L’hypoglycémie sévère survient généralement chez des personnes atteintes de diabète de type 1 et 2 traitées à l’insuline. Baqsimi se positionne comme un antidote facile à administrer. Crédit : Istock.

Traiter l’hypoglycémie sévère grâce à Baqsimi mis au point par deux Québécois

Deux Québécois détiennent la paternité de cette innovation approuvée par Santé Canada. C’est une avancée dans le traitement de l’hypoglycémie sévère chez des patients qui prennent de l’insuline.

Baqsimi : poudre à vaporiser dans le nez pour rétablir le sucre. Crédit : Lilly Canada

Claude Piché est l’un des deux Québécois qui ont mis sur pied ce nouveau traitement sous forme de poudre nasale accessible avec ou sans ordonnance aux personnes diabétiques traitées avec de l’insuline.

L’hypoglycémie est susceptible de toucher les personnes vivant avec un diabète de type 1 ou de type 2.

« L’hypoglycémie, ça veut dire une baisse de sucre dans le sang, assez fréquemment chez ceux qui traitent leur diabète avec de l’insuline. Le Glucagon est un médicament qui existe depuis les années 1960. Le médicament sert exactement à traiter l’hypoglycémie sévère. Donc, quand on donne le Glucagon, ça cause une augmentation du taux de sucre dans le sang », a-t-il affirmé dans l’entrevue avec Alice Chantal Tchandem.

Selon le communiqué, c’est la maladie des deux fils de Robert Oringer qui a incité ce Montréalais et Claude Piché à trouver une solution novatrice pour faire face aux complications reliées à la prise de l’insuline.

M. Piché explique que la prise en charge peut être éprouvante pour les personnes qui vivent seules en raison des implications souvent sévères, dont les convulsions ou même le coma.

C’est pourquoi un traitement de Baqsimi qui contient du Glucagon peut être d’une grande utilité pour ces personnes. Elles peuvent facilement bénéficier de son administration par un tiers lorsqu’elles sont aux prises avec un épisode de crise.

« L’hypoglycémie qu’on voit chez des personnes atteintes du diabète qui prennent de l’insuline souvent c’est une hypoglycémie modérée qui se traite facilement avec l’ingestion d’un jus d’orange ou des tablettes de sucre. Mais parfois on a des hypoglycémies sévères ou des baisses de taux de sucre sévères dans le sang au point où la personne peut perdre connaissance, aller en convulsion ou être menée jusqu’à la mort. C’est pour cela qu’il faut le Glucagon. On peut y penser comme un antidote à un surdosage d’insuline » a-t-il spécifié.

Administrer le Baqsimi est une démarche simple qu’explique le scientifique. Claude Piché met de l’avant ses 20 ans d’expérience dans le développement de produits pharmaceutiques pour souligner les mérites du Glucagon qui était jusqu’alors présenté uniquement sous la forme injectable.

Écoutez

Les personnes diabétiques traitées à l’insuline qui consomment de l’alcool sont plus facilement atteintes d’hypoglycémie. Crédit : iStock

Une innovation canadienne qui aura une incidence mondiale

Selon Eli Lilly, l’entreprise canadienne qui a acquis le Baqsimi, l’homologation de ce produit par Santé Canada ouvre la voie à sa commercialisation partout. Ce sera tout à l’avantage des patients de la planète.

« Le Baqsimi contient le Glucagon. Ce que nous avons fait c’est que nous avons pris le Glucagon injectable qui existe depuis les années 1960 et on a développé une nouvelle formulation en poudre qui sera administrée par voie nasale », dit Claude Piché.

Il faut mentionner qu’Eli Lilly a acquis le Baqsimi il y a quatre ans, auprès de l’entreprise québécoise Locemia Solutions dirigée par Claude Piché, le cofondateur. La directrice générale d’Eli Lilly, Lisa Matar, salue les prouesses du Canada qui n’en est pas à sa première innovation dans le traitement du diabète.

« En tant qu’entreprise, notre contribution à l’histoire du diabète a commencé ici au Canada, et c’est formidable de constater 100 ans après que Lilly a permis de rendre l’insuline accessible au monde entier, que nous continuons d’avoir une incidence positive sur la vie des personnes atteintes du diabète. Le Baqsimi est un autre bel exemple des efforts que nous consacrons au traitement de l’hypoglycémie sévère, par nos partenaires, nos collaborations et nos innovations », souligne-t-elle dans le communiqué.

En savoir davantage sur l’hypoglycémie :

C’est une diminution du taux de glucose dans le sang sous la valeur normale (moins de 4 mmol/L)

Facteurs déclencheurs :

  • alimentation en glucide inférieure à la quantité prévue et incapacité de s’alimenter convenablement,
  • activité physique intense sans ajustement de l’alimentation,
  • stress et changements hormonaux,
  • surplus de médicaments pour le contrôle de la glycémie ou de l’insuline,
  • prise d’alcool.

Les symptômes varient d’une personne à l’autre et incluent l’anxiété, la nausée, les palpitations, les sueurs froides, la convulsion et le coma.

Le Glucagon est un médicament généralement sans ordonnance qui permet d’accroître rapidement le taux de glycémie. (Source : Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec).

Avec des informations d'Eli Lilly et de la fiche d'information du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*