Macaron « Je parle français ».

Photo Credit: Radio-Canada/Frédéric Pepin

L’accent français dans tous ses états au Québec et au Canada

Share

Un internaute nous demande de lui dessiner la carte des dialectes régionaux français parlés au Canada.

D’abord, on compterait entre 32 et 36 principaux accents français au Canada. Mais leur nombre exact demeure sujet à débat.

À cette liste, il faudrait ajouter une série de sous-accents qui sont particulièrement nombreux dans la francophonie hors Québec – en Acadie, en Ontario et dans les trois provinces des Prairies.

Ces sous-accents sont ceux qui sont parlés dans une région géographique généralement restreinte, par exemple un seul village qui a pu rester isolé pendant des générations.

Ce phénomène est audible aussi au Québec, sur des îles célèbres dont les noms font rêver : les Îles-de-la-Madeleine, l’Île-aux-Coudres.

Combien y a-t-il de sous-accents français au Canada?

Personne n’en aurait dressé la liste exacte à ce jour. Mais dans la région aux hivers rudes et relativement isolée de la péninsule québécoise de la Gaspésie, leur nombre dépasserait la vingtaine, selon des données récentes.

En clair, si l’on prend en considération les accents villageois individuels dans l’est du Québec et en Acadie, en Ontario et dans l’ouest du pays, le Canada pourrait avoir plus d’une centaine de sous-accents liés aux 32 ou 36 principaux accents français.

Comparaisons linguistiques entre les Québécois et les Acadiens

Dans une entrevue réalisée en 2012, un auditeur de Radio Canada International dans la province du Nouveau-Brunswick décrivait, dans son accent typique de l’Acadie, les différences et nuances linguistiques entre ces deux grandes communautés francophones au pays.

Les multiples variations de l’accent inimitable des francophones du Nouveau-Brunswick

Souvent imité et encore plus souvent adoré, l’accent des Acadiens est probablement le plus distinctif des accents du pays. Cette vidéo de peninsuleacadienne.ca, vous le fait entendre.

Les francophones de l’ouest du Canada n’ont pas du tout l’accent québécois

Trois jeunes francophones des Prairies, Colin Champagne, Thomas Pomerleau et Jonas Desrosiers, témoignent de leur inconfort de ne pas parler, quand ils se trouvent avec des Québécois, avec le même accent que ces derniers.

Billet d’humour sur nos accents français au Canada

Un Ontarien qui est originaire de l’ouest du pays tente, avec son accent imagé, de décrire les différents accents français au Canada.

Devinez?
D’où vient donc cet accent français typique des Québécois?
Le véritable et authentique accent québécois, que certains étrangers qualifient de « paysan », est souvent source de raillerie et même de discrimination dans certains milieux à l’étranger, comme vous allez le découvrir dans notre reportage.

RCI avec la contribution de Maxence Bilodeau, Rudy Desjardins, Brigitte Dubé, Sandra Gagnon, Arnaud Decroix et Boucar Diouf de Radio-Canada

Sur le même thème

Tsuki, un conte japonais… avec un accent québécois – RCI 

D’où vient donc cet étrange accent des gens de Terre-Neuve? – RCI 

Le complexe de l’accent des francophones de l’ouest face aux Québécois – Radio-Canada

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

5 comments on “L’accent français dans tous ses états au Québec et au Canada
  1. Kairene Parent dit :

    Il ne faut pas oublier les canadiens francophones de la Colombie-Britannique! Nous sommes peu nombreux, mais nous existons avec notre petit accent « BC-cois » tout cute!

  2. Magali dit :

    Peu importe l’accent, l’essentiel est de véhiculer la variété, la richesse de notre culture francophone. En France aussi, il y a différents accents: l’accent Breton est différent de l’accent Normand, Lillois, Parisien ou Provençal. Notre accent est notre appartenance à une région, il revendique notre origine et soyons en fier! Il véhicule et mélange la richesse de nos régions. Je suis Française, Canadienne et Québécoise et j’adore le mélange que chacun d’entre nous apporte pour donner de la vie à cette belle langue qu’est le français!
    Soyons fiers de ce que nous sommes, de notre langue, soyons fiers de défendre notre magnifique culture, quel que soit notre accent 😉 Moi en tout cas, je le suis, avec mon ENORME accent de français de France!

  3. Jean Nadeau dit :

    Aux auteurs de cet article, vous vous trompez lorsque vous affirmez que le Québec et l’Acadie sont les deux plus grandes communautés francophones au Canada. En effet, les Franco-Ontariens forment la deuxième plus grande communauté francophone au pays après celle du Québec. Elle surpasse l’Acadie de beaucoup. Selon Wikipédia, les francophones se chiffrent à près de 550 000 habitants et certaines sources font dépasser ce chiffre à plus de 600 000. L’Acadie quant à elle a une population francophone d’environ 224,000 soit 30% de la population totale du Nouveau-Brunswick. Les francophones de l’Ontario sont donc au moins deux fois plus nombreux que ceux de l’Acadie.

    • Stéphane Parent Stéphane Parent dit :

      C’est corrigé. Et, merci monsieur Nadeau d’avoir signalé cette grossière erreur.

    • Don L/vesque dit :

      Peu n’importe les statistiques que vous apportez il est important de noter que les communautés francophones canadiennes ne sont pas nécessairement liées à leur lieu géographique actuel. La plupart des franco-canadiennes et franco canadiens ont comme culture d`origine les colons français qui sont arrivés en « Nouvelle France«  en 1604 (Acadiens) et en 1608 (Québecois). Le lieu géographique courant n`identifier pas nécessairement la culture d`origine… Mes ancêtres sont plutôt Québecois qui se sont installés au Nouveau Brunswick au début du 18e siècle, alors je ne me considère point acadien même si je suis habitant du NB. Je suis certain que la plupart des franco-ontariens sont d`origine Acadienne ou Québecoise.