Le drapeau iranien devant le siège des Nations unies à Vienne, où flottent les drapeaux de tous les pays membres

Le drapeau iranien devant le siège des Nations unies à Vienne, où flottent les drapeaux de tous les pays membres
Photo Credit: Heinz-Peter Bader / Reuters

Le rapprochement en coulisse entre le Canada et l’Iran se poursuit

Le gouvernement canadien de Justin Trudeau a récemment dépêché en sol iranien, pour la deuxième fois depuis son élection il y a deux ans, une délégation diplomatique canadienne dans l’espoir de réchauffer l’une des pires relations que le pays entretienne avec une autre nation.

Dans une note de service destinée à la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, obtenue par La Presse canadienne grâce à la Loi sur l’accès à l’information, on apprend que cinq fonctionnaires d’Affaires mondiales Canada se sont rendus à Téhéran, du 14 au 17 octobre dernier, afin d’y rencontrer des responsables de niveau supérieur au ministère iranien des Affaires étrangères.

Le Canada a rompu ses liens diplomatiques avec l’Iran en septembre 2012. Le gouvernement conservateur canadien de Stephen Harper avait alors ordonné la fermeture de l’ambassade canadienne en Iran et l’expulsion de tous les diplomates iraniens en poste au Canada.

Tous les pays du G20 et de l’OTAN, sauf les États-Unis, le Canada et l’Arabie saoudite, ont aujourd’hui une présence diplomatique à Téhéran.

Des droits de la personne au traité sur le nucléaire

Lors de ces entretiens secrets, les Canadiens ont abordé des questions liées aux droits de la personne et discuté d’avoirs iraniens saisis par le Canada, comme l’immeuble de l’ancienne ambassade d’Iran à Ottawa.

Le fameux accord sur le nucléaire iranien a aussi fait l’objet de discussions « pour réaffirmer l’opinion du Canada que ce processus doit continuer », indique une source gouvernementale, commentant la note de service.

Cette mission diplomatique, que l’hebdomadaire spécialisé en politique fédérale The Hill Times a été le premier à rapporter dans son édition du 1er novembre, s’inscrit dans la volonté du gouvernement libéral de se réengager avec la puissance nucléaire, et éventuellement de rouvrir l’ambassade canadienne en Iran.

Le gouvernement canadien n’a pas fourni d’échéancier précis concernant une éventuelle réouverture de l’ambassade canadienne à Téhéran. Une source gouvernementale a cependant reconnu que ce serait « difficile » d’y parvenir avant la fin du premier mandat, en 2019.

Ancienne ambassade iranienne au Canada
Ancienne ambassade iranienne au Canada © PC/Fred Chartrand

Analyse de Thomas Juneau,

Thomas Juneau

Thomas Juneau

Ce professeur à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa s’attend à ce que la réouverture d’ambassades des deux pays prenne du temps : « Tant pour le Canada que pour l’Iran, même si la volonté de rouvrir une ambassade est là des deux côtés, ce n’est pas une priorité ».

Il s’agirait en fait pour le moment d’une mission impossible, car l’ex-premier ministre Stephen Harper a « lié les mains des futurs gouvernements canadiens en adoptant, en 2012, une Loi visant à décourager les actes de terrorisme contre le Canada et les Canadiens ».

Thomas Juneau explique : « Selon cette loi-là, parce que l’Iran est sur la liste des États qui soutiennent le terrorisme, tous les biens du gouvernement iranien au Canada peuvent être saisis par les tribunaux ».

Ainsi, pour Téhéran, rouvrir une ambassade au Canada pourrait se révéler hasardeux, car « il y a une possibilité que vos biens – avec une ambassade, il y a des voitures, des appartements, des comptes en banque – soient saisis », expose M. Juneau. Et, pour le gouvernement Trudeau, retirer l’Iran de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme est inimaginable, croit-il.

Le Canada maintient des sanctions contre l’Iran

En février 2016, le gouvernement de Justin Trudeau, qui n’était au pouvoir que depuis trois mois, avait annoncé le retrait de sanctions économiques contre l’Iran.

Cette décision devait permettre aux entreprises canadiennes de se positionner sur ce marché convoité de 80 millions d’habitants.

Par contre, les restrictions frappant les exportations vers l’Iran de marchandises, de services et de technologies considérés comme critiques étaient maintenues.

Le gouvernement canadien continue de bloquer toute exportation de marchandises et de technologies nucléaires, « ainsi que celles qui pourraient aider au développement du programme de missiles balistiques de l’Iran ».

Découvrez :
Le héros canadien de la crise des otages américains en Iran est mort
Kenneth Taylor, l’ancien diplomate canadien qui avait accueilli six citoyens américains lors de la crise des otages en Iran en 1979, est mort il y a deux ans d’un cancer à l’hôpital presbytérien de New York à l’âge de 81 ans.

L’ancien ambassadeur canadien Kenneth Taylor, est ici en compagnie du président américain Ronald Reagan. (Source: archive de Radio-Canada)

L’ancien ambassadeur canadien Kenneth Taylor, est ici en compagnie du président américain Ronald Reagan. (Source: archive de Radio-Canada)

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Liaisons aériennes possibles entre le Canada et l’Iran ? – RCI 

Pourquoi le Canada doit renouer ses relations avec l’Iran – RCI

Le Canada décrète contre l’Iran un embargo presque total – RCI 

L’ambassade canadienne à Téhéran est fermée depuis 2012.
L’ambassade canadienne à Téhéran est fermée depuis 2012. © CBC
La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York en septembre quelques semaines avant la deuxième visite officielle du ministre des Affaires étrangères à Téhéran.
La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, à l’Assemblée générale des Nations unies à New York en septembre quelques semaines avant la deuxième visite officielle du ministre des Affaires étrangères à Téhéran. © PC/Andrew Vaughan
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*