Image tirée de l’affiche oficielle de la Journée internationale de la francophonie 2017 - page facebook de l’OIF

Image tirée de l’affiche oficielle de la Journée internationale de la francophonie 2017 - page facebook de l’OIF
Photo Credit: Organisation internationale de la Francophonie (OIF)

20 mars, Journée internationale de la Francophonie

Le 20 mars de chaque année, quelque 274 millions de francophones des cinq continents célèbrent la Journée internationale de la Francophonie. Cette date a été choisie en référence au 20 mars 1970, moment où a été créée l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), aujourd’hui devenue l’Organisation internationale de la Francophonie. 

Le premier ministre Justin Trudeau a fait une déclaration pour souligner la Journée internationale de la Francophonie :

«Tout au long de notre histoire, les francophones ont contribué à faire de notre pays un endroit dynamique, inclusif et ouvert sur le monde. Aujourd’hui, nous célébrons les nombreuses contributions de cette communauté, qui a joué et continue de jouer un rôle central dans l’évolution du Canada, ainsi que les valeurs qui nous unissent, comme l’entraide, la solidarité et la démocratie », a-t-il dit.

Une des manières de célébrer la francophonie canadienne sera de présenter un nombre record de 117 projections de films québécois en Allemagne, en Autriche, au Brésil, en Chine, en Colombie, en Corée, en Espagne, aux États-Unis, en Inde, en Italie, au Japon, au Mexique, en Mongolie et au Royaume-Uni.

Macaron « Je parle français ».
Macaron « Je parle français ». © Radio-Canada/Frédéric Pepin

Tout au long du mois de mars, mois de la Francophonie, diverses activités sont prévues à travers le monde pour mettre l’accent sur la richesse de la langue française et de la culture francophone. En voici quelques exemples :

  • Journées de la francophonie en Russie – organisées par 27 Ambassades de pays ayant le français en partage à Moscou et à Saint-Pétersbourg, elles se déploient à travers tout le pays grâce aux 13 Alliances françaises, à une centaine de centres de ressources francophones hébergés par des universités et à tous les établissements scolaires et universitaires où l’on enseigne le français.
  • Majlis Littéraire à Abu Dhabi – le poète francophone tunisien Walid Amri a été invité à animer le majlis (assemblée) littéraire de La Sorbonne Abu Dhabi, lors duquel il présentera notamment son dernier recueil intitulé Poèmes fractals (L’Harmattan).
  • Enlivrez-vous – En Uruguay, les ambassades francophones, en partenariat avec l’Alliance française, la Mairie de Montevideo et les ministères des Relations extérieures et de l’Éducation et de la Culture, ainsi que l’Université de la République, proposent entre autres cet atelier de lecture d’auteurs francophones du monde entier: Dany Laferrière (Haïti/Canada), Bualem Sansal (Algérie), Alain Mabanckou (Congo), Andrei Makine (Russie), Amélie Nothomb (Belgique), Raphaël Confiant (Martinique), Irène Némirovsky (Ukraine) et beaucoup d’autres.

Francophonie canadienne

Selon Statistiques Canada, près de 10 millions de Canadiens ont déclaré pouvoir parler le français en 2011, comparativement à moins de 9,6 millions en 2006.

Toutefois, cela représentait une baisse de pourcentage puisque 30,1 % de la population canadienne déclaraient pouvoir parler le français en 2011 comparativement à 30,7 % cinq ans plus tôt.

Le nombre de personnes de langue maternelle française s’élevait à près de 7,3 millions en 2011, et 7,9 millions de Canadiens parlaient le français à la maison au moins régulièrement.

En revanche, bien que le nombre de personnes déclarant avoir le français comme langue maternelle se soit accru de près de 328 000 entre 2006 et 2011, la proportion que représente cette population au sein de l’ensemble de la population canadienne a diminué légèrement, passant de 22,3 % à 22,0 %.

Finalement, la proportion de la population canadienne ayant le français comme première langue officielle parlée est également en baisse, de 23,6 % à 23,2 %.

Radio Canada International avec l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Statistiques Canada.
Mots-clés : , ,
Publié dans : Francophonie, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “20 mars, Journée internationale de la Francophonie
  1. Naghmouchi Nouari dit :

    Bonne fête à la Francophonie et à tous les gens qui parlent le français, cette belle langue qui est parlée dans plusieurs pays y compris le Canada.

    bounab6@yahoo.fr

  2. L’OIF doit réaffirmer fermement les valeurs démocratiques

    Ne soyons pas gênés de reconnaître que, comparativement à d’autres espaces linguistiques, l’espace francophone est celui où la démocratie balbutie encore. C’est aussi l’un des espaces les plus troublées du monde, notamment le continent africain, avec de nombreux cas de violations sérieuses et systématiques des droits humains, des restrictions et l’usage de la violence excessive par les forces de l’ordre pour réprimer les manifestations pacifiques, etc. Il y a absence d’une véritable démocratie représentative dans de nombreux pays membres de l’OIF.

    On attend de l’OIF qu’elle soit vigilante et accompagne sans complaisance les États membres à consolider les principes démocratiques, la primauté de l’état de droit et le respect des droits de la personne.