant compte de la classe des antidépresseurs et des types de médicaments. C’est pourquoi il est important de poursuivre les études pour trouver de meilleurs traitements pour les femmes touchées, souligne-t-elle.

Son équipe a travaillé en collaboration avec celle des professeurs J. Thomas Sanderson et Nicolas Doucet de l’INRS.

Grâce à cette collaboration, ces chercheurs ont « modélisé pour la première fois l’interaction des antidépresseurs avec l’œstrogène, plus précisément avec l’enzyme qui produit cette hormone : l’aromatase ».

Les chercheurs considèrent que leur découverte est une « avancée importante ».

Dans l’entrevue qui suit, Cathy Vaillancourt nous explique pourquoi.

« On voulait voir comment les antidépresseurs qui ont été développés pour bloquer le transporteur de la sérotonine agissent également sur l’aromatase. Avec des modèles moléculaires, on a constaté que tous les antidépresseurs que nous avons analysés semblent pouvoir se lier directement à l’enzyme et réguler son activité. Ceci reste à confirmer et le mécanisme précis reste à approfondir », relève Mme Vaillancourt, l’auteure principale de l’étude.

Écoutez

Selon les chercheurs, la prise de certains antidépresseurs peut entraîner des naissances prématurées et causer des malformations chez le nourrisson. Crédit : iStock

Tester plusieurs antidépresseurs et choisir les moins dangereux

Compte tenu de l’importance de l’œstrogène dans le développement de l’enfant et de l’adaptation physique de la mère pendant la grossesse, les chercheurs ont testé plusieurs types d’antidépresseurs sur des échantillons de placenta obtenus après l’accouchement.

Ils ont procédé ainsi en raison de la cible de ces médicaments qui est la sérotonine, une hormone qui est produite aussi bien par le cerveau que par le placenta.

Prescrits aux femmes enceintes en traitement contre la dépression, ces médicaments ciblent aussi l’œstrogène. C’est ainsi qu’en procédant au test, les chercheurs ont pu observer les effets des antidépresseurs sur le système hormonal des placentas, ce qui leur a permis de déterminer les risques d’extension de ces effets sur le fœtus.

« Selon sa forme, la molécule n’aura peut-être pas la même interaction avec l’œstrogène et pourra ainsi être moins dommageable pour le développement du fœtus », relève la professeure Vaillancourt.

L’étude intitulée Serotonin reuputake inhibitors alter placental aromatase a été publiée dans la revue The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology.

Elle met en exergue l’importance de tester plusieurs antidépresseurs pour déterminer lesquels sont moins dommageables pour la santé de la mère et de l’enfant, avant de les administrer en traitement chez la femme enceinte.

Avec des informations de l’INRS.
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*