Si vous voulez augmenter vos chances d'immigrer au Canada et accélérer un processus qui peut prendre jusqu'à 5 ans en ce moment, mieux vaut miser sur l'immigration au Canada dans la catégorie du regroupement familial.

Si vous voulez augmenter vos chances d'immigrer au Canada et accélérer un processus qui peut prendre jusqu'à 5 ans en ce moment, mieux vaut miser sur l'immigration au Canada dans la catégorie du regroupement familial.
Photo Credit: PC / Sean kilpatrick

Pourquoi est-ce si long pour pouvoir immigrer au Canada?

Share

Un internaute nous pose cette question : pourquoi le Canada mène-t-il une politique d’immigration pour ensuite retarder le processus et l’octroi des visas?

La politique canadienne d’immigration suscite beaucoup d’espoir, mais elle n’a plus les moyens de ses ambitions et le problème ne date pas d’hier.

L’actuel gouvernement canadien affirme que les ressources de l’État vouées à  l’immigration ont été réduites et que l’accueil du gouvernement s’est fait moins enthousiaste à partir de 2006-2007, période qui coïncidait avec l’arrivée au pouvoir du précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Dans les faits, les problèmes et les délais dans l’acceptation des demandes d’immigration remontent aux gouvernements libéraux précédents.

Écoutez

Écoutez ou regardez notre reportage – Durée : 8:32

Le 11 septembre 2001 est venu refroidir la générosité canadienne

Chris Alexander, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, le 18 juillet 2014
Chris Alexander, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration sous le gouvernement Harper. © ICI Radio-Canada

Si les délais d’attente pour la réunification des familles par exemple ont explosé durant les années au pouvoir de M. Harper, une glissade bien nette avait été mentionnée par les experts en immigration bien avant, depuis le tournant des années 2000 environ. L’opinion publique canadienne était peut-être en partie responsable initialement de cette glissade.

Suivant les attaques terroristes, de plus en plus de Canadiens ont semblé se braquer contre les candidats à l’immigration et les réfugiés musulmans et nos propres auditeurs en Afrique du Nord ont commencé alors à nous signaler à cette époque des délais importants en ce qui concernait l’analyse de leurs dossiers d’immigration.

Janet Dench, directrice du Conseil canadien pour les réfugiés
Janet Dench, directrice du Conseil canadien pour les réfugiés © ICI Radio-Canada

En octobre 2006, le Conseil canadien des réfugiés s’alarmait dans une lettre ouverte devant ce qui s’est avéré être une première vague de compressions budgétaires ou de restrictions de dépenses de la part du gouvernement : « nous demandons au gouvernement de reconsidérer les compressions qui affecteront les individus et les groupes qui souffrent encore de la discrimination, tels que les réfugiés et les immigrants.  Nous nous attendons à ce que le secteur bénévole et communautaire canadien soit inclus dans le processus actuel et futur d’élaboration des politiques, en conformité avec les engagements pris dans le cadre de l’Initiative sur le secteur bénévole et communautaire. »

Par rapport à 2007, le délai de traitement des demandes de réunification des familles avait ainsi augmenté en 2015 de 70 % pour les conjoints et les enfants – et de 500 % pour les parents et les grands-parents.

Les conseillers en immigration exigent des changements

 Klaudios Mustakas
Klaudios Mustakas © Radio-Canada

En entrevue au Journal de Montréal, Klaudios Mustakas, un ancien gestionnaire d’Immigration Canada aujourd’hui conseiller en immigration en Ontario, confiait l’an dernier avant l’élection du gouvernement libéral de Justin Trudeau : « Le gouvernement doit ajouter des ressources dans le système et demander des comptes aux fonctionnaires imputables. Ça ne peut plus continuer comme ça ».

« les budgets n’ont pas été augmentés, il y a eu des coupes dans le nombre de bureaux de traitement et de fonctionnaires, et le nombre de demandes a augmenté. Donc tous les délais ont augmenté», explique Me Jean-Sébastien Boudreault, président de l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration.

Le gouvernement canadien de Justin Trudeau promet de réparer le système

John McCallum
John McCallum © (Adrian Wyld / Canadian Press)

L’actuel ministre de l’Immigration, John McCallum, livrait cette semaine, la nouvelle cible du Canada en matière d’immigration qui sera de 300 000 immigrants en 2017 et il a du coup répéter qu’il espérait que les fonctionnaires de son ministère ont appris de l’expérience de l’arrivée des 25 000 réfugiés syriens pour accélérer leurs méthodes de travail : «Il faut faire les choses plus rapidement, éliminer les choses qui ne sont pas nécessaires. Il faut faire plusieurs choses simultanément plutôt qu’une seule chose à la fois.»

Dans le plan d’immigration de 2015, les conservateurs de Stephen Harper avaient établi cette fourchette entre 260 000 et 285 000 nouveaux résidents permanents.Citoyenneté et Immigration Canada devrait donc si tout va bien et avec un peu plus de 130 millions de dollars additionnels pouvoir accélérer le traitement des demandes, principalement dans les dossiers de réunification des familles, dit le ministre : «Ça prend plus ou moins deux ans, ce qui est loin d’être acceptable. Ça devrait plutôt être six mois.»

Le saviez-vous?
Autour de 10 000 demandes de parrainages seraient en attente au pays, uniquement dans la catégorie des conjoints.
Pour eux, le délai moyen de traitement des demandes est passé de 14 mois en 2013, à 25 cette année, soit plus de deux ans.Le temps de traitement varie d’un centre à l’autre et d’un pays à l’autre.
Cela dépend du nombre de demandes dans un centre à un moment donné. Nous avons vu des demandes traitées en 3 mois et d’autres en aussi longtemps que 5 ans.
C’est dans les pays africains et du Moyen-Orient dans l’ensemble que les délais sont les plus longs.refugees-french

RCI avec les informations de Radio-Canada, Journal Métro et le Journal de Montréal.

Sur le même thème

La politique d’immigration ne fait pas toujours l’unanimité – Radio-Canada 

Conjoints immigrants : des délais qui s’allongent – Radio-Canada

Des couples excédés par les délais d’immigration – Journal Metro 

Immigrer, un cauchemar bureaucratique – Journal de Montréal 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Pourquoi est-ce si long pour pouvoir immigrer au Canada?
  1. Vujma dit :

    Un article pertinent . en fait je suis un nord africain (Algérie) prétendant à l’immigration pour le Canada (Québec), en attente depuis 5 ans et demi … et c’est loin d’être fini ! que c’est difficile d’attendre si longtemps pour une chose qui n’arrivera peut être jamais ! je n’ai pas de leçons à donner au Canada , mais sincèrement, un tel délai irréaliste risque de plonger les gens dans la folie et le rêve vire au cauchemar.
    j’ai raté beaucoup d’occasions dans la vie à cause de ce projet qui me tient à cœur , mais rien n’y fait , les délais n’en finissent pas de s’allonger . je sais au moins une chose sur cette immigration : le Canada ne fait pas venir les gens chez lui pour leurs beaux yeux , mais pour des considérations purement économiques sans aucun égard à ceux qui attendent en silence et dans la souffrance . 6 ans … diantre que c’est long ! on peut même changer la face du monde pendant cette période là . pour l’immigration humanitaire , j’en sais rien . en conclusion ,j’espère que cette situation intenable se débloquera le plus vite possible . assez , assez , assez !

  2. gafsi dit :

    les délais de traitement des dossiers d’immigration dépasse même les 3 ans . alors qu’une année est largement suffisante si le gouvernement canadien déploie les moyens nécessaire pour le traitement de ces dossiers . moi en tant et nord africain tunisien je perds chaque jours des occasions dans ma vie dans mon pays et au canada , 1 cause de cette longteur.merci d’essayer de mieux faire