Les légumes de San José de Tia en vente au marché de Vilcashuaman
Photo Credit: http://ailesdelesperance.org/

Les Ailes de l’Espérance et les légumes de la liberté de de San José de Tia dans les Andes péruviennes

Depuis plusieurs années, ici à RCI, nous vous parlons des projets liés à l’eau potable menés au Pérou par une toute petite ONG, les Ailes de l’Espérance.

Au départ, dans les années ‘60, c’était le transport aérien qui était au coeur de l’activité des Ailes.

Des communautés rurales, autochtones, dans la jungle amazonienne au Pérou ont pu profiter de la venue de ces petits appareils pour une pléthore de services, de la sortie d’urgence vers les hôpitaux des villes à la livraison d’aliments lors des saisons sèches.

Des pilotes un peu casse-cou, surtout bénévoles, assuraient ces vols. D’ailleurs, la blague interne allait comme suit : « Tu t’écrases, tu t’en sors vivant? Ça s’appelle un atterrissage. » Cela dit, c’est une boutade, mais ça illustre bien les difficultés inhérentes au vol de brousse en jungle amazonienne avec des pistes d’atterrissage très rudimentaires … et le mot est faible.

cropped-Reunion-Shirintiari

Qu’à cela ne tienne comme le souligne André Franche, directeur des Ailes de l’Espérance, «Nous avons un point commun: nous avons tous travaillé au Pérou un certain nombre d’années, d’où notre attachement pour le Pérou. Il y a des personnes qui appuient le travail des Ailes de l’Espérance depuis 10 ans, 20 ans, 30 ans et même depuis 40 ans! Au cours de ces 40 années, il y a eu des dizaines de personnes qui ont consacré beaucoup de temps et d’énergie au sein du conseil d’administration de l’organisme. »

Logo_Ailes_Esperance_c

Depuis un peu plus de quinze ans, les Ailes de l’Espérance n’ont pas remisé l’avion, que non, mais financent de plus en plus des projets d’eau potable.

Les projets en cours, tous dans des zones rurales et éloignées, vont de l’installation d’un système d’approvisionnement en eau potable à celle et de toilettes sèches et se trouvent dans des petites communautés de 35 à 120 familles ayant pour nom Pilucho, Cuchoquesera et Tzipani.

Aujourd’hui, c’est le système d’irrigation par aspersion mis en place dans le village de San José de Tia qui produit des résultats satisfaisants. En février dernier, les femmes de cette communauté ont commencé à commercialiser le surplus de la production de leurs jardins.

IMG_1864

Une fois par semaine, elles apportent leurs légumes à Vilcashuaman pour les vendre sur le marché. Pour la première fois de leur vie, ces femmes administrent elles-mêmes leur budget au bénéfice de leur famille. 

Ailly Punchao (bonjour en quechua) André Franche, au micro de Raymond Desmarteau.Écoutez

P1060940

Mots-clés : , ,
Publié dans : Autochtones, Consommation, Économie, Éducation, International, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Les Ailes de l’Espérance et les légumes de la liberté de de San José de Tia dans les Andes péruviennes
  1. Julie Gregoire dit :

    Raymond Desmarteau!!!comme on se retrouve!!!! ca me fait plaisir de savoir que tu fais la promotion des Ailes de l espérance! Je connais André Franche. Lui et son équipe font un travail remarquable….

    c est bon… qui s assemble se ressemble.

    Gros bec du Pérou!

  2. Madeleine Lemay dit :

    Il est bien vrai que ce sont les gouttes d’eau qui font les océans. Que d’espérance dans le coeur de ces femmes Vendre les efforts d’une culture .Le commentaire est positif parce que je coopère à l’oeuvre d’André Franche depuis bien des années . Le côté missionnaire vient de ma mère en prenant du peu que nous avions Madeleine Lemay Chicoutimi