Un hélicoptère posé à l'héliport des studios Mel's à Montréal

Un hélicoptère posé à l'héliport des studios Mel's à Montréal
Photo Credit: Maurice Charbonneau

Prendre l’hélicoptère à Montréal pour éviter les ponts et les embouteillages

Share

Un nouveau service de navette par hélicoptère voit le jour pour éviter le pont Champlain

Christian Assad, un entrepreneur québécois, propose au sud de la ville de Montréal un saut en hélicoptère pour traverser en quelques instants le Fleuve Saint-Laurent et contourner en un coup d’hélice la congestion routière qui étrangle les différents ponts dits de la « Rive-Sud ».

L’hélicoptère atterrit à l’héliport des studios de cinéma Mel’s, tout près de l’autoroute Bonaventure, l’une des principales autoroutes de Montréal qui accède directement au coeur du centre-ville. Des voitures taxis attendent alors les passagers pour qu’il puissent gagner leur destination au centre-ville, situé à moins de deux kilomètres de là.

La congestion routière à l'approche du pont Champlain
La congestion routière à l’approche du pont Champlain

Le copropriétaire de la compagnie Hélico Pro pense avoir flairé la bonne affaire

Il y a quelques années, une étude menée par l’Association québécoise du transport aérien a conclu qu’il y aurait 2000 atterrissages d’hélicoptères par année au centre-ville, si Montréal disposait d’un nouvel héliport public.

Récemment des réparations d’urgence sur le principal pont de la métropole montréalaise, le pont Champlain, ont causé des retards considérables.

Hier aussi, la Société des Transports de Montréal a annoncé que le principal lien par métro entre la Rive-Sud et Montréal par métro serait fermé durant 25 week-ends l’an prochain en raison de réparations majeures.

Le pont Champlain
Le pont Champlain © PC/Paul Chiasson

Bien sûr, le temps vaut beaucoup d’argent

Le trajet en hélicoptère ne prend que 4 min 30 s à 8 minutes selon le trajet emprunté. Coût : 99 $ pour l’aller simple.

Ce service n’est pas accessible qu’à quelques portes-feuilles. Hélico Pro entend séduire des gens d’affaires qui ne veulent pas perdre une heure ou plus dans le trafic matin et soir.

Afin de maintenir la rentabilité du service offert depuis le 28 novembre, Hélico Pro espère être en mesure d’effectuer au moins six voyages d’hélicoptère par jour menant six passagers à bord au dessus du Fleuve Saint-Laurent.

Pour en savoir plus :

La compagnie Hélico Pro de la ville de Beloeil au sud de Montréal

Le saviez-vous?

  • 13 % des Montréalais prennent donc la route avant six heures le matin et 20 % quittent avant sept heures dans l’espoir d’éviter les bouchons. Le soir, près des deux tiers quittent maintenant avant 17h en espérant gagner du temps.
  • Les experts sont catégoriques : le réseau routier de la région de Montréal est saturé, et les problèmes de congestion routière iront en s’aggravant. Le coût total des ralentissements dans la métropole atteignait trois milliards $ durant la seule année de 2010.
  • Le trop grand nombre de voitures sur le réseau routier coûte 1,423 milliard $ par année en temps, en salaires et en essence. Les retards causés par les travaux routiers et les accidents entraînent une facture équivalente, pour un total d’environ trois milliards $.

Pont Champlain : solutions temporaires (Radio-Canada)

Share
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*