Le bien-être en milieu de travail. (Crédit photo : iStock/baona)

Le bien-être : une priorité pour les travailleurs canadiens

Parmi les professionnels canadiens, 77 % sont prêts à changer d’emploi pour un meilleur bien-être, révèle une récente étude. Une majorité d’entre eux serait également d’accord pour une baisse de salaire si on améliore leurs conditions de travail.

L’enquête mondiale menée par le cabinet de services-conseils en ressources humaines Morneau Shepell démontre que les employés placent la santé mentale au sommet des facteurs qui composent leur bien-être physique et personnel. Près de 76 % des travailleurs canadiens ont également indiqué que le soutien de leur employeur en matière de santé mentale influence considérablement leur opinion envers leur milieu de travail.

« Les Canadiens nous disent que c’est le soutien en matière de santé mentale qui compte le plus pour eux, mais de nombreuses organisations privilégient la rémunération dans leur stratégie de recrutement et de fidélisation, et offrent d’abord du soutien en matière de santé physique », a déclaré par voie de communiqué Stephen Liptrap, président et chef de la direction chez Morneau Shepell.

La santé mentale au Canada en chiffre. (Source : site internet de Services publics et Approvisionnement Canada)

Toujours selon les conclusions de l’étude, le milieu de travail demeure l’un des principaux points de stress. La moitié des employés ont indiqué que les exigences psychologiques associées à leur emploi actuel ont d’ailleurs augmenté.

« Ce qui fonctionnait auparavant n’est plus gage de succès. La santé mentale n’est plus un sujet aussi tabou qu’avant, et les employés accordent non seulement la priorité à celle-ci, mais ils s’attendent à ce quel leur employeur en fasse autant », a précisé M. Liptrap

La diversité et l’inclusion sont des éléments cruciaux du sentiment d’appartenance au milieu de travail, ajoute l’enquête. La majorité (82 %) des personnes sondées ont indiqué que la diversité et l’inclusion ont une influence positive sur leur bien-être personnel.

« Au Canada, l’enquête montre que les employeurs se débrouillent bien sur le plan des groupes d’âge, du genre, de la race et de l’ethnicité, mais ont encore du chemin à faire en ce qui concerne la religion, l’orientation sexuelle, les capacités et les incapacités », peut-on lire dans l’étude.

Les modalités de l'enquête

L’enquête a été réalisée en français et en anglais par Morneau Shepell auprès de 8 000 répondants en août et en septembre 2019. Elle avait pour objet de comprendre et de comparer le point de vue des employés au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni en ce qui concerne la santé mentale au travail.

Les données ont été pondérées statistiquement pour assurer que la composition régionale et hommes-femmes de l’échantillon est représentative de cette population. La marge d’erreur de cette enquête est de plus ou moins 3,2 %, 19 fois sur 20.

(Source : Morneau Shepell)

Le professeur agrégé Gregory Mikkelson, qui enseignait depuis 18 ans à l’Université McGill, a choisi de claquer la porte après que l’établissement eut refusé de cesser d’investir dans les hydrocarbures. Ailleurs dans le monde pourtant, beaucoup d'institutions publiques font ce choix pour lutter contre les changements climatiques. Mais sur les campus d'Amérique du Nord, la bataille des environnementalistes est loin d'être gagnée. Le reportage de Sébastien Desrosiers.

Lire aussi :

Stress, dépression… la santé mentale au travail prise au sérieux?

Le droit à la déconnexion des travailleurs stressés du Québec

Stress financier : même les plus gros salariés ne sont pas à l’abri

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*