La nouvelle loi C-14 sur l’aide médicale à mourir du gouvernement Trudeau, suscite de vives contestations

La nouvelle loi C-14 sur l’aide médicale à mourir du gouvernement Trudeau, suscite de vives contestations
Photo Credit: IS / iStock

La contestation de la loi C-14 sur l’aide médicale à mourir ne désemplit pas.

Le mouvement de contestation des Canadiens admissibles à l’aide médicale à mourir suivant les termes de la nouvelle loi fédérale est porté par l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (BCCLA). Elle a récemment lancé une campagne de financement pour payer les coûts de la contestation et elle constate que les offres de soutien abondent.

L’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique a organisé sa campagne de financement au nom de la plaignante Julia Lamb, une jeune femme handicapée de Chilliwack, atteinte d’une maladie neurodégénérative reconnue sous le nom d’amyotrophie spinale.

Cette malade qui utilise un fauteuil roulant depuis l’âge de 6 ans pour se déplacer, soutient que l’aide médicale à mourir devrait être disponible pour tous ceux qui souffrent d’une maladie grave et irréversible, même si leur mort naturelle n’est pas « raisonnablement prévisible ». C’est ainsi qu’elle conteste la loi C-14 de l’actuel gouvernement fédéral sur l’aide médicale à mourir.

Selon la loi C-14, deux formes d’aide médicale à mourir sont permises :

  •  administration directe par un médecin ou une infirmière praticienne d’une substance provoquant la mort de la personne qui en a fait la demande,
  • remise ou prescription par un médecin ou une infirmière praticienne d’une substance que la personne peut s’administrer elle-même pour provoquer sa mort.
La plaignante Julia Lamb de Chilliwack,CB, 25 ans est atteinte d’amyotrophie spinale
La plaignante Julia Lamb de Chilliwack,CB, 25 ans est atteinte d’amyotrophie spinale © Cendrix Bouchard/Radio-Canada

L’Association qui a déjà eu à contester devant la Cour suprême l’ancienne loi souhaite récolter de l’argent pour poursuivre la contestation en face du gouvernement de Justin Trudeau qui entend défendre sa nouvelle loi, estimant qu’elle « établit un équilibre entre l’autonomie des personnes et les personnes les plus vulnérables ».

L’Association et ses partenaires dans cette protestation à l’instar de l’organisme Diying with Dignity Canada, déplorent le fait que le précédent gouvernement conservateur ait dépensé 3,3 millions de dollars pour défendre l’ancienne loi.

Une dépense qu’elles jugent faramineuse et inutile pour une loi qui n’aura causé que souffrances et affliction, au grand mépris de la Charte des droits de la personne.

C’est pourquoi ces organismes critiquent le fait que le gouvernement actuel veuille adopter la même stratégie que l’ancien gouvernement.

Ils sont rejoints dans leur démarche de contestation par un autre malade qui sollicite également l’aide médicale à mourir, Adam Maïer Clayton,  un Ontarien de 26 ans vivant à Windsor.

Ce jeune homme qui souffre de différents maux causés par sa maladie mentale a déclaré vouloir absolument mettre un terme aux souffrances qui le tourmentent au quotidien et s’est dit prêt à opter pour le suicide si le gouvernement décidait d’appliquer la nouvelle loi.

S’il en arrivait là, il rejoindrait une dame québécoise de 75 ans souffrant de sclérose en plaques, Hélène L…qui s’est laissée mourir de faim, parce qu’elle n’était pas admissible à l’aide médicale à mourir

L’Association déclare avoir récolté 75 000 dollars en trente jours et elle estime qu’elle a atteint son objectif pour sa campagne de financement dont le budget est fixé à 77 130 dollars.

Hélène L. s’est laissée mourir de faim et de soif parce qu’elle n’était pas admissible à l’aide médicale à mourir.
Hélène L. s’est laissée mourir de faim et de soif parce qu’elle n’était pas admissible à l’aide médicale à mourir. © Radio-Canada

RCI avec Radio-Canada, La Presse canadienne et Métro

À noter et à lire aussi

Critères d’admissibilité à l’aide médicale à mourir selon la loi C-14

  • Être un adulte (au moins 18 ans) mentalement capable de prendre pour lui-même ses décisions en matière de soins de santé;
  • avoir un problème de santé grave et irrémédiable;
  • faire une demande volontaire d’aide médicale à mourir, qui ne peut résulter d’une pression extérieure;
  • donner son consentement éclairé à recevoir l’aide médicale à mourir;
  • Être admissible aux services de santé financés par un gouvernement au Canada.

L‘aide médicale à mourir seulement lorsque la mort est « raisonnablement prévisible »

La loi fédérale sur l’aide médicale à mourir entre en vigueur

Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*