Élodie Moore-McNicol et trois de ses amis, Julien Mei, Léanne Pelland et Mégane Bourbonnais n'ont pas voulu se morfondre devant la perspective de finir leur secondaire en queue de poison. Ils ont monté un projet proposant une Journée pour les finissants 2020. (Photo : LeoPatrizi/iStock)

Bien finir son secondaire avec bonheur et résilience, malgré la pandémie

C’est la dernière semaine de l’année scolaire au Canada et, pour certains, c’est aussi la fin du secondaire. Cette année, la COVID est venue modifier les rites de passage traditionnels comme la collation des grades et les bals de finissants tant attendus par les jeunes.  

Élodie Moore-McNicoll et trois de ses amis, Julien Mei, Léanne Pelland et Mégane Bourbonnais, n’ont pas voulu se morfondre sur la fin de leur secondaire en queue de poisson. Ils ont monté un projet pour faire avancer le « dossier finissant » au Québec en proposant une Journée pour les finissants 2020 pour tous les élèves de la province qui seraient à ce stade de leur parcours.

Ils ont porté leur idée jusqu’au ministre de l’Éducation du Québec puisque pour eux, c’était important de souligner cette fin d’étape pour la santé mentale des jeunes adolescents, fortement touchés par les mesures de distanciation dues à la pandémie.

Élodie et ses copains ont réussi leur pari et c’est grâce en partie à eux, que les finissants de la province peuvent célébrer cette sortie de l’enfance!  

Nous avons communiqué avec Élodie qui nous parle, entre autres, des leçons tirées de l’expérience d’organiser le projet de la Journée des finissants, mais aussi de la pandémie en tant que telle pour les personnes de son âge.

Écoutez l’entrevue : 

Regardez l’entrevue : 

Le 1er juin, le gouvernement québécois annonçait que les écoles avaient officiellement obtenu le feu vert de la Direction nationale de la santé publique pour organiser, dans le respect des mesures sanitaires déjà en place, une activité spéciale de retrouvailles pour les élèves de la sixième année du primaire et de la cinquième année du secondaire.

Les écoles pourraient donc, par exemple, organiser des séances de prise de photos officielles ou prévoir un moment pour que les élèves signent leur traditionnel album de finissants.

Les instigateurs du projet

Élodie Moore-McNicoll Julien Mei
Léanne Pelland Mégane Bourbonnais
Catégories : Non classé
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.