Les journalistes Marie-Maude Denis, Alain Gravel et Isabelle Richer.

Les journalistes Marie-Maude Denis, Alain Gravel et Isabelle Richer de Radio-Canada
Photo Credit: Radio-Canada

Justin Trudeau envisage une loi pour protéger les journalistes contre l’espionnage des policiers

Share

Révélé en début de semaine, le scandale du Service de police de la Ville de Montréal SPVM qui a espionné les données téléphoniques d’un journaliste de La Presse se transforme maintenant en crise politique majeure au Canada, au moment où l’on apprend que la Sûreté du Québec (SQ) a aussi espionné les appels de six autres journalistes.

Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec
Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec © ICI Radio-Canada

En décidant de surveiller en 2013 le registre des appels de six journalistes, dont trois de Radio-Canada, la SQ dit qu’elle voulait faire la lumière sur une affaire d’infiltration du crime organisé qui remonte à une dizaine d’années. L’enquête visait notamment à établir les liens entre la mafia, les motards et la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ).

Or, à travers cette enquête complexe, six journalistes, dont Marie-Maude Denis, Isabelle Richer et Alain Gravel, de Radio-Canada, et Éric Thibault, du Journal de Montréal, ont été ciblés par les policiers.

Le capitaine de la SQ, Guy Lapointe, a confirmé mercredi que ces six journalistes avaient fait l’objet d’une enquête puisqu’ils étaient considérés comme des « suspects », en vertu de l’article 193 du Code criminel portant sur l’utilisation ou la divulgation d’une communication privée.

Il a précisé que l’opération visant ces journalistes, contrairement à celle dont a fait l’objet Patrick Lagacé, ne prévoyait aucune écoute électronique ni surveillance par géolocalisation.

Découvrez :
Espionnage électronique par les policiers d’un journaliste canadien : du jamais vu!
Tout le Canada en parle : un chroniqueur de l’important quotidien La Presse a été placé sous surveillance par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), avec la permission d’une juge de paix.
Lisez la suite…

Patrick Lagacé. Le service de police de Montréal a eu accès aux numéros des appels entrants et sortants du téléphone intelligent d’un journaliste du quotidien La Presse et il a pu obtenir auprès des fournisseurs de téléphonie les noms de tous les individus qui ont pu contacter ce journaliste.Crédit photo : Radio-Canada
Patrick Lagacé. Le service de police de Montréal a eu accès aux numéros des appels entrants et sortants du téléphone intelligent d’un journaliste du quotidien La Presse et il a pu obtenir auprès des fournisseurs de téléphonie les noms de tous les individus qui ont pu contacter ce journaliste.Crédit photo : Radio-Canada

 

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, suit l’affaire de près

Le premier ministre Justin Trudeau à la Chambre des communes
Le premier ministre Justin Trudeau à la Chambre des communes © PC/Adrian Wyld

À son arrivée à la rencontre hebdomadaire avec ses députés mercredi matin, à Ottawa, le premier ministre canadien Justin Trudeau a été invité à commenter ce qu’on a baptisé l’affaire Lagacé.

« On va regarder attentivement les conversations qui vont avoir lieu entre l’hôtel de ville de Montréal et les services de police de Montréal, mais […] comme on a dit plusieurs fois, ce gouvernement [se porte] à la défense de la liberté de la presse et on va faire ce qui est nécessaire pour l’encadrer, s’il y a d’autres étapes nécessaires », a-t-il déclaré.

Les députés du Bloc québécois, petit parti d’opposition, dépoussièrent pour leur part un projet de loi sur la protection des journalistes et de leurs sources, projet de loi qui était mort au feuilleton en 2008. Le leader par intérim du Bloc Rhéal Fortin veut déposer ce projet de loi révisé dans un peu plus d’une semaine, puisque le Parlement ne siège pas la semaine prochaine.

Projet de loi dépassé

L’ancien éditorialiste André Pratte
L’ancien éditorialiste André Pratte

Selon le sénateur indépendant André Pratte, le travail des élus bloquistes est dépassé. « C’est peut-être une base intéressante. Mais depuis ce temps-là, il y a eu deux jugements de la Cour suprême qui ont changé pas mal de choses. Et en plus de ça, et M. Ménard le dit lui-même, il y a des technologies aujourd’hui qui sont très différentes, donc il faudrait le changer pas mal », a dit le sénateur, au cours d’une entrevue mercredi.

Le sénateur note cependant un aspect intéressant de cet ancien projet de loi : il renverserait le fardeau de la preuve. « Il n’appartiendrait pas aux journalistes de démontrer que la liberté de presse l’emporte sur l’intérêt public, mais ça reviendrait aux policiers qui cherchent à obtenir un mandat de démontrer que l’intérêt public, dans ce cas-ci, l’emporte sur la liberté de presse », a détaillé M. Pratte.

« Cette question d’une loi pour protéger les journalistes et leurs sources est dans le paysage depuis des décennies, a-t-il fait remarquer. On est passé à côté de ça à de nombreuses reprises. Chaque fois qu’il y a un cas comme celui-là, on soulève la question et quand l’émotion est retombée, on oublie », s’est désolé l’ancien journaliste aujourd’hui législateur.

Situation dénoncée

Denis Lebel
Denis Lebel © PC/Sean Kilpatrick

Chez les conservateurs et les néo-démocrates, on dénonce aussi la situation, mais sans aller jusqu’à réclamer précisément un projet de loi.

« On exige […] que ce gouvernement fédéral fasse les mêmes efforts que Québec et annonce quelque chose qui nous permette de renforcer les règles en ce qui concerne la surveillance des journalistes », a réclamé le chef néo-démocrate Thomas Mulcair.

Le chef adjoint conservateur Denis Lebel a été plus timide. « Les droits des citoyens canadiens doivent être respectés. C’est au gouvernement actuel à voir à ce que ça se fasse. Et on va voir comment ils vont travailler avec ce qui est en place », a-t-il dit à la sortie de son caucus, mercredi après-midi.

Découvrez :
Comment se porte la liberté de la presse au Canada?
En tête de l’édition 2015 du Classement mondial de la liberté de la presse publiée en février dernier par Reporters sans frontière figurent trois pays nordiques : la Finlande, première depuis cinq ans, la Norvège et le Danemark. Le Canada figure aussi dans le peloton des dix premiers.
Lisez la suite…

La liberté de presse dans le monde, telle qu’illustrée par Reporters sans frontières.Crédit photo : Reporters sans frontières
La liberté de presse dans le monde, telle qu’illustrée par Reporters sans frontières.Crédit photo : Reporters sans frontières

 

Sur le même thème

La Presse met en demeure le SPVM – Radio-Canada 

Journalistes espionnés : une « menace à notre démocratie », dit Edward Snowden – Radio-Canada 

Journalistes surveillés par la SQ : des zones d’ombre demeurent – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Justin Trudeau envisage une loi pour protéger les journalistes contre l’espionnage des policiers
  1. Léon Khalil dit :

    Avons nous confiance auprès de nos policiers et le système judiciaire ou non? Si oui, pourquoi tous ces blabla blabla?

  2. Gilles Talbot dit :

    Espérons que Trudeau ne ce mêlera pas de ca, Sont jugement est discutable a date Qu l’ont modifie la façon des policiers puissent faire leurs ouvrages je n’ai rien de contre Pour des d’enquête ils en sont les seul juge , pour restreindre l’abus une permission de plus autre autorités non politique Quel question aurions nous posé si dans des cas nous aurions découvert des crimes Les journalistes ne sont pas des saints et la ont semble vouloir leurs donner l’absolution sans confession Laisser les policiers faire leurs ouvrage .