Une femme participe à une marche à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre dernier. Les femmes canadiennes représentent 70 % de toutes les victimes de violence sexuelle au pays et dans le cas des incidents signalés à la police, l’accusé est presque toujours un homme (99 %)

Une femme participe à une marche à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre dernier. Les femmes canadiennes représentent 70 % de toutes les victimes de violence sexuelle au pays et dans le cas des incidents signalés à la police, l’accusé est presque toujours un homme (99 %)
Photo Credit: John Vizcaino / Reuters

Les rapports hommes-femmes au Canada sont-ils moins violents aujourd’hui?

Share

Un internaute nous demande de lui décrire à quoi ressemblent aujourd’hui les rapports entre les Canadiens et les Canadiennes dans une société qui a la réputation internationale depuis bien des années d’être plus ouverte et progressiste.

La réponse à cette question est en fait devenue de grande actualité en ce moment. Une commission d’enquête nationale fait d’ailleurs le tour du pays et tente de cerner les circonstances et les causes de meurtres de femmes autochtones  depuis plus de 20 ans à proximité particulièrement d’une autoroute dans le nord-ouest du pays. (Voir notre article : Pourquoi une autoroute des larmes au Canada?)

En fait, si l’on analyse les relations hommes-femmes au Canada sous l’angle du problème de la violence, les plus récentes données peignent un portrait toujours inquiétant et très peu flatteur qui cadre mal avec cette image mondiale de société égalitaire que l’on nous prête.

Violence envers les femmes : nécessité d’un plan d’action national au Canada

Justin Trudeau
Justin Trudeau © CBC
Patricia Hajdu
Patricia Hajdu © CBC

Pas moins de 130 millions de filles et de femmes sont victimes chaque année dans le monde de mutilations génitales, principalement en Afrique et dans certains pays du Moyen-Orient. Certes, la violence exercée par les hommes envers les femmes au Canada n’atteint pas le niveau de ce qui se passe dans plusieurs autres pays. Mais cette violence, dans certaines catégories de crime contre la personne, se maintient.

L’affaire est à ce point préoccupante que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a notamment demandé à sa ministre de la Condition féminine, Patricia Hajdu, de travailler avec les experts et autres défenseurs des droits de la femme pour élaborer une stratégie fédérale et un plan d’action prenant en compte les différentes stratégies provinciales en ce qui concerne la lutte contre la violence basée sur le genre.

Ce que disent les plus récents chiffres sur la violence envers les femmes au Canada

Une enquête toute récente de Statistique Canada sur la victimisation nous apprend que sur un peu plus de 19 millions de Canadiens qui avaient un conjoint ou un ex-conjoint en 2014, environ 4 %, soit 760 000 personnes, ont déclaré avoir été victimes de violence physique ou sexuelle, ou les deux, de la part de leur partenaire au cours des cinq années précédentes.

Tristement et sans surprise, le taux de violence conjugale chez les Autochtones est plus du double (9 %) que celui chez les non-autochtones (4 %).

Si le pourcentage moyen au Canada de personnes violentées de 4 % est identique chez les hommes et les femmes, les femmes demeurent cependant deux fois plus nombreuses que les hommes à avoir subi les violences les plus graves (34 % contre 16 % chez les hommes), soit d’avoir été agressées sexuellement, battues, étranglées ou menacées avec une arme à feu ou un couteau.

Une bonne nouvelle, c’est que ce pourcentage de 4 % est bien inférieur à celui de 7 % enregistrée 10 ans plus tôt, en 2004 signe en parti que la société canadienne est aujourd’hui moins violente envers les femmes. Mais comment cette situation et cette progression se comparent-elles à celles d’autres pays développés?

Écoutez
À Rio de Janeiro, une installation de photos et de sous-vêtements de l’artiste Marcio Freitas, qui vise à dénoncer la violence faite aux femmes.
À Rio de Janeiro il y a deux semaines, une installation de photos et de sous-vêtements de l’artiste Marcio Freitas, qui vise à dénoncer la violence faite aux femmes. © Getty Images/Mario Tama

Ce à quoi ressemblaient en 2014 les relations violentes hommes-femmes au Canada

Parmi les femmes canadiennes victimes de violence en 2014, 25 % ont été battues, 20 % ont failli être étranglées, 13 % ont été menacées d’une arme et 20 % ont été victimes d’agression sexuelle. Chez les hommes, les pourcentages respectifs sont de 10, 4, 8 et 3 %.

Ainsi, il y a eu en 2014 trois fois plus de femmes que d’hommes battus, cinq fois plus ont failli être étranglées, deux fois plus ont été menacées d’une arme et sept fois plus ont été tenues d’avoir des relations sexuelles forcées.

C’est l’Île-du-Prince-Édouard qui rapportait en 2014 le plus haut taux de violence conjugale, suivie dans l’ordre de la Saskatchewan, et ex æquo, de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse. Le Nouveau-Brunswick vient au cinquième rang, alors que le Québec occupe la huitième place. Le taux de violence conjugale le plus faible a été enregistré à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le saviez-vous?
Un jour dans la vie des Canadiennes
Le 16 avril 2014, 7969 femmes et enfants résidaient dans les 627 refuges pour femmes violentées au Canada; 73 % de ces femmes s’y trouvaient principalement parce qu’elles fuyaient une situation de violence, et 25 % avaient déjà séjourné dans le même refuge.

Les taux de signalement des agressions sexuelles sont faibles; seulement 50 % des agressions sexuelles commises par un conjoint sont signalées à la police et environ 90 % des agressions sexuelles non conjugale ne sont pas signalées du tout.
Les taux de signalement des agressions sexuelles sont faibles; seulement 50 % des agressions sexuelles commises par un conjoint sont signalées à la police et environ 90 % des agressions sexuelles non conjugale ne sont pas signalées du tout. © iStock

Avec la contribution de Jacques Beaupré, Bis Petitpas, François Dubé, Jean-Pierre Girard et Marie-Pierre Roy-Carbonneau de Radio-Canada

Sur le même thème

Les faits à propos de la violence faite aux femmes – Fondation canadienne des femmes 

La violence faite aux femmes au Canada – Blibliothèque du parlement canadien 

La violence dans le monde envers les femmes – ONU 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*