Des travailleurs dans une usine de transformation de myes

Plusieurs facteurs, donc la politique américaine, pourraient empêcher le Québec de créer autant d'emplois en 2017 qu'en 2016.
Photo Credit: Régis Desrosiers/Radio-Canada

Économie québécoise: 2017 risque de ne pas être aussi bonne que 2016

L’économie québécoise était en feu en 2016. La province a occupé la tête du classement au pays en matière de création d’emplois. Mais il pourrait être difficile de répéter cette performance en 2017 en raison d’une multitude de facteurs, dont l’incertitude économique mondiale ainsi que la rareté de main-d’oeuvre.

Selon l’Institut du Québec (IdQ), 2016 a été l’une des meilleures années économiques du Québec depuis 10 ans. 89 500 nouveaux emplois ont été crées. Des emplois principalement à temps plein et dans le secteur privé. À l’exception du Québec, la Colombie-Britannique, l’Ontario et le Manitoba sont les seules autres provinces où la création de postes à temps plein a été positive.

Même si les prévisions demeurent bonnes  pour 2017, le directeur associé du groupe de réflexion, Jean-Guy Côté, affirme néanmoins qu’il y a beaucoup d’incertitude, notamment au sud de la frontière. Plusieurs craignent que les politiques protectionnistes du président américain Donald Trump, qui souhaite renégocier prochainement l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), aient une incidence négative au Québec ainsi que dans le reste du Canada.

« C’est sûr qu’il y a beaucoup d’incertitudes sur le libre-échange, le commerce extérieur et les exportations, concède M. Côté. On pense que (l’élan de 2016) va continuer, mais les prévisions, c’est comme la météo. Des fois, on se trompe »

Des camions attendent au poste frontalier de Surrey, en Colombie-Britannique, près de Blaine, dans l’État de Washington (2003).
Le protectionnisme aux États-Unis serait durement ressenti au Québec. © Reuters/Andy Clark

Taux de chômage faible, main-d’oeuvre recherchée

Par ailleurs, avec un taux de chômage ayant atteint un creux historique de 6,2%, un taux d’emploi de 83% chez les 25-54 ans ainsi qu’une diminution de la population active, les enjeux entourant la rareté de la main-d’oeuvre pourraient avoir un impact sur la création d’emplois, estime le directeur associé de l’IdQ. « Une des bonnes questions, c’est ‘est-ce qu’on va être capable d’aller chercher une main-d’oeuvre qui va pouvoir remplacer celle qui part? ».

En 2016, la grande majorité des emplois ont été créés pendant la deuxième moitié de l’année, un phénomène que l’IdQ est encore en train d’analyser, mais chez Desjardins Études économiques, on estime que cela correspond plutôt à un rattrapage, étant donné qu’au cours des sept premiers mois de la dernière année, le marché québécois du travail avait affiché une perte nette de 2800 postes. « Cela a permis de ramener le Québec à un niveau plus compatible avec la croissance économique » explique l’économiste Benoit Durocher, qui a rédigé une note sur le sujet au cours de la semaine.

Les adolescents et la technologie
Le secteur des services (technologies de l’information, intelligence artificielle, multimédia…) a été le plus gros générateur d’emplois. © IS/monkeybusinessimages

Puisque 2016 a été une  « année exceptionnelle » au chapitre de la création d’emplois, M. Côté estime que la province devrait retrouver un  « niveau normal », avec l’ajout d’environ 40 000 postes.

Chez Desjardins, M. Durocher évoque plutôt une fourchette de 30 000 à 35 000 nouveaux emplois, ce qui, à son avis, correspondrait à la croissance de 1,5 pour cent du produit intérieur brut (PIB) estimée en 2017 par l’institution financière. On saura la semaine prochaine si l’élan de 2016 s’est poursuivi au mois de janvier, alors que les données de Statistiques Canada sur l’emploi sont attendues.

Dans son document, l’IdQ dresse le constat que l’économie de la province tourne de plus en plus autour du secteur des services qui inclut notamment les technologies de l’information, l’intelligence artificielle et l’industrie du multimédia dans lequel quelque 86 000 emplois ont été créés au cours des 12 derniers mois. Depuis 10 ans, plus de 546 000 emplois ont été créés dans ce secteur.

Le premier ministre Philippe Couillard est dans la circonscription de Saint-Henri-Sainte-Anne aujourd’hui, afin d’appuyer la candidate libérale Dominique Anglade avant l’élection partielle qui se tiendra le 9 novembre.
le gouvernement de Philippe Couillard veut relancer l’industrie manufacturière de la province. © Laurent Therrien

À l’inverse, celui de la fabrication a vu 102 000 postes disparaître depuis 2006 — le plus important recul parmi l’ensemble des industries — ce qui vient confirmer les difficultés traversées par le secteur manufacturier au cours de la dernière décennie.

En dépit de cette baisse marquée, M. Côté s’est réjoui des efforts du gouvernement Couillard pour tenter de relancer l’industrie manufacturière en l’incitant à se moderniser.« Il y a une prise de conscience de ce côté, a dit le directeur associé de l’IdQ. Mais malgré tout, il y a quelque chose de réel: depuis 15 ans, l’économie de la province s’est déplacée du secteur de la fabrication vers celui des services. C’est un changement », conclut-il.

(Avec La Presse canadienne)

Lire aussi

Mésentente à Québec sur les réponses à apporter au protectionnisme de Trump

Salaires minimums à 15 $ l’heure : le gouvernement du Québec sous la pression de la caravane 5-10-15

Mots-clés : , ,
Publié dans : Économie, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*