Les enfants de milieux défavorisés fréquentent très peu ou n’ont pas du tout accès aux services éducatifs, selon un nouveau rapport de l’Observatoire des tout-petits. Crédit : Istock.

Tout-petits des milieux défavorisés au Québec : exclus des services éducatifs?

La question se pose alors qu’un rapport de l’Observatoire des tout-petits fait état de disparités dans les services éducatifs aux enfants du Québec. Elles sont mises en relief par le comité Agir pour que chaque tout-petit développe son plein potentiel.

Donner des chances égales pour un bon départ à tous les enfants du Québec

Ce sont plus de 100 000 tout-petits des milieux défavorisés qui seraient concernés.

Il s’agit généralement d’enfants d’immigrants ou des communautés autochtones qui n’ont pas accès à des services éducatifs.

Les services éducatifs au Québec sont répartis en deux grandes catégories :

  • les services de garde éducatifs à l’enfance (centres de la petite enfance, garderies subventionnées, garderies non subventionnées, personnes reconnues à titre de responsables d’un service de garde en milieu familial par un bureau coordonnateur),
  • les programmes d’éducation préscolaire (maternelle 4 ans, à demi ou à temps plein, maternelles 5 ans à temps plein, programme passe-partout) (Source : rapport)

L’Observatoire des tout-petits a souhaité porter la situation des tout-petits des familles défavorisées à l’attention du ministre provincial de la Famille, en soulignant la publication du rapport.

Ce rapport est ainsi publié plus de deux mois après l’adoption du controversé projet de loi 5 du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) sur l’implantation de la maternelle dès l’âge de 4 ans partout au Québec.

Mandaté par le ministre de la Famille, le comité Agir pour que chaque tout-petit développe son plein potentiel est coprésidé par la directrice de l’Observatoire des tout-petits Fannie Dagenais et par le président d’Avenir d’enfants Jean-Pierre Hotte.

Dans le mot d’ouverture, les deux présidents soulignent le sérieux de la démarche qui a permis de produire un rapport qui reflète la réalité des enfants des milieux défavorisés en ce qui a trait à l’accès aux services éducatifs.

Une quarantaine d’experts ont apporté leur contribution, à côté de celle des membres du comité-conseil, de sept organismes et des ministères de la Famille, de l’Éducation et de la Santé.

Le constat de l’absence ou de l’insuffisance des services éducatifs pour les tout-petits des milieux défavorisés a fait l’objet d’un consensus entre ces différentes instances, selon les propos des coprésidents. Ces derniers invitent à présent les structures décisionnelles au Québec à agir afin que « chaque tout-petit développe son plein potentiel ». (Source : rapport)

Plusieurs enfants des milieux défavorisés au Québec ne fréquentent pas les services éducatifs en raison de plusieurs barrières : coûts, mauvaise implantation géographique des services, informations difficilement accessibles aux familles, préjugés, services mal adaptés et autres pesanteurs administratives. Crédit : iStock

Des avantages aussi bien pour les enfants, les familles que la société :

Selon le rapport, les services de garde éducatifs et les programmes préscolaires peuvent « être bénéfiques » pour la santé et le développement des enfants », avec des bénéfices à long terme :

  • diminution de l’anxiété, de la dépression, et autres comportements agressifs,
  • amélioration des résultats en lecture, écriture, mathématiques à l’âge de 12 ans,
  • réduction du nombre d’enfants ayant besoin de services spécialisés,
  • augmentation du taux de diplomation, du revenu à l’avenir et baisse du taux de chômage, de la consommation de médicaments ou de drogues à l’âge adulte, diminution de la criminalité. (Source : rapport)

Au-delà de brosser un portrait de la situation des tout-petits qui ne bénéficient pas des services éducatifs à l’enfance, le Comité a déterminé les barrières qui limitent l’accès et a formulé des recommandations pour améliorer la situation.

Le Comité souhaite ainsi voir le Québec tirer des leçons des expériences positives vécues ailleurs dans la province, au Canada et dans le monde pour améliorer ses pratiques et faire en sorte que tous les enfants de 0 à 4 ans accèdent aux services « qui répondent le plus adéquatement à leurs besoins, et ainsi diminuer le risque de présenter une vulnérabilité sur le plan de leur développement ».  (Source : rapport)

En conclusion, le rapport souligne qu’en l’absence de données précises pour suivre la trajectoire des tout-petits qui ne bénéficient pas des services éducatifs à l’enfance, il serait difficile de proposer des solutions plus ciblées.

Selon le rapport, il existe au Québec des services de garde non reconnus, ce qui complique la tâche quand il faut des mesures pour améliorer l’accessibilité des services éducatifs aux enfants des familles défavorisées. Crédit : iStock

Quelques points saillants du rapport

Le Québec compte 530 091 enfants de 0 à 5 ans, soit 6,3 % de la population générale. De ce nombre, 436 755 sont des enfants de 0 à 4 ans.

156 000 enfants de 0 à 4 ans, soit 35,7 %, n’ont pas accès à des services éducatifs.

Parmi les barrières d’accès, il y a les pesanteurs institutionnelles et systémiques, les coûts, les préjugés envers les milieux défavorisés, la mauvaise répartition géographique.

Ce sont les enfants d’immigrants et des communautés autochtones qui sont les plus concernés par la vulnérabilité en ce qui a trait à leur santé et à leur développement (33 %).

De 2012 à 2017, il y a eu une augmentation de la proportion d’enfants vulnérables dans les domaines suivants : santé physique et bien-être, compétences sociales, maturité affective, développement cognitif et langagier.

27,7 % des enfants au Québec entrent à l’école en étant vulnérables dans au moins un domaine de leur développement.

Lorsque les enfants ont des besoins particuliers, leur intégration dans les services éducatifs s’avère plus compliquée.

La solution pour mieux répondre aux besoins des tout-petits des familles vulnérables inclut, en plus des services éducatifs, les services et ressources offerts par les milieux communautaires.  (Source : rapport)

Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*