rci-semaine

La Semaine nationale de l'immigration francophone vise à souligner l'apport des nouveaux arrivants aux communautés d'expression françaises hors Québec.

Les francophones du Canada célèbrent leurs immigrants

La 5e Semaine nationale de l’immigration francophone bat son plein. Depuis le 29 octobre et jusqu’au 4 novembre, toutes les communautés francophones hors Québec soulignent l’apport des immigrants à leur vitalité.

La célébration qui a pour thème cette année « Une langue, mille accents » vise à sensibiliser les communautés concernées à la diversité et à l’inclusion tout en mettant en exergue la contribution des immigrants d’expression française à la vitalité et à la richesse de ces communautés.

La Semaine nationale de l’immigration francophone est une initiative de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) et des Réseaux en information francophone. Elle bénéficie notamment de l’appui financier du ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté et de bien autres organismes.

Le président de la FCFA, Jean Johnson, explique en quoi cette semaine est importante pour les francophones hors Québec.

Écoutez
Comme plusieurs régions du pays où les francophones sont minoritaires, le Manitoba compte sur l’immigration africaine pour freiner la diminution du nombre de francophones de souche.
À l’instar de plusieurs régions du pays où les francophones sont minoritaires, le Manitoba compte sur l’immigration africaine pour freiner son déclin démographique. © ICI Radio-Canada

Ottawa à l’écoute

Pour le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, la Semaine permet aux collectivités d’accueil d’établir des liens avec les nouveaux arrivants francophones et avec les francophiles. Il note au passage que c’est grâce à l’immigration que le Canada pourra continuer à revigorer ses communautés francophones et soutenir sa tradition de bilinguisme.

Même s’il admet que beaucoup reste encore à faire, le ministre Hussen se réjouit des efforts en faveur de la promotion et de l’amélioration d’Entrée express au Canada, le système de gestion des demandes d’immigration de travailleurs qualifiés. Bon nombre de ces travailleurs qualifiés ont étudié en sciences, technologies, génie et mathématiques. D’autres ont simplement des compétences liées à l’innovation, à la prospérité et au développement économique.Depuis son lancement en janvier 2015, Entrée express a permis au Canada d’accueillir plus de 43 000 immigrants économiques.

Le porte-parole du ministre de l’Immigration Ahmed Hussen.
Le ministre fédéral de l’Immigration, Ahmed Hussen, dit être conscient des besoins des communautés francophones hors Québec. © CBC

Si, spontanément, les immigrants francophones choisissent de s’installer au Québec ou dans les grands centres urbains, opter pour une communauté francophone hors Québec a potentiellement quelques avantages :

Possibilités d’emploi en français et en anglais;

  • S’exprimer en français et en anglais dans la vie de tous les jours.
  • Donc apprendre l’anglais ou perfectionner ses compétences dans cette langue, parfaire son bilinguisme;
  • Possibilité pour les résidents permanents de suivre des cours de langue gratuits;
  • Possibilité de fréquenter des écoles de langue française;
  • Bénéficier de services communautaires, de soins de santé ou de services de garde en français;
  • Obtenir le soutien de la collectivité au moment de l’installation et accueil chaleureux qui permet au nouvel arrivant de se sentir à l’aise dès le départ.
Le directeur du Centre d’intégration pour immigrants africains, Paul Mulangu, reçoit Mami Williams arrivée en C.-B. le 25 septembre 2015 depuis un camp de réfugiés en Côte d’Ivoire .
Les immigrants africains se disent confrontés à divers problèmes dont celui de la reconnaissance de leurs acquis académiques et professionnels. © Geneviève Milord/ICI Radio-Canada

Le revers de la médaille

Une étude interprovinciale et interterritoriale, réalisée par des professeurs d’université du centre et de l’ouest du Canada (Campus Saint-Jean, Université Simon Fraser, Université du Manitoba, Université de Regina) indique que des nouveaux arrivants, surtout d’origine africaine, rencontrent de nombreuses difficultés dans leur processus d’intégration dans les communautés francophones hors Québec. En voici quelques-unes:

  • La non-maîtrise de l’anglais
  • Difficile accès à l’emploi
  • Non-reconnaissance des acquis d’ailleurs. Ils sont parfois obligés « recommencer à zéro »
  • L’accès au logement est compliqué
  • L’éducation des jeunes dans un nouvel environnement avec de modes opératoires différents peut être source de frustration et nécessiter du temps d’adaptation
  • L’expérience du racisme et de la discrimination qui peut être traumatisante pour un nouvel arrivant
  • La quête des meilleures conditions de vie peut être source d’instabilité, de déplacements fréquents

Lire aussi

50 000 francophones sont espérés dans le nord de l’Ontario

Mots-clés : ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*