Le peuple canadien a été distingué par la médaille Nansen pour souligner son hospitalité envers les réfugiés vietnamiens

Dans les années 1970 et 1980, le Canada accueille deux grandes vagues de réfugiés vietnamiens. Photo: Radio-Canada / Reportage de l’émission Reflets d’un pays du 28 juin 1982.

En ce mois du patrimoine asiatique, nous soulignons la contribution du Canada à l’accueil de réfugiés vietnamiens. La guerre du Vietnam, de 1963 à 1975, a entraîné le déplacement de nombreux civils qui se sont enfuis, à la recherche de lieux plus paisibles. Le Canada avait alors ouvert ses portes pour accueillir plus de 60 000 personnes.

Un accueil qui a marqué l’histoire

L’accueil des réfugiés, arrivés au Canada pour la plupart par la mer de Chine méridionale, à bord d’embarcations de fortune, a été possible grâce à la volonté politique du gouvernement fédéral, et au parrainage de plusieurs familles canadiennes.

Dans un élan de générosité et de solidarité vis-à-vis des milliers de déplacés, ces derniers se sont mobilisés pour permettre à ces personnes de retrouver la liberté et la paix tant rêvées.

C’est ainsi que la cible de 50 000 réfugiés fixée au départ a été largement dépassée. Ce sont en tout 60 000 personnes qui ont été accueillies en sol canadien.

Cet accueil a valu au peuple et aux dirigeants d’être auréolés de la Médaille Nansen, en 1986, par le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. De manière plus globale, cette médaille souligne les efforts du Canada sur plusieurs années pour favoriser l’accueil et la réinstallation des réfugiés indochinois dans les années 1980.

Écoutez ce témoignage issu des archives du gouvernement du Canada

À propos du prix Nansen

Ce prix a été institué en 1954;

il est remis tous les ans à des personnes, pays ou organisations qui ont posé des gestes exceptionnels pour soutenir des humains en situation de déracinement;

il tire son appellation du nom du tout premier Haut-commissaire aux réfugiés de la Société des Nations;

Fridjof Nansen, de nationalité norvégienne, fut un explorateur polaire, doublé d’un humaniste engagé, qui a vécu de 1861 à 1930;

durant la Première Guerre mondiale, ses efforts pour l’acheminement de l’aide humanitaire ne sont pas passés inaperçus, tout comme sa contribution au dénouement du sort des milliers de prisonniers de guerre;

Fridjof Nansen, étudiant. Il a 19 ans au moment de la prise de cette photo. Crédit : Wiki

il joua également un rôle de premier plan dans la relocalisation des milliers de réfugiés de guerre, et se préoccupa des solutions contre la famine dans les régions frappées par l’instabilité;

plus de huit décennies après sa mort, le monde se souvient toujours de son humanisme, de son engagement et de son dévouement à la cause des personnes vulnérables, à travers le prix qui porte son nom.

Avec des informations du gouvernement fédéral, du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, d'Humanité et inclusion Canada et une photo de Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *